ActualitésEditoEn Une

Les loups sont entrés dans Paris

L’extrême-droite est le premier parti d’opposition à l’Assemblée nationale. Pas dans le cadre d’une dose de proportionnelle, mais bien parce que dans nombre de départements, il a rassemblé la majorité de ceux qui se sont déplacés. Jusqu’à hier, les loups rôdaient dans les bois autour des portes, nombreux mais activement tenus à l’écart. Les murailles se sont écroulées et ils vont ce matin par les rues.

Le quinquennat passé s’est construit sur le mythe d’un rassemblement des personnes responsables pour faire face à l’extrême-droite. La réalité est que ce dimanche, sur les deux partis qui ont écrit la République dans leur nom, seulement 15% des sympathisants se sont portés sur la gauche dans ses duels avec l’extrême-droite. Et le même nombre a fait le choix des loups, la masse se lavant les mains. La mise en scène indécente d’une équivalence entre deux radicalismes aboutit à la rupture totale du barrage républicain. Il n’y aura plus d’innocence à crédit.

Ceci est également le résultat de la constitution d’un cartel électoral à gauche autour d’une imagerie de rupture hors sol. Juste avant d’émerger comme candidature de tête au sein de la gauche par défaut, Jean-Luc Mélenchon plafonnait en dessous de 10% dans les sondages depuis un an et n’obtenait que la troisième place à la Primaire populaire. En se rassemblant autour de ce qui est, fondamentalement, une marginalité, la gauche a cru peser mais a construit son plafond de verre. Voici que les voix des électeurs s’additionnent au premier tour, permettant une présence au second tour et de faire passer un nombre confortable d’élus. Ce n’est qu’une apparence de succès : le reniement européen se paye de l’éjection du front républicain par les responsables conservateurs, mais surtout leurs électeurs. Il faut mesurer ce que signifie ceci : la gauche aux couleur de la Nupes est inéligible dans un duel face à l’extrême-droite. L’alternance n’est pas une perspective.

Le premier groupe d’opposition sera donc le Front National. Cela ne peut rester sans conséquences sur le travail parlementaire. A qui ira la présidence de la Commission des finances, par exemple ?

La montée historique de l’abstention est sans doute à lire dans un manque de confiance par défaut à la majorité. Les partis d’opposition en pâtissent moins, et c’est une tendance lourde des législatives que l’aveu donné à la majorité se réduit lentement depuis vingt ans. Il faut également prendre garde que plus de 7% de ceux qui se sont déplacés ont exprimé leur défiance en votant blanc ou nul.

Enfin, le pays se trouve sans majorité. Chacun s’en inquiète gravement. C’est pourtant une situation très commune en Europe, qui impose la création minutieuse d’alliances parlementaire sur la base du résultat des élections. La construction de majorité de projet ou d’action dans le cadre de majorité relatives est d’ailleurs le quotidien du Parlement européen depuis près d’un demi-siècle. Pourquoi serait-ce hors de portée en France ?

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

45 Commentaires

  1. A lire l’article sur l’Europe, certes c’est catastrophique de voir l’extrème-droite entrer massivement à l’AN mais de grâce ne négligez pas la NUPES qui a redonné du sens à la gauche libérale..La NUPES est la vraie gauche !

      1. La vraie gauche, c’est celle qui lutte contre la corruption, la finance casino qui enrichit certains en quelques clics sur les réseaux ‘Finance », et qui jette les gens dans la précarité, toutes choses qui ne sont pas combattues ni par la Macronie, ni par la droite classique, ni la gauche molle de Hollande, ni les remontrances d’une Marine Lepen… et non plus par cette classe de journalistes qui pourraient alerter davantage mais qui se contentent de gérer le buzz.

        Pour répondre à Arthur, je crains davantage Lepen que Mélenchon pour ce qui est de s’éloigner de l’Europe… A quand une assemblée de pays « droite toute » avec Orban, Putin et Erdogan, dominant une guerre de revanche contre lEurope sociale ???

