ActualitésEditoEn Une

Il faut un « Barnier » des Gafa

La capitalisation boursière d’Apple a dépassé le seuil symbolique des 2 000 milliards de dollars. Microsoft, Apple, Amazon, Google et Facebook pèsent ensemble 22 % de l’indice boursier américain phare, le S&P 500. Jamais aussi peu d’entreprises n’ont été aussi puissantes. Ainsi s’affirment davantage encore dans la crise actuelle ces entreprises-empires que sont les Gafam.

Parallèlement le Conseil européen du 21 juillet dernier a décidé d’un emprunt européen de 750 milliards d’euros. Cet emprunt devra être remboursé par la création de nouvelles ressources fiscales, propres à l’Union européenne. Pour ne pas piétiner le territoire fiscal de ses Etats membres, la meilleure solution pour l’Union serait de prélever ces ressources sur les flux externes associés à la mondialisation.

Rétablir notre souveraineté

Les flux les « moins vertueux » de la planète, en matière d’environnement, de droits sociaux, et naturellement de fiscalité s’imposent comme des cibles privilégiées. Bref, rétablir notre souveraineté implique de se donner d’abord les moyens de récupérer notre dû auprès d’autrui. En l’occurrence notamment auprès de ces entreprises empires que sont devenus les Gafam.

En pratique, l’affirmation de la souveraineté européenne vis-à-vis d’elles sera cependant complexe à construire. Jusqu’à présent, les Européens en ont été incapables, par défaut d’unité et divergences d’intérêt, et, plus prosaïquement, par manque de capacité technologique. Mais au-delà, la difficulté vient aussi du fait que ces acteurs sont devenus suffisamment puissants pour exercer une forme moderne de suzeraineté sur nos concitoyens, au travers notamment de l’enjeu des données.

Pour établir un rapport de force suffisant afin de régler cette question, le Brexit pourrait inspirer les Européens. Ce sujet s’est révélé si transversal et important qu’une force dédiée a été constituée au niveau européen sous la houlette d’une forte personnalité, Michel Barnier. Chargé d’incarner au nom des 27 États membres notre souveraineté collective face au Royaume-Uni, il a su maintenir uni le front des 27, la plus essentielle de ses réussites.

Aussi, compte tenu de la nature de ces entreprises empires du numérique, devenues aussi puissantes que des Etats souverains, de leur prétention au contrôle intime et financier de nos vies comme de nos entreprises, pourquoi ne pas suivre le « modèle Barnier » pour négocier avec elles et reconquérir notre souveraineté numérique ?

Article publié dans Alternatives économiques le 24 novembre 2020. Ce sont nos amis, soutenez-les !

Arthur Colin et Henri Lastenouse

Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire

Articles associés

11 Commentaires

  1. Désolé d’être pessimiste mais l’opposition UE-GB n’a rien à voir avec celle entre l’état social de bien-être (dit erronément providence) et le néolibéralisme. Actuellement, le rapport de force au sein de l’Union penche, hélas, du côté du néolibéralisme…

  2. Excellent article, oui. Y compris la proposition de négocier directement avec les GAFA pour l’établissement d’une taxe européenne. Mais quel est le rapport des forces ? Est-ce que l’Union est de taille à lutter contre les géants de la Toile ? Quelles sont ses armes ? L’arme absolue des GAFA, c’est une paralysie partielle ou totale d’Internet dont nous tous, les gouvernements, l’économie, les individus, sommes devenus aussi dépendants qu’un drogué de sa dose d’héroïne. Et est-ce que les Etats-Unis, qui sont les grands bénéficiaires de la puissance de ces groupes, laisseraient diminuer leurs profits à l’avantage d’autres Etats sans réagir ? Il faudrait aussi que les gouvernements européens qui tirent profit de la situation actuelle soient prêts à renoncer à leurs avantages, après une négociation préalable.

