ActualitésEditoEn Une

Le retour de la guerre froide

C’est donc la guerre. Poutine a décidé de reconnaître « l’autonomie » d’une partie d’un pays voisin, et d’enjoindre à ses troupes de l’envahir.

Tout ceci n’a malheureusement rien de bien surprenant, quand bien même on se demandait si Poutine oserait. Il est toujours utile de relire ce qu’on publiait il y a quelques années, et force est de constater que les bases étaient claires dès l’origine. Puisqu’il n’y a pas d’ambiguïté, commençons par quelques évidences.

Non, la Russie n’est pas menacée. Qui va l’envahir ? L’Ukraine ? La Pologne ? Les pays baltes ? Les Etats-Unis, qui essayent désespérément de se dégager d’Europe pour faire leur fameux pivot vers l’Asie ? L’OTAN, dont Emmanuel Macron constatait la « mort cérébrale » l’année dernière ?

Non, les promesses de la fin de la guerre froide n’ont pas été violées. Certes, la Pologne a rejoint l’OTAN, mais l’OTAN n’est pas une structure d’agression. Quel genre de paranoïaque se sent agressé par la mise en place d’une alarme de sécurité chez son voisin, avec en plus 20 ans de décalage ? C’est comme si la France avait soudainement envahi l’Allemagne en 1977, au motif qu’elle a réarmé 20 ans plus tôt dans le cadre de l’OTAN.  Accessoirement, l’Ukraine a fait la demande d’entrée dans l’OTAN, et les membres l’ont refusée. Surtout, le véritable prix de l’indépendance de l’Ukraine était sa renonciation à l’arme nucléaire. La leçon est désormais claire pour chacun : ne renoncez jamais à l’arme nucléaire, la parole de vos voisins est un bien pauvre substitut.

Non, il n’y a pas d’équivalence entre « annexion » par l’OTAN et l’Union Européenne, c’est à dire une alliance défensive et un club de démocraties dont le Brexit prouve que chacun est libre de le quitter, et une annexion par les chars russes.

Non, l’Ukraine n’appartient pas à la Russie, pas plus que l’Alsace n’appartient à l’Allemagne. Les dissertations sur l’histoire sont de mauvais goût face aux choix des populations exprimés dans des référendums et des élections libres.

La réalité nue, c’est une annexion militaire de pays voisins pour reconstituer une « Grande Russie » de pacotille, essentiellement à des fins de propagande et de gloriole. C’est une lutte à mort contre la démocratie et l’Etat de droit, seuls à même de menacer le système de corruption dictatorial mis en place par Poutine, et qui justifie son soutien aux pires dictatures. La rencontre d’Etat avec la Chine a produit une déclaration conjointe qui redéfinit la démocratie essentiellement comme un assentiment du peuple à ses dirigeants (argument essentiel du fascisme), et surtout pas comme une liberté de choix des citoyens qui n’est qu’une arme des pays occidentaux pour abattre l’Orient.

La politique d’influence et de déstabilisation des démocraties est devenue bien rodée, et le caractère invraisemblable des prétextes soulevés par Poutine (un génocide en cours en Ukraine ???) est désormais lu comme une provocation de sa part, qui ne s’embarrasserait même plus de justifications à ses actes.

Les despotes que l’on suppose éclairés ont toujours leurs amateurs, qui doivent se tortiller un peu pour défendre le despote quand l’aspect éclairé est moins évident.

Honneur déjà à Marine Le Pen, qui rivalise d’euphémismes : « regrettable », « ne participe pas à la désescalade » et appelle à geler la situation sur la base refusée par Poutine, par la simple vertu du dialogue et sans aucune menace de sanction sanction évoquée.

Premier prix à Jean-Luc Mélenchon, qui se contentent d’imputer à Poutine la responsabilité de l’escalade, l’ensemble de la situation étant de fait de l’impérialisme américain et européen. Le seul vrai risque : la soumission à l’OTAN. Ce texte est lunaire et atteint une dimension presque poétique.