    1. tu parles d’une merde qui est en train de scier l’Europe… tout comme le RN.
      Ils pourront faire des milliards d’amendements vu qu’ils sont plus nombreux…
      Pendant ce temps, le RN distillera sa peur et sa haine dans la société… Ca sent le retour de la gégène… Les arabes vont pouvoir faire du sport… Nul doute que les républicains trouveront le moyen de capitaliser sur la situation.
      Qu’importe, nous sortirons bientôt de l’Europe et de l’OTAN grâce au RN ou a la NUPES et nous pourrons écarter les fesses devant Trompe ou Putain.
      Nous ferons office de tapis ou de plate bande.
      Prenez vos stylos, Le Pen en anglais, c’est le frexit, c’est Maruine qui s’écrit.
      Macron a voulu restituer de la confiance dans le patronat sur le dos du salariat… Voila le résultat.
      L’argent ne fais pas le bonheur des pauvres et le patron a toujours raison.
      Pour autant, il aura essayé de restituer de la confiance en misant sur l’innovation… mais comme tout s’écrit dans la violence ici bas… Même la paix…
      Entre la représentativité qui n’est qu’une façon de s’approprier votre parole et l’efficience qui n’est que la science de ceux qui font fi de vos considérations, la raison devient sourde et muette.
      Remercions l’Europe pour ce qu’elle devenais avant que tous ne la détruise : La condamnation européenne du barème d’indemnisation d’un licenciement injustifié, avant d’être une gifle cinglante de plus, est un humanisme. un juste retour à l’équiibre entre le pouvoir qui n’est rien sans ceux qui ne sont rien.
      une vie de travail, et on te fout dehors comme une merde avec 20 000 balles en t’accusant d’un crime ? Les patrons sont capables de tout. Merci Orpéa, Korian ou Coallia…
      Pauvres pommes, pauvres hommes… bientôt il n’y aura plus l’arbre que nous n’avons cessé de scier.
      L’orgueil nous tuera tous.

    2. Tout à fait d’accord avec vous.
      Arthur oublie les 54% qui ne se sont pas déplacés, en plus de blancs et nuls.
      Et traiter la Nupes d’anti-européenne parce qu’elle a envisagée des écarts à des règlements c’est oublier un peu vite les amendes que la France paye pour d’autres écarts (en particulier chasse et environnement).

      1. Je suis tout à fait d’accord avec vous. Ce que je reproche à Arthur, c’est cette façon de nous intimer des consignes de vote, avec des arguments tronqués et un point de vue trop partisan à mon gré. EELV et le PS n’ont jamais étés anti-européens que je sache, alors tout à coup à cause d’une union électorale ponctuelle, ils sont brutalement considérés comme des pestiférés, je ne l’accepte pas.

      2. Bonjour, ils sont tout à fait traités, relisez l’article. La Nupes n’envisageait pas de s’écarter de règlement, mais des règles centrales. ça change la perspective.

        1. Vous oubliez que la règle pour une règle est de pouvoir être remise en question quand on s’aperçoit de son obsolescence et de sa non conformité avec l’intérêt commun. Les règles en Europe sont trop facilement détournées par la Commission et le Parlement au profit d’intérêts privés et il faut être aveugle pour ne pas s’en apercevoir.

          1. Et quid de la distance que la Commission a prise avec un certain nombre de dogmes plus ou moins « ultra-libéraux », notamment à la faveur de la crise sanitaire – tels que les rigidités de Pacte de stabilité.? Dans le domaine de la concurrence, les nombreux assouplissements sont particulièrement flagrants en matière d’aides d’Etat. Mais, pour en prendre la mesure, il faut suivre l’actualité européenne au jour le jour et ne pas se cantonner à la répétition de slogans d’un autre âge.

            Pour évoquer incidemment un passé plus lointain, qui remonte à l’année 2000, je souhaiterais rappeler par ailleurs que Romano Prodi, lors de sa nomination à la tête du Collège des commissaires, s’était spontanément étonné de la « stupidité » de ce « pacte ».

            Fort heureusement, aujourd’hui, « Bruxelles » s’efforce de promouvoir d’autres pactes, tel le « pacte vert pour l’Europe », qui constitue au moins une boussole sur le terrain de la transition écologique. Là encore, les textes qui l’attestent sont abondants… mais, une fois de plus, les « relais » censés informer les citoyens brillent par leur désintérêt à l’égard des « émetteurs » de l’UE (source qui englobe aussi les débats et prises de position du Parlement européen).

            Pour une vue synthétique de ces réalités européennes, je me permets de vous renvoyer humblement au tour d’horizon de l’actualité européenne que « Sauvons l’Europe » publie périodiquement sous le titre « Coup de périscope ».

    3. Je pense que les commentaires accerbes de Arthur a’ l’égard de JL Mélenchon ont pu contribuer à discréditer la Vraie Gauche. Arthur est tout de même informe que la  » désobéissance » préconisée par la Nupes n’est pas la manifestation d’un antieuropeanisme mais d’une volonté de refuser une Europe libérale qui suit a la lettre le traité de Lisbonne auquel les Français n’ont pas adhéré. Il est étrange qu’Arthur s’offusque de la montée du FN aux dernières législatives. D’une façon indirecte n’y t il pas contribue en discréditant JL Mélenchon et les citoyens qui partagent ses idées?
      Ainsi que certains médias qui se sont appliqués à banaliser le RN et a faire du Mélenchon Bashing , pour soutenir la stratégie de Macron qui attendait une fois de l’aide Front républicain. Ces journalistes auront _ils l’objectivite de regarder les choses en face et de considérer leur responsabilité?

