ActualitésEditoEn Une

La légitimité démocratique de l’UE ne tient pas à l’organisation de pique-nique entre chefs de gouvernement

Annegret Kramp-Karrenbauer, dauphine désignée de Merkel, a pris sa plume pour répondre à la lettre ouverte d’Emmanuel Macron sur l’Europe. En évitant un face à face entre deux chefs de gouvernements, cette voie oblique permet un échange plus franc entre l’européanisme défendu par Macron et celui de la droite allemande. Puisque le débat est ouvert, prenons-y part !

Il y aurait beaucoup à dire tant les champs de désaccord sont ouverts. Chère AKK, vous défendez une vision désormais classique de l’Allemagne du « chacun dans son pays », et marquez votre désaccord quant à la mutualisation des risques financiers et la convergence sociale. L’idée sociale ne vous semble d’ailleurs pas très bonne en soi: il faut produire avant de distribuer. Nous ne pouvons vous suivre ici. De même, le démantèlement proposé de la PAC sous couvert de solidarité avec les paysans africains nous semble peu prometteur.

Mais concentrons nous sur la question démocratique. Nous avons étés accoutumés à recevoir des leçons de fédéralisme de l’Allemagne, qui pratique ce régime. Le basculement de l’Europe dans une sphère démocratique était toujours repoussé à plus loin car elle n’aurait pas été prête. Le Parlement comme la Commission ne sont pas aux standards allemands de démocratie, et l’Allemagne ne saurait renoncer à la deutsche Qualität en ce domaine. Eh bien, à l’heure où le Président de la Commission doit dépendre des élections par les citoyens, voilà que vous nous expliquez que la légitimité démocratique de l’Europe repose sur les Etats membres, et plus précisément sur la synthèse de leurs intérêts. Mais ce que vous décrivez là est une coopération, pas une démocratie !

Les Etats-membres ont bien entendu une place fondamentale dans l’Europe, et celle-ci ne deviendra sans doute jamais une fédération au sens classique du terme. Mais pourquoi tenir des élections et convoquer des citoyens si l’essentiel est de faire la synthèse des intérêts des Etats-membres ?

Chère AKK, ici une modeste proposition. Dans la crise de confiance que connaissent nos démocraties, à tous les niveaux où elle s’exerce, rassembler et inclure les citoyens passe par une plus grande participation aux processus de décision, et l’Europe n’y échappe pas. Nous avons pu observer la force des assemblées citoyennes de consensus, qui permettent efficacement de faire la synthèse des intérêts des citoyens et de dégager une vision commune de l’intérêt général, en évitant une partie des risques de dérive passionnelle des processus référendaires. Pourquoi ne pas créer une assemblée citoyenne Européenne permanente, composée de citoyens tirés au sort ? Placée sous la protection du Parlement européen, celle-ci permettrait de mesurer réellement le consentement des citoyens européens à l’occasion des questions importantes que nous avons à trancher à l’échelle d’un continent. Et il y’aurait bien de quoi occuper les deux sièges du Parlement à Bruxelles et Strasbourg… sujet qui semble vous tenir à coeur.

Tags

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

16 Commentaires

  1. Ben voyons, une nouvelle assemblée ! Soit une nouvelle usine à gaz qui pompera encore plus nos finances il faut réformer celle qui existent et redonner un sens aux responsabilités.

    1. L´idée de cette assemblée pourrait devenir une manière de réformer justement celle qui existe, en donnant un cadre pour des rencontres entre des élus et des citoyens tirés au sort, pour une participation et une meilleure consultation démocratique. Il faut avancer concrêtement sur ce type d´idées.

  2. Merkel fit semblant de croire en l’UE
    puis y crut de )plus en plus
    levier efficace de la conquête du Monde par l’industrie allemande
    avec toujours en tête et en premier l’intérêt allemand.
    Au moins habillait-elle ce cynisme de beaux discours.

    AKK est plus jeune et plus CSU que CDU, elle n’a que faire des beaux discours, et se concentre sur l’intérêt bin compris de l’Allemagne
    à l’exception de toute autre considération.

  3. notre appartenance à l’Europe est indispensable à notre survie, bien sûr les Allemands essaient de faire croire que notre survie se joue avec eux Merkel n’est pas un ange. Et moi en tant que belle fille d’un déporté je pourrai en vouloir aux Allemands , mais j’ai toujours entendu mon beau père dire que seul notre rapprochement avec l’Allemagne .amitiés

  4. J’adore entendre de toute part : il faut produire avant de redistribuer. Mais la France produit, et beaucoup ! l?L’Allemagne aussi d’ailleurs! Lá où ça coince c’est pour la redistribution… : 90% pour les riches (bourse, paradis fiscaux et autres salaires mirifiques) et le reste, 800€par mois +la précarité organisée pour tous…
    Et vous faites les yeux ronds devant les saccages du Fouque’s et des magasins de luxe de Paris! Réveillez-vous madame AKKvous qui semblez encore pire que votre prédécesseur, si j’ai bien compris !!!!

    1. Bien d’accord, et il faudrait aussi que nos voisins teutons se réveillent et virent cette CDU rétrograde et sournoisement anti-démocratique aux prochaines élections (2022 est bien loin, mais il faut s’y préparer correctement). Une meilleure répartition / redistribution des richesses permettrait sûrement un soulagement des tensions sociales actuelles, y compris les accès de nationalisme qui divisent les peuples plutôt que les unissent.

  5. Mon cher Arthur, votre proposition aurait du sens, si les politiques (je parle d’expérience) n’avaient pas une si piètre opinion des citoyens(comme vous les nommez) ou de leurs électeurs.
    Une fois élu(e,s, es), ils ou elles s’en contrefichent ! Le citoyen ou l’électeur n’étant qu’une de leur variable d’ajustement.

  6. L Europe ne peut pas exister sans un fédéralisme et une démocratie directe de tous ses citoyens Ce fédéralisme doit concerner les fonctions régaliennes soit la défense la diplomatie et l’économie qui seules peuvent assurer une communauté de destins et l’égalité de tous. Elle doit aussi respecter les particularités et les traditions régionales dans un bon équilibre de l’intime et du social Le déclaration des droits de l’homme (qui oblige l’État à assurer le bonheur de chacun) mais aussi, (ce qui est un peu oublié) du citoyen (qui veut que chacun doit œuvrer au bonheur