Mais la palme revient sans contexte à Eric Zemmour, l’ami de Pétain et de la terre russe qui ne ment pas. Sans trembler, Il indique que les préoccupations de la Russie sont légitimes et que s’il est élu, il redéfinira les frontières de toute l’Europe et son système de défense dans le sens souhaité par Poutine. Les sanctions sont exclues puisque Poutine a raison, et l’affaiblir serait nous affaiblir puisque nous avons besoin de son contrepoids face à l’influence des démocraties. En quelques lignes un appel à céder aux demandes territoriales bien compréhensibles de Monsieur Hitler, en rappelant qu’avec tout ses défauts, tout de même plutôt lui que le Front populaire (ou Emmanuel Macron).

Face à cette nouvelle guerre froide qui se dessine, quelle politique de l’Europe ? Serons-nous à la remorque des Etats-Unis par défaut, ou bien allons-nous nous doter d’une autonomie stratégique ? Faudra-t-il un commissaire européen à la Guerre ?

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

35 Commentaires

  1. Et oui, mon cher Arthur, la comparaison implicite entre Poutine et Hitler contenue dans votre article et malheureusement de plus en plus pertinente. La situation de l’Ukraine évoque celle de la Tchécoslovaquie en 1938 qui fut trahie par sa population germanophone et envahie par les nazis volant au secours de ladite population. La réponse fut… Munich.

    1. Tout à fait d’accord sur la comparaison, mais alors soyons clair: quand un dictateur guerrier apparait ce n’est jamais par hasard et on est jamais totalement blanc. Le Traité de Versailles en 1918 a jeté l’Allemagne dans l’insécurité et l’humiliation et les allemands ont fini par voter pour Hitler. De même la fin de la guerre froide tout en maintenant l’OTAN ont mis les russes dans l’insécurité et ils se sont rangés derrière un guerrier autoritaire. Maheureusement l’autocritique de l’occident n’apparait nulle part or il serait bien temps qu’on prenne conscience de ce que nos voisins peuvent sentir et changer radicalement de politique extérieure, à l’exemple de ce que fait le Conseil de l’Europe! Imaginez un instant le contraire; que l’Europe constitue une alliance militaire avec les Russes et que le Mexique se candidate pour y entrer. Que feraient les américains des USA?

      1. Bonjour Samuel Thirion.
        Votre analyse est pertinente et je la partage !
        Mon opinion:
        La Russie est menacée a ses frontières par les USA avec ses vassaux l’OTAN dont nous faisons partie.
        Je ne suis ni pour la Russie ni pour les……..USA.
        La CIA et la NSA ce sont 400 000 espions des USA qui maitrisent notre monde !
        On ne les voient nulle part mais ils sont partout…………….et en Ukraine pour attaquer leurs adversaires
        économiques dont leur ennemi n° 1 les Russes ( aujourd’hui Capitalistes )
        Ils manipulent l’Europe et préparent des guerres sans risques à distance avec l’OTAN. Les USA mettent
        des amendes en milliards de dollars aux états qui font du commerce avec les pays que les USA détestent.
        Ainsi la BNP en France a payé 10 milliards d’amende pour avoir commercé avec l’Iran…………..!
        Le marché de 50 milliards pour la vent de sous marins à l’Australie nous a été « volé »

        Alors il n’y a pas de gentils USA qui sont la force du bien (dixit Georges Bush en Irak ) et de méchants Russes diaboliques depuis 1917 !

        Il n’y a que le risque de mourir dans une des bonnes guerres qui ont fait la fortune des USA et de son allié fidèle l’Angleterre depuis 1914 !

        Je ne veux pas mourir dans dans les radiations pour la fortune des uns ou des autres ……
        ……notre salopard de Mafion qui travaille pour les Roottcccchild est déjà de trop !