      1. L’extrême-droite est depuis toujours notre cible principale, et nous avons clairement appelé à voter Nupes face au RN.
        Le programme de la Nupes était présenté par Mélenchon lui-même comme une rupture avec les 40 dernières années, donc oui c’est assez rupturant.

        1. C’est vrai SLE à appeler à voter la Nupes face au RN, ce que n’ont pas fait les malins dirigeants d’ « Ensemble ». On voit le résultat mais je crois les députés de la majorité suffisamment doués pour le reniement de leurs valeurs républicaines et dans le contorsionnisme pour s’allier avec ceux du RN. Ainsi les « sans états d’âmes » s’allieront avec les « brutes » pour le plus grand bénéfice du pays qui pourra tranquillement sombrer dans la violence.

  2. Entre les deux tours, Ensemble et la Nupes ont cru bon de s’etriper en oubliant l’extrême droite, celle-ci restant libre de developper ses thèmes en toute tranquillité. Le RN n’avait plus qu’à tirer les marrons du feu: c’est fait..

  3. Bonjour, merci pour cet article, mais le « Ceci est également le résultat de la constitution d’un cartel électoral à gauche autour d’une imagerie de rupture hors sol » est franchement caricatural et injuste. De quoi aurait l’air la gauche si cette alliance n’avait pas eu lieu ? Enfin il y a dialogue politique et possibilités de convergences entre des familles divisées depuis 2005. Certes tout n’est pas parfait, mais c’est mieux que des factions qui se combattent les unes les autres alors qu’elles peuvent créer des consensus sur des sujets importants, même si pas sur tous. Donc c’est bien de tirer la sonnette d’alarme, mais un peu de nuance dans les constats ne ferait pas de mal. La gauche a du mal à attirer les voix, encore, parce que le néolibéralisme a discrédité toute la pensée de gauche, alors que la réduction des inégalités est une urgence. L’écologie, l’autre urgence, est la preuve manifeste pourtant qu’il y a un intérêt général et que s’en occuper est primordial, plutôt que de se saoûler de haine et d’égoïsme. Continuons donc à avancer dans ce sens, avec la boussole écologique comme guide et thème fédérateur, et en construisant des convergences européennes. Et c’est peut-être le moment justement d’être intelligent en aboutissant à de vraies décisions politiques, sans caricaturer tout de suite le débat en « cacophonie » et les majorités unies sur des projets concrets en « consensus mou », des caricatures qui sont les rejetons du lepénisme qui rend laid tout ce qui est beau dans l’existence. Pourquoi la politique française a du mal avec le travail parlementaire et transpartisan ? Parce que c’est la patrie de l’idéologie politique, qui peut certes donner de la force au débat, mais empêche les bonnes idées d’aboutir, par crispation idéologique : « non, je ne travaillerai pas avec toi, parce que tu es comme ci, comme ça »…Une attitude puérile dont toute la vie quotidienne nous démontre l’inanité. Et caractéristique d’un pays riche qui vit bien et se cherche des problèmes nouveaux au lieu de s’occuper de ceux qui sont devant son nez. Sachons garder le cap malgré les évènements pas toujours rassurants. Les fantasmes des autres n’ont pas plus de valeur que les nôtres.

    1. Pour « compléter » l’avis de Egmont, si je peux me permettre :
      Dans le Lot, 65% de suffrages exprimés pour la gauche. Mais, comme il y avait 2 candidats ( nupes et un socialiste dissident), c’est l’immobiliste macroniste qui a été réélue. Avec 0,5% d’avance.
      J’aurais aimé être dans la marginalité….

  4. Quel image surrannée et déplacée ! Non les loups ne sont pas la peste et le choléra réunis. Ce sont des animaux indispensables au bon fonctionnement de nos écosystèmes et qui ont un rôle bien plus positif que celui légué par notre imaginaire collectif.
    NUPES a redonné de l’espoir au peuple de gauche face aux choix antisociaux et antienvironnementaux de la macronie. Rien que pour cela, il conviendrait de nous en réjouir. La France doit apprendre à gouverner avec les idées de tous, comme le réussissent si bien nos voisins allemands par exemple. Cela implique des discussions et des consensus mais c’est faisable !
    La démocratie se nourrit de la confrontation des idées et pas d’une idée imposée d’en haut à tous. Attention à ne pas verser dans la pensée unique.
    Je pensais « sauvons l’Europe » plus progressiste et plus engagé à gauche. Je suis déçue.

    1. Je vous rejoins dans votre réaction. Je ne sais pas comment Nupes a fait mais il a reçu le soutien de plusieurs centaines d’économistes. Évidemment, les économistes néo-libéraux du mainstream les considèrent certainement comme des nuls de chez les nuls!

