ActualitésEditoEn Une

François-Xavier Bellamy n’est plus à sa place dans la droite démocratique

François-Xavier Bellamy le philosophe si subtil, si délicat dans l’expression de ses positions très conservatrices, a par touches successives rompu avec ce qui fait la droite démocratique. Le temps n’est plus où comme aux européennes il était l’un des oriflammes derrière lequel  cette droite Républicaine pouvait partir en conquête.

Pour qui se prononcera t-il ? Marine Le Pen ? Emmanuel Macron ? Il se terre dans un silence forcené. Non qu’il ait perdu la parole : on l’entend ici où là sur l’agriculture par exemple. Mais nombreux sont ceux qui, à droite, se taisent. Pourquoi s’en prendre à lui plutôt qu’un autre ?

Parce que Bellamy a donné son parrainage à Eric Zemmour. Il ne s’agit pas d’un soutien bien sur, mais d’un souci que chacun puisse participer au plein débat démocratique. Personne n’a songé à parrainer Christiane Taubira cependant. Et une fois ceci posé avec une élégante mauvaise foi, il précise qu’en cas de second tour Zemmour – Macron, il votera Zemmour. Zemmour ! Le candidat dont la seule proposition est la guerre civile contre les musulmans, qui les rend responsable de tous les maux de notre société et de la disparition supposée de notre civilisation, qui justifie nos guerres de religions passées pour légitimer celles à venir et tend la main aux quelques militaires qui ont des envies de coup d’Etat !

Cette  position en réalité n’apparaît pas comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Il y a deux ans, il se compromettait avec l’extrême-droite dans une opération de délégitimation de la Cour européenne des droits de l’homme, qui aurait été plus ou moins aux mains de Georges Soros. Il y remettait en cause l’idée même que la justice doit garantir des droits fondamentaux face aux politiques.

Enfin, dans le grand débat sur la dérive démocratique de la Hongrie il est un défenseur constant de Viktor Orban sur le fond de ses idées. Dans le débat parlementaire sur la privation du droit de veto de la Hongrie, nombre de députés de droite ont exprimé leurs doutes. Rares sont ceux qui ont défendu le modèle démocratique et de droits fondamentaux de la Hongrie comme François-Xavier Bellamy.

L’effondrement de Valérie Pécresse est lié bien entendu à l’adoption au sein d’En Marche des courants juppéistes et sarkozystes. Il est également lié à l’attraction de plus en plus forte exercée par une extrême-droite qui totalise désormais un tiers des suffrages, or ces deux pôles ne sont pas équivalents. L’un est un concurrent, l’autre un ennemi de la démocratie. Pour n’avoir pas su clairement choisir entre les deux, les cendres de la candidature de la droite classique ont été dispersées au vent.

Demain, ces choix vont se poser à travers toute la France, dans chaque circonscription législative. C’est pourquoi nous demandons au Parti populaire européen d’intervenir dans la vie démocratique de son membre français, et d’adresser un signal clair en écartant François-Xavier Bellamy de ses rangs au sein du Parlement européen. Si la digue n’est pas recréée en France, elle cèdera dans d’autres pays.

 

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

10 Commentaires

    1. Je ne suis pas un soutien du RN ni de Zemmour, loin s’en faut, mais demander comme vous le faites, au Parti populaire européen, d’écarter François-Xavier Bellamy de ses rangs au sein du Parlement européen, est justement anti-démocratique. Car que cela vous plaise ou non, Zemmour et Le Pen ont été des candidats aux élections présidentielles comme tous les autres qui ont participé à la vie démocratique du pays. Vos idées ne vous plaisent pas? Eh bien c’est ça la démocratie : accepter que les autres ne pensent pas comme soi. Vouloir les exclure et demander à un parti, le PPE, qui ne partage pas vos idées, d’exclure ceux qui les soutiennent, prouve que vous n’avez rien compris à la démocratie.

      1. Bonjour.

        Ils peuvent se présenter et vous pouvez les soutenir. Mais dans ce cas la logique voudrait que vous apparteniez à leur groupe parlementaire plutôt qu’à celui de leurs opposants.

        La démocratie c’est que quand vous votez PPE vous ne vous attendez pas à avoir un député qui propage les idées de Zemmour. Si c’est que ce vous souhaitiez, vous auriez voté à l’extrême-droite, pas PPE

  1. Bonjour Arthur.

    Oui, nous aurons une montée de l’extrême droite, c’est inéluctable, avec des conséquences catastrophiques pour la démocratie, lisez mon dernier commentaire sur l’article « Contre LE PEN, un seul bulletin », nos dirigeants actuels sont des facilitateurs, ils jouent avec le feu, à un moment donné, nous risquons de nous bruler.
    On parle en plus d’élargissement, ce sera la cacophonie si on a pas mis en place avant une vraie gouvernance européenne.
    J’ai l’impression d’être un incompris ?

    1. Rassurez-vous: il y a quand même d’autres lecteurs qui vous comprennent d’autant plus qu’ils approuvent.très souvent vos commentaires. Suivez mon regard… très introspectif !

  2. ce Bellamy m’a l’air de quelqu’un de sain. et non lobotomisé qui se fait son propre opinion .
    tout n’est pas noir ou blanc. la vraie vie est beaucoup plus compliquée que ça .
    par contre je serai toujours opposé à ceux qui veulent imposer leurs idées et d’autant plus si il ont ne serait -ce qu’un tout petit pourvoir dont ils abusent .
    quant à la démocratie elle n’est valable pour certains que si on est de leur avis même en leur montrant des preuves de leurs erreurs ,ces derniers n’hésitant pas à traiter leur contradicteur d’extrémiste de droite ou parfois pire ;quand ils sont à cours d’arguments et ont le pouvoir censurer; de le faire …

    1. Il ne s’agit pas de censurer, il resterait député européen. Vous loupez totalement la question : quand on professe les idées de Zemmour, on est candidat sous l’étiquette Zemmour et élu dans son groupe. ça c’est démocratique. Se faire élire sous l’étiquette d’opposants à Zemmour par des citoyens qui croient voter Républicain, ça ce n’est pas démocratique.

  3. Décevant, ce maladroit appel à l’intolérance… Pas en ligne avec les billets habituels. Non seulement ça n’aide pas nos idées, mais ça les dessert. On va oublier cet article et attendre les suivants en méditant la célèbre formule voltairienne (ou plutôt attribuée à Voltaire) : « Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer. »

  4. Bonjour Arthur,

    Votre analyse est simpliste : blanc /noir, les bons/les truands, Barca/Real M. Il faut aller plus loin dans la réflexion, je pense. Des éléments spéculatifs sur un clavier AZERTY ne mène pas bien loin : je vous encourage à vivre l’Europe à partir vivre en Roumanie, en Italie ou ailleurs qques années. votre analyse sera plus riche. Amitiés républicaines.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page