  2. Je suis en tout point d’accord avec vous. J’aurais aimé toutefois que vous ajoutiez au 6ème alinéa de votre article : « pas plus que les territoires occupés palestiniens n’appartiennent à Israël. Ce dernier étant soutenu directement par les Etats-Unis et indirectement (par ses déclarations ambigües et ses relations commerciales) par l’U.E. C’est cela que l’on appelle l’équidistance ou le non alignement…

  3. Bonjour.
    Merci Arthur pour cet article, quand comprendrons nous la nécessité de créer une véritable nation européenne avec toutes les prérogatives qui lui sont attachées (armée, douane, etc, etc…).
    POUTINE n’a rien à faire de l’Europe actuelle, il s’en moque.
    Oui, la situation actuelle nous rappelle cruellement de mauvais souvenirs liés à la seconde guerre mondiale, comment se fait-il qu’on renouvelle s’en arrêt les mêmes erreurs ?
    Pensez vous que si POUTINE avait eu en face une véritable armée européenne, il aurait agit ainsi, je ne le crois pas.
    Quand allons nous réagir dans ce sens, quand allons nous arrêter de croire que les USA sont nos protecteurs ?
    Que se serait-il passé si nous avions en plus un TRUMP comme Président des ETATS UNI ?
    Comment nos politiques actuels Français osent critiquer les actes du Présidents actuel de l’Europe dans cette crise, il a essayé de faire le maximum avec très, très peu de moyens.
    Je ne suis pas de son bord mais je fais la part des choses.
    Que de souffrances actuelles et à venir déclenchés par des tyrans sanguinaires, l’histoire se répète s’en cesse, pourquoi n’arrivons nous pas à nous surpasser pour plus d’humanité, l’homme est donc un loup pour l’homme ?

    1. Pour avoir une véritable Défense européenne, il faudrait tout d’abord quitter l’OTAN. Toute l’Europe! Voilà ce à quoi il faut nous atteler. Car ll’Ukraine est allée directement demander l’aide des Américains!.

        1. c’est surtout la condition nécessaire pour voir arriver demain les tanks Russes a Paris… ou pour se voir prendre 15 ans de prison pour avoir exprimé son opinion, ou jeté au Goulag comme Navalny avec une balle dans la nuque..; Ce sont bien les méthodes russes non ?
          Vous devriez exprimer vos opinions aux Ukrainiens qui se réfugient en Europe et à ceux qui résistent pour la liberté d’expression.
          Bravo l’Otan…
          Sérieux les 2 là, vous êtes des Trolls ?

  4. Merci pour cette bonne analyse synthétique. Et d’accord d’en faire un parallèle avec les occupations israëliennes en Palestine (commentaire de M. Herlemont), mais la référence au ‘non alignement’ est saugrenue !

    1. Pour moi, la référence au non alignement n’est pas saugrenue car ce qui empêche les Etats européens (et l’U.E.) de réagir face à la politique de colonisation des gouvernements israéliens est que, justement, ceux-ci sont soutenus par les USA. A ma connaissance, Biden ne revient pas sur la décision de Trump d’établir l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Il s’agit d’un exemple parmi de nombreux autres. Ceci dit, ma réflexion était secondaire par rapport à l’article d’Arthur. Simplement, une incitation à balayer devant notre propre porte.

  5. D’abord tout en étant d’accord sur le fond je me dois de vous rappeler le Tibet, les Ouighours, les Palestiniens, certains peuples de l’Outremer français etc… et surtout la faiblesse de l’accord sur le respect des frontières après la 2ème guerre mondiale qui n’a pas pris en compte les peuples minorisés souvent positionnés au frontières, en ne promulguant un article donnant droit à des référendums, voir au droit à l’autodétermination démocratiques…