      1. Je ne crois pas que les économistes de « ultra-gauche » pour faire moderne, soient nuls mais « seulement, pétris de certitudes comme souvent le sont lesdits économistes. L’histoire et mon âge (77 ans) et mon passé de citoyen, du bas peuple, mais syndiqué encore et soutenant un parti (de gauche) et une structure européenne m’autorisent à analyser les choses autrement qu’avec des vérités d’abord et avec l’affect ensuite . Franchement ceux qui arrivent sous nos yeux, en France, au parlement, représente moins de la moitié du corps électoral d’une part.. D’autre part ceux qui ont mis un bulletin dans une urne l’ont fait un peu au pif. Jamais, dans le camp LFI et du RN il n’est tenu compte, sérieusement, du contexte international passé et présent. Tous ceux là demandent qu’il soit fait, quasiment , l’inverse de ce que font les autres pays comparables au notre. Sur le papier, pour les partis, c’est au top. Le résultat de cela je le connais et je l’ai vécue en 1983. « Ça rayonne quedalle ». Nous trimballons encore les stigmates de notre attitude de 1980, à l’étranger. Incapables nous sommes de faire un compromis politique au plan national, incapables nous avons été au plan européen de favoriser réellement , par le passé, de véritables instances décisionnelles fédérales (il est un peu tard maintenant), incapables nous sommes de comprendre que si réformes urgentes il doit y avoir c’est justement de modifier ,de valoriser et de renforcer la puissance économique européenne et de construire une force militaire ausi européenne . Urgent il est d’élaborer une politique étrangère de l’union véritable avec la guerre à nos portes. Devant la montée des rhétoriques fascistes à l’est et chez nous il n’y a pas d’autres solutions. Si la France et ses électeurs ne comprennent pas cela et bien notre pays déclinera et les « autres » ne tiendront aucun compte de nos états d’âmes perpétuels (nous sommes toujours des italiens de mauvaise humeur). A noter enfin, que la Russie,sur ses bases « fascistes » avec des « pratiques troisième Reich » s’implante avec brutalité en Afrique pour soutenir tous les régimes corrompus et piquer , au passage, les richesses terrestres des pays concernés. La France, elle, qui accueille, quelquefois malgré elle, les populations africaine maltraitées,semble condamnée, avec l’appui des aveugles « Mélenchoniens » au repli et à perdre une grande partie de son influence tout comme l’Europe d’ailleurs ou l’Onu par exemple. Vouloir la révolution partout et s’habiller comme pour aller à la plage pour se rendre à l’assemblée nationale c’est sympa mais NUL au plan de la symbolique républicaine et internationale (on dirai qu’on y va pour s’amuser ou y passer un bon moment). Il y a belle lurette que la France (les pseudo citoyens d’aujourd’hui) ne se nourrit plus de la confrontation des idées . Emmanuel Macron a voulu aligner l’économie française sur ce qui est existant dans les pays européens qui comptent pour développer l’emploi et faire jouer la concurrence qui n’est pas que négative. Çà a été mal pris à priori. C’est un échec même et gare aux répercussions sur les boulots potentiels pour nos enfants et petits enfants . Le fameux peuple, je le pense, au moment des élections ne fait aucun effort pour s’élever mentalement (bon la formule …..) et la mémoire lui fait défaut pour penser demain. Que les salariés commencent par se syndiquer massivement et on y verra plus clair déjà. Il y a des syndicats sérieux et quelques uns qui ne le sont pas pour peser sur le quotidien beaucoup de nos voisins y arrivent pour établir des compromis. Là est la voie réelle et efficace. Bref, je suis en rogne contre le corps électoral qui, oui, à terme, a favorisé l’entrée
        des loups dans Paris.

    2. Je suis comme vous, déçue…
      Je ne sais si je vais continuer à lire ces articles qui deviennent caricaturaux et de mauvaise foi…

      1. mais vous avez tous eu la liberté de vous exprimer…
        Et qui peut prétendre être garant du bon sens et sans parti pris…
        La moitie des francais ne veut ni de la Nupes ni du RN et ni de Macron… et l’autre moitie ne s’exprime pas
        Alors puisque tout le monde est dans l’erreur… n’accablez pas SLE.
        Et puis accabler l’autre… l’autre là avec sa couronne… ou l’autre là… ou alors celui là… et vous ? Qui dit que vos décisions ne nous menent pas tous aussi vers la ruine ?
        Décidemment plus ça change et plus c’est pareil.

      2. Je suis entièrement d’accord avec vous et approuve votre constat, pour moi la sanction est évidente, le non-renouvellement de l’adhésion, merci Arthur de nous faire faire des économies à votre façon

        1. Bonjour,
          Nous le regrettons évidemment, mais Sauvons l’Europe défend la construction européenne. Les présentations de la NUPES par LFI défendaient clairement une rupture avec l’Europe existante, c’est à dire un départ dans des choses qui n’existent pas.