  3. Problème des blackblocks au niveau européen :
    Le problème a été engendré, à mon avis, par la rare faute politique d’Emmanuel MACRON ( dont je suis un ardant soutien ) au début de son quinquénat, à savoir l’abandon du projet de Notre Dame des Landes.
    En effet cela a été la démonstration que la violence pouvait gagner contre la loi et la volonté du peuple.
    Les occupants illégaux de Notre Dame des Landes ont engendré les Gilets jaunes les plus radicaux sur les rond-points
    et les blackblocks qui empoisonnent toutes les manifestations aujourd’hui.
    Le malheur est que tout cela profite à l’extrême droite
    Souhaitons que cela ne débouche pas sur un véritable Etat Policier et n’assassine notre belle Démocratie
    Jean Pierre ARAGON

    1. Totalement à côté du sujet. Tous les gouvernements depuis 50 utilisent les éléments extrémistes (gauchos, puis casseurs, puis autonomes, puis blackblocks) pour discréditer les mouvements sociaux et justifier une politique de répression chaque fois plus inclusive. On ne peut pas croire que les forces de police, en général bien informées, ne puissent pas isoler et mettre hors d’état de nuire 200 types en bande organisée, toujours les mêmes et suivant les mêmes procédures.
      Qui est-ce que ça arr

      1. C’est bien ce que je disais
        Dans la mesure où tu peut penser que c’est le gouvernement qui manipule ces mouvements, tu peux aller rejoindre la horde des complotistes de tout poil
        Vraiment, notre démocratie est en danger de mort !

        1. Bonjour
          Concernant les complots, et la provocation dans les manifestations, je me rappelle d’un reportage diffusée sur TF1 ou l’A2 pendant les manifestations contre la loi DEVAQUET où les cameramans ont suivi à son insu un homme vêtu d’une parka kaki et d’une belle écharpe jaune canari. On le voit en avant du front des manifestants jeter des pierres sur les forces de l’ordre. Le service d’ordre étudiant se précipite sur lui pour lui arracher sa besace pleine de pierre. A ce moment les forces de l’ordre charge, le dégagent et l’aident à se relever, puis le jeune homme s’en va vers un autre point de manifestation.
          C’était sûrement un film de propagande mais à l’époque ces chaines étaient encore gouvernementales. Par ailleurs, le film a été présenté au 20H, je l’ai vu aux nouvelles de 22h30 et aux alentours de 23h le film était saisi sur réquisition de Charles PASQUA ministre de l’Intérieur, et l’information annoncé le lendemain matin à la matinale de France Inter qui était aussi sans doute une radio complotiste…
          Concernant Notre Dame des Landes, vu l’impact environnemental et la tendance à une croissance sobre, je pense que c’était la bonne décision. Cette technique d’occupation avait déjà été utilisée dans les années 70 dans les luttes sur le plateau du LARZAC. Etait-ce une mauvaise chose ? De même, pour empêcher la construction du barrage de Serre-de-la-Farre à l’amont de Brives-Charensac à la fin des années 80 et début des années 90. Il y avait de la tension et des bagarres mais pas au niveau de violences actuelles.Il faut aussi se rappeler que jusque dans les années 50, il y avait souvent des morts lors des manifestations… Donc la violence était tout autre.
          Je ne pense pas que ce soit ces occupations qui ont générés les gilets jaunes mais une dégradation de l’état social depuis les années 80 et une augmentation de la pauvreté. Le film de F RUFFIN (Je veux du soleil) est certainement un film de propagande mais quand on voit qu’un père de famille divorcé avec un travail régulier ne peut pas manger tous les jours, ou qu’une autre vit avec des bons d’achat gagnés dans les lotos de villages ou que des maires de village de village ruraux d’Ardèche explique les difficultés de leur concitoyen et ont écrit au Président pour lui en faire part, je pense que cela contribue plus sûrement à l’émergence des gilets jaunes, dont la grande majorité ne sont pas des casseurs mais des gens qui sombrent dans la misère et le désespoir. Je pense qu’ils sont à la recherche d’un peu de Fraternité.

      2. Salut les complotistes, vous en voulez un beau ? Pas un bidon comme celui des sages de Sion ou celui du fluor dans l’eau, un vrai, c’est celui de la synarchie, quand « Nos » dirigeants de 1925 à 1940 ont organisé la grande parade de juin 40 et la bonne soupe d’après pour le bonheur des grandes fortunes européennes. Gross Malheur ! Merci, hi hi hi !

  4. Moi, je pense en ma modeste petite tête de Français moyen ayant oublié ses leçons d d’histoire du lycée et appris des nouvelles, que c’est pas d’un Barnier mais d’un Lénine des GAFA dont la planète aurait besoin ! Ce ne sont pas les petits coup de patte d’un Barnier qui empêcheront le capitalisme de détruire la vie sur notre planète…

Laisser un commentaire

A lire également
Fermer
Bouton retour en haut de la page