  6. Bonjour,
    Je suis effaré de voir qu’à aucun moment on ne se pose la question de pourquoi le phénomène Poutine. D’accord sur tout ce que vous dites, mais prenons un peu de recul et posons-nous la question: pourquoi la Russie a-t-elle dérivé vers un système autoritaire après la fin de la guerre froide, une situation dont on n’arrête pas de payer les conséquences avec tous les désastrres qui vont avec (guerre en Syrie, etc. et mainenant à nouveau la guerre) ? La question mérite d’être posée car les occidentaux portent une vraie responsabilité dans cette dérive. Tout a commencé avec le mensonge des americains à Gorbatchev promettant de ne pas élargir l’OTAN. Or ils ont fait exactement le contraire, alors que l’existence de l’OTAN ne se justifiait plus! Nous Européens il est grand temps que nous nous rendions compte de la situation de conflit larvé et permanent avec nos voisins russes dans laquelle nous a enfoncé la perpétuation de l’OTAN et son élargissement. Car contrairement à ce qui est dit partout, l’OTAN n’est pas une organisation internationale, l’OTAN est une alliance militaire. Or qui dit alliance militaire sous-entend un ennemi potentiel plus ou moins désigné. Voilà le principal ingrédient qui a conduit à la dérive que connaissent nos voisins russes. Cela aurait été beaucoup plus intelligent de terminer avec cette alliance militaire et de mettre le paquet dans la coopération avec la Russie sur les valeurs de démocratie, droit de l’homme et état de droit comme essaie de le faire le Conseil de l’Europe. Je serais vraiment heureux si ce message pouvait être entendu et relayé par votre organisation.

    1. Le fait que les pays Baltes, la Pologne et la Roumanie fassent désormais partie de l’OTAN ne justifie en rien une annexion de l’Ukraine. Un état indépendant reste souverain sur son territoire.
      La Russie de Poutine essaie d’imiter l’URSS de Staline et ses conséquences désatreuses pour les pays « libérés » du capitalisme. La soumission de l’Estonie en 1940 doit rester dans les mémoires….ou comment un grand pays(par la taille de son armée) impose une colonisation forçée à ses voisins. Poutine n’est peut être pas Hitler, mais il ressemble de plus en plus à Staline d’avant 1941.
      L’UE doit soutenir les « frères de la forêt » partout où ils se manifesteront aprés la prise de contrôle par la Russie.
      Il est temps que nos décideurs se décident, soit à mourir pour Kiev ou Talinn, soit à se transformer en Chamberlain/Daladier.

      1. Comme je vous l’ecrit dans mon commentaire, il nous faut une armée européenne, qu’attendons nous ?
        Si ce qui se passe actuellement ne pousse pas à sa création, cela devient alors désespérant ?

      1. Merci Arthur pour votre réponse. Néanmoins cela ne change rien à mon commentaire. Hitler aussi a vérouilé les élections après avoir été élu. C’est le propre de tout dictateur arrivant au pouvoir par les élections, comme Poutine. Il est grand temps que les Européens changent leur regard sur la réalité des faits historiques. Nous ne sommes pas sans responsablité de ce qui se passe aujourd’hui! L’humiliation et la menace militaire contre un peuple finit toujours par se payer très cher. Or aujourd’hui on est dans le cercle vicieux: on se sent agressés et donc on renforce la menace et les ingrédients sont là pour une guerre à grande échelle avec le seul garde-fou de la menace atomique. Qu’est-ce qui empêchait objectivement les européens et américains de signer l’accord que les russes ont proposé il y a un mois de garantie de non adhésion de l’Ukraine à leur alliance militaire (OTAN) au lieu de repousser Poutine dans sa folie militaire dont les conséquences seront désatreuses pour tout le monde? Faut-il être aveuglés par nous-mêmes pour voir où se trouvent les erreurs?

    1. j’ai oublié le mot programme… ou projet…… Heureusement que les parrainages des maires sont un rempart pour protéger la France de ces hurluberlu… Certains y verront un déni démocratique, eh bien moi non… moi j’y vois une mesure de protection… Et si Adolf Hitler se présentait aux présidentielles ? Vous lui donneriez les 500 parrainages ?… C’est du rôle et du pouvoir des maires de protéger notre pays face à un projet mené par des déments.