          1. Vous vous trompez Arthur, vous ne défendez nullement la construction européenne mais l’idée que vous vous en faites chez SLE qui est celle d’une…boîte de conserve. La construction européenne ne doit pas seulement se faire au niveau des élites sauf à vouloir ressembler à une nomenklatura. Il serait pourtant tellement nécessaire de trouver un ouvre boîte pour renouveler des bases sociales, pour reconstruire une Europe qui donne envie à tous les européens, pas aux seuls pro-européens et aux firmes privées. A vous lire, vous auriez même pu écrire : « …un départ dans des choses qui ne doivent pas exister ». Le changement ça fait peur mais la peur ça paralyse tout.

  5. À faire du « Macron-bashing » depuis si longtemps, – et quelquefois pour des raisons stupides ( des erreurs ont été faites, mais personne n’est Dieu-le-Père, et une politique à long terme n’est pas comprise par tous les idioits qui ne voient que le court terme ) on arrive à des duels Le Pen-Mélanchon où personne ne comprends plus rien et où l’on vote n’importe quoi ou blanc ….. C’est affligeant ! et triste pour notre pays ! Les thèmes majeurs de notre temps, la guerre, la famine, le changement climatique sont ignorés par ces français , enfants gâtés qui se plaignent toujours et coupent toutes les têtes qui dépassent …….!!!

    1. Il ne leur a fallu qu’un moment pour faire tomber cette tête et cent années peut-être ne suffiront pas pour en reproduire une semblable…
      Elle n’etait certes pas parfaite et seul Jupiter ne commet pas d’erreur…
      Erreur de jeunesse, erreur d’incompréhension, et erreur de déléguer à la violence le costume de la représentation.
      Entre les bleus des gilets jaunes, les coups de matraque de la pauvreté.
      Les flics violents ? Oui… mais ils sont eux même victimes de la violence.
      Ca coûte cher de réinstituer de la confiance… et de vouloir remédier à 40 années d’abandon.
      Heureusement Mélenchon et Le Pen sont là…
      Sortons le des planches, amenenez les clous.
      A l’heure du calvaire, la Fleur de la Démocratie pousse sur le Golgotha.
      La violence, encore la violence, toujours la violence…
      Pour l’instant tout le monde ricane…
      Pour l’instant, les loups, les vautours, les hyènes… Tous sont présent pour le Saint supplice.
      Tuez le.

          1. Tout le Monde crie à la mort du néoliberalisme…
            Oui, il mourra certainement en France avec tous ses patrons puisque tous insistent…
            Je doute fort que la crucifixion du neoliberalisme en France change quoi que ce soit au neoliberalisme du restant du monde…
            Au pire assisterons nous à une révolution en Europe et je doute fort qu’elle soit copercienne…
            Changer les regles économiques mondiales… alors tuons les d’abord en France.

    2. Merci pour le commentaire précédent concernant les loups: En effet, l’engagement progressiste et écologique devrait conduire à éviter de véhiculer cette vieille imagerie négative sur les prédateurs qui sont fort utiles, et dont nous devons apprendre à gérer la présence et les contraintes, et ce malgré l’intérêt attendu de la référence à la chanson de Reggiani (à moins que ce ne soit au texte de Michel Onfray d’il y a 5 ans, mais ça m’étonnerait…)..
      Pour le reste, peut-être que cette dispersion des députés sans majorité absolue va les obliger à se positionner de façon transpartisane et sans suivre systématiquement les consignes d’un pouvoir vertical, et il va bien falloir répondre aux peurs et interrogations de toutes les personnes qui se sont malheureusement tournées vers l’extrême-droite, ce que je regrette.
      L’image du plafond de verre pour Nupes me parait une similitude avec l’extrême-droite que vous sembliez vouloir éviter, pourtant, si un espoir existe pour faire infléchir une Europe trop libérale, il viendra aussi de cette gauche qui vous fait si peur.

  6. Judicieuse allusion d’Arthur à un texte immortalisé par Serge Reggiani !

    … un texte dont on ne négligera pas d’autres paroles « prophétiques » (non pas au sens de « prédiction » mais à celui d’ « interprétation des signes temps »):

    « Les loups étaient loin de Paris,
    En Croatie […] »

    « Dès que la peur hante les rues,
    les loups s’en viennent la nuit venue »

    [« Un loup gris des Carpates]
    … fit faire gras à ses enfants
    Et leur offrit six ministères »

    Certes, nous n’en sommes pas – loin de là – à l’attribution de ministères à des politiciens issus du RN. On peut, du reste, douter de la capacité à gouverner assumée par une mouvance dont la vocation, jusqu’à présent, a été essentiellement de se complaire dans les délices d’une opposition quasi-systématique (et leur gestion municipale est déjà sujette à caution). Mais l’important demeure son électorat. Et celui-ci ne mérite certainement pas, dans son ensemble, l’appréciation malencontreuse formulée il y a quelques années par Bernard Tapie: « ceux qui votent FN [dénomination de l’époque] sont des salauds »…

    Avec la petite boussole qui m’oriente géographiquement vers le Nord de la France, ce que je constate, une fois de plus, est la tentation de s’agripper au vote RN dans les communes en situation économique précaire, pour ne pas dire souvent désespérée. D’une certaine façon, ce comportement renvoie à la figure des « brebis sans berger » maintes fois mentionnée dans les textes bibliques – tels le Livre du prophète Michée (« Je vois Israël [c’est-à-dire le peuple, NDLR] dispersé sur les montagnes, comme des brebis qui n’ont point de berger ») ou l’Evangile de Marc (Jésus […] fut ému de compassion pour eux, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont point de berger »).

    Pour en revenir à l’image du loup, reconnaissons qu’elle ne suscite pas toujours l’antipathie: rappelons-nous le mythe de la louve romaine qui nourrit Romulus et Remus, ou le récit du loup de Gubbio, amadoué par Saint François (… le nom choisi par le pape actuel pour son pontificat).

    Mais le mammifère carnivore pourrait-il aller jusqu’à changer d’apparence, comme la métaphore du loup devenu berger, illustrée par une célèbre fable de La Fontaine – là où « il crut qu’il fallait s’aider de la peau du renard et faire un nouveau personnage »… alors que le vrai berger, son chien et les brebis « dormaient profondément » ?

    Certes, c’est souvent davantage un cauchemar qu’un endormissement que vivent les « brebis » en situation de précarité évoquées plus haut… et qui sont notamment entrées en résistance sous l’emblème d’un gilet jaune fluo.

    Reste le cas de « Jupiter », figure tant prisée en haut lieu. Avec le bouleversement que connaît depuis hier le paysage politique, pourrait-il être tenté de s’appuyer sur « Daphnis » ? Berger de Sicile et et disciple de « Pan » (ça claque !), ce dernier fut admis dans l’Olympe à titre de protecteur des pâtres et des troupeaux…

    En plus des Hauts de France, observateur attentif des péripéties de la politique belge, je serais volontiers enclin à souscrire à cette boutade entendue ce matin de la bouche d’un spécialiste chevronné de la situation en France: « il va peut-être falloir recourir aux conseils d’experts belges, rodés à la culture du compromis ».

    1. Effectivement ça claque comme réponse…
      J’aimerai pourtant ajouter quelque chose… quoi que non.
      Sacrée mise en cène…
      Une simple question : Puisqu’il ne reste plus que la cerise sur le gâteau ? Qui aura le plus gros morceau ?
      Et puis, dans le pire des cas, nous nous partagerons la fève et nous marcherons sur le Capitole…
      Rendez vous dans 5 ans., si on ne nous vole pas notre élection…

  7. Ces résultats électoraux ont démontré que la propagande néolibérale n’a pas fonctionné : le peuple a vu les conséquences du macronisme et a voté contre. Il est regrettable qu’une si grande proportion d’électeurs se soient tourné vers des partis qui s’appuient sur les principes et institutions démocratiques quand ils leur sont utiles. Mais que dire des démocraties libérales qui entretiennent d’étroites relations commerciales avec les pires régimes totalitaires ? Le pire ennemi de l’Europe ne s’appellerait-il pas néolibéralisme ?

    1. je crois que le pire ennemi de l’Europe, ils sont nombreux…
      Le néolibéralisme, Poutine, le climat… pour ne citer qu’eux.
      Ah… j’oubliais le peuple… et la dette… concernant la France… cette dette que la France a contractée et dont le peuple ne veut plus entendre parler.
      Alors c’est la révolution, on casse tout ? Puisque le peuple a pris le pouvoir…
      Et nos créanciers ? Pensez vous qu’ils feront preuve de philanthropie ou d’abnégation ?
      Donc c’est le Statu quo… Donc la dette ne va cesser d’augmenter et nous la léguons aux générations à venir.
      Les gens ne veulent pas travailler plus et je le comprends.
      Donc il ne reste que peu de solutions… Tout prendre aux riches ou alors effacer la dette ?
      Si vous en voyez d’autres…. Je vous laisse la parole.

      1. Et Emmanuel Macron aura beau dégager… Ca ne changera strictement rien au problème… On peut aussi le pendre ou le guillotiner ou le crucifier enfin comme vous voulez…
        Son pire ennemi, c’est souvent soi-même.