      1. Mon Dieu… Y’a Mélenchon en Meeting à la Réunion en train de débiter sa litanie de conneries… Vu tous les dictateurs armés jusqu’au dents qu’il existe de par le monde, voila qu’il veut désarmer l’Europe… Au royaume des bisounours, il nous ressortira sa constituante et sa 6eme république… Le problème avec Mélenchon, c’est qu’avec sa baguette magique il va transformer la Terre à l’image qu’il s’en est fait en criant Abracadabra… Ca va être un peu plus long que prévu… La violence d’un Staline dans des incantations anachroniques… Sur le fond, il a parfois raison…Tout n’est pas à jeter… mais en total décalage avec la réalité.

  7. Je suis d’accord avec beaucoup de chose écrite, toutefois je pense qu’il faut garder à l’esprit que l’Europe de la Défense n’est pas pour demain, que je suis donc ravi que nous soyons toujours dans l’OTAN, que Poutine vient de sortir l’Otan de sa léthargie, que depuis quelques années maintenant Poutine et les Russes sont deux choses de plus en plus distinctes, mais aussi qu’il y a pas mal de russophones en Ukraine. Comment tout cela va-t-il se terminer ? Il y a une chose qui ferait perdre la face à Poutine, c’est que la Suède et la Finlande rentrent dans l’OTAN.

  8. J’ai bien peur que l’Ukraine ne soit que la bataille pour la Terre du Milieu… et qu’au loin dans le Mordor, Sauron nous guette… Poutine ne va pas s’arrêter là… Il veut le Pôle Nord… Après les états Baltes, ils ‘appropriera le Pole Nord…

    1. en fait, quand tu écoutes Poutine, c’est limite un appel a l’aide… les néonazis drogués tu peux juste te demander s’ils sont a Kiev ou a Moscou….

      1. mais en fait… ceux qui gouvernent le monde… ce ne sont jamais que des fils de riches dénués de toute morale… Une bande de fils à Papa gouvernent ce monde…

  9. La guerre FROIDE ! C’est effarant. Il ne semble pas qu’en Ukraine elle soit si froide que ça… Elle n’est froide que pour nous.
    Et se poser à ce stade et de cette manière la question de notre responsabilité, c’est faire le procès de la diplomatie. Dans les années 1930, ce fut clair, pratiquement jusqu’à la débâcle. Mais aujourd’hui, nous n’en sommes pas encore là. La primauté de la démarche diplomatique est légitime pour éviter la montée aux extrêmes immédiate. C’est l’acharnement qui est coupable. Ensuite, on peut débattre longtemps de la question de savoir s’il aurait fallu interrompre les pourparlers et quand. On peut s’abandonner à l’uchronie, mais on ne réécrit pas l’histoire.
    Par contre, laisser la Russie voter au Conseil de sécurité lorsqu’il s’agit de la guerre de conquête qu’elle a entreprise contre l’Ukraine et accepter son veto constitue un scandale qui signe la mort de l’ONU de la même mort que la Société des Nations autrefois.

    1. On ne peut pas nier la parole de la Russie a l’ONU qui est un espace de parole… L’ONU est le lieu où elle peut s’exprimer… et bien évidemment tout le monde sait qu’elle y exprimera son droit de véto… L’ONU est le lieu où devant le monde, la collectivité prendra acte de son positionnement.

    1. Malheureusement oui… Homo homini lupus… ou encore Vae Victis…
      A l’heure où la question identitaire est plus que présente, on peut encore se poser cette question : « en fait, c’est quoi l’homme ? »… Un prédateur sans scrupules dénué de toute morale ? Un égoïste forcené dénué d’empathie qui claquera la porte aux nez des migrants ?
      Il paraît qu’il y a de tout pour faire un Monde… Le tout est de ne pas laisser l’anneau du pouvoir dans de mauvaises mains… Laisser les clés de la maison à Trump, Zemmour, ou Poutine ? Je pense qu’il y a des erreurs que l’on paie très cher… Identité ?… Oui… Humanité surtout…

Laisser un commentaire

A lire également
Fermer
Bouton retour en haut de la page