  8. L’ironie prévisible de l’Histoire. On savait que la destruction par Macron de la gauche et de la droite traditionnelles pousserait au renouveau des extrêmes, au national-socialisme de gauche ou de droite, au populisme, et aujourd’hui les mêmes qui se sont amusés des cabrioles de Zemmour et se sont félicités de la « banalisation » du RN crient au loup et Macron, le banquier ultra-libéral, se présente comme la valeur refuge.
    La NUPES va devenir le nouvel LFI, finis EELV, le PS, le PC, qui périssent de leurs lâchetés, leurs ambiguïtés. Une nouvelle gauche de petits bourgeois de la classe moyenne, menacée dans ses privilèges, diplômée et urbaine, assoiffée de pouvoir arrive au nom d’un peuple qu’elle ne représente pas.
    Maintenant le suspens vient du premier parti de France, les abstentionnistes, sans compter les blancs et les nuls, les élus ne le sont que par 2 inscrits sur 10, ne représentent en rien une majorité. LFI et le RN vont-ils arriver à les canaliser, à leur faire croire qu’il défendent leurs intérêts et à repousser la réalisation de leurs promesses en 2027? En GB, le peuple est dans la rue contre les privatisations, l’inflation…le réel donc!

    1. Votre commentaire ne manque pas d’intérêt. J’avoue seulement ne pas très bien comprendre le calcul selon lequel vous estimez que les élus ne le sont que par 2 inscrits sur 10.

      En effet, en se référant aux résultats définitifs publiés par le ministère de l’Intérieur, il apparaît que l’addition des abstentionnistes (53,77 %), des votes blancs (2,54 %) et des votes nuls (0,99%) conduit à un pourcentage de 57,30 % des inscrits … soit, par différence, plus près de de 4 sur 10 en termes de suffrages considérés – selon les critères actuels – comme exprimés.

      Mais peut-être ne parlons-nous pas de la même chose. Merci de bien vouloir éclairer ma petite lanterne, qui, d’ordinaire, ne brille pas au summum de l’arithmétique.

  9. la nouvelle composition de l’AN est une expression du Peuple, et à ce titre est respectable. Elle est hélas un dernier avertissement avant la prochaine présidentielle inquiétante. Les Français rejettent l’ultra libéralisme qui broie tout sur son passage. Et çà fait 3 décennies que nos dirigeants ne les écoutent pas. Les partis traditionnels en ont déjà fait les frais. EM n’écoute rien non plus dans sa bulle de Jupiter, encore moins que les autres. Le Peuple lui a rendu une proportionnelle imprévue.
    J’aimerais ajouter un mot sur la position de l’Europe sur l’arrêt de production des véhicules thermiques. Les conséquences sociales seront encore terribles. En face nous avons une mesure pour les câbles divers et variés de l’informatique pour 2024. Ridicule ! 2 poids, 2 mesures mais pas à la même échelle. Encore moins de votants aux prochaines européennes c’est sûr.

  10. Je regrette que Sauvons l’Europe se serve dans ses publications de contres vérités pour frapper à bras raccourci sur la Nupes, en effet, c’est le domaine où les désaccords entre les différents partis de la Nupes sont les plus nombreux. Sur l’Union européenne, « nous partageons l’objectif commun de mettre fin au cours libéral et productiviste de l’Union européenne et de construire un nouveau projet au service de la bifurcation écologique, démocratique et solidaire, même si nos histoires avec la construction européenne différent », dit le programme. Mais alors que la France insoumise et le Parti communiste se disent « héritiers du non de gauche au Traité constitutionnel européen en 2005 », le PS « est attaché à la construction européenne et ses acquis », et EELV « historiquement favorable à la construction d’une Europe fédérale ». Les partis se sont cependant mis d’accord pour « mener les batailles au sein du Conseil de l’Union européenne » pour « constituer des alliances pour obtenir des majorités sur des textes favorisant le progrès social et écologique, former des minorités de blocages sur des textes qui y sont contraires, opposer notre droit de veto aux accords de libre-échange ».
    Compte tenu de ces éléments je pense que mon adhésion à votre mouvement va prendre fin, c’est ici que nos chemins se séparent, continuez sur celui de la mauvaise foi si celà vous chante….

  11. Dommage qu’un caprice de diva vous conduise à suivre un autre chemin, quittant ainsi une tribune qui laisse une confortable marge de liberté d’expression aux opinions les plus contradictoires. C’est précisément un des « marqueurs » du débat démocratique. Dommage, donc, dans la mesure où il aurait été assurément intéressant d’approfondir nos échanges !

    Cela étant, on peut nourrir quelque doute sur la manière dont, au sein de la Nupes, on suit l’actualité européenne. Certes, le chemin est long et la pente s’avère parfois raide, mais, en tout cas, pour ce qui est de « la bifurcation écologique », il y a déjà un bon moment que, sur ce terrain, la Commission européenne, en dépit des insuffisances qu’on est légitimement en droit de lui reprocher dans divers domaines, a globalement pris le tournant dans ce qu’on pourrait appeler « le bon sens », avec, entre autres, les encouragements et l’appui du Parlement européen.

  12. Bonjour.
    On peut-être en désaccord avec certains articles ou commentaires mais SAUVONS L’EUROPE est un très important espace d’échange entre nous tous, nous nous respectons dans nos échanges, nous savons faire preuve de courtoisie entre nous, nous nous enrichissons mutuelle surtout quand notre façon de voir est différente d’autres personnes.
    Les loups sont entrées dans la bergerie, mais nous connaissons tous les fautifs :
    – MACRON qui n’a eu de cesse de manipuler les uns et les autres, les partis politiques ont perdus leur âmes en subissant son jeu, en étant incapable de se renouveler.
    – La majorités des précédents présidents et 1er ministres qui par leurs magouilles, leurs corruptions ont contribués à discréditer le politique (EX GISCARD D’ESTAING et les diamants de BOKASSA, BALLADUR ET SARKOZI avec l’affaire KARACHI ou il y a eu mort d’hommes, CHIRAC Avec les détournements de fonds et emplois fictifs, encore SARKOZY, maître à penser de MACRON, affaires KADAFI et BYGMALION, etc, etc..).

    J’en oubli s’en doute, mais à force, avec l’effet d’accumulation et de durée, comment voulez vous que les français ne se détournent pas de la politique et des élections, beaucoup pensent « tous pourris », il ne faut pas s’étonner du fort taux d’abstention actuel.

    Je l’ai écrit dans mes commentaires, attention au retour du bâton, il l’a eu à force de jouer avec le feu.
    Maintenant, s’il continu dans la même voie, il y aura un grand risque pour la démocratie, il n’y aura qu’une seule solution, c’est l’ouverture envers toutes les formations politiques, un espèce de gouvernement d’union nationale pour avancer, pour éviter les blocages.

    Quant aux partis qui pourraient être extrêmes (les loups), il faudra introduire dans la bergerie des patous, ils auront pour mission de les canaliser pour éviter tous débordements anti démocratiques.

    Ce qui s’est passé est un signal à ne surtout pas négliger, si nos politiques, quels qu’ils soient, ne sont pas capable de l’interpréter, s’ils n’écoutent pas tous ces cris de dégouts pour changer, pour faire évoluer notre société, alors ….

  13. C’est un point de vue « à chaud ». Voici le mien à froid : si « L’extrême-droite est le premier parti d’opposition à l’Assemblée nationale » c’est aussi parce que cela a été voulu. Choisi même, comme composante de sa victoire par calcul, du candidat idéal pour SLE à l’élection présidentielle qui est ainsi devenu un président par défauts. Défaut d’avoir un programme, autre que la casse de la cohésion sociale du pays pour le mettre au service d’intérêts privés, défaut d’ambition collective autre qu’une addition d’ambitions personnelles, défaut de faire campagne et de débats, défaut même d’une participation électorale digne d’une démocratie. Coluche voulait, en se présentant aux présidentielles de 1981, représenter les 14% d’abstentionnistes de l’élection précédente. Finalement sur 36 millions d’électeurs, 19% se sont abstenus et 1,6% ont voté blanc. A force d’instrumentalisation du FN puis du RN par les politiques au pouvoir, à force de ne pas prendre en compte le rejet de cette façon de faire de la politique : des discours qui n’engagent que ceux qui les écoutent…mais fondamentalement à rien, aucun contrôle, aucune possibilité d’évaluation des électeurs sur les politiques menées en cours de mandat, pas de réforme ou d’adaptation de la Constitution à l’évolution du pays, un défaut d’éducation et d’association des jeunes sur ce que doit être une démocratie républicaine et ses valeurs, on arrive aujourd’hui sur près de 49 millions d’électeurs à 28% d’abstention et 9% de vote blanc.
    Vous parlez de loups ? Vous voulez rire, les loups ne rôdent pas forcément aux extrêmes, les loups sont déjà au pouvoir et ils ont depuis longtemps formaté l’opinion à l’aide de médias « acquis » à la grande cause de la finance mondialisée dont SLE fait partie.

    1. Tout de même. Il ne vous aura pas échappé que le candidat idéal, comme vous dites, n’a pas été notre recommandation unique, loin de là, ni qu’il a subi son lot de critiques. Nous avons d’ailleurs perdu une partie de nos adhérents qui nous trouvaient trop durs avec lui, aujourd’hui avec la Nupes. Nous essayons de tenir notre ligne d’une Europe de progrès.

      1. Non, en dehors de qq critiques je n’ai rien remarqué. Continuez comme ça et jusqu’à combien d’abstention aux élections en France ? Et en Europe ? Où sera le progrès quand les seuls électeurs qui voteront encore seront des retraités avec leur vision passéiste et conformiste ? Le seul progrès voudrait qu’il y ait un débat non seulement en France mais aussi en Europe sur cette tendance eugéniste : l’intérêt supérieur c’est les profits de certains. Une tendance que l’on ne peut manquer de ressentir quand on a encore une conscience pour croire en d’autres valeurs. Une tendance eugéniste vers laquelle les pouvoirs et leurs représentants nous entraînent tous, en nous le montrant à travers leurs actes tout en disant le contraire (= le fameux en même-temps !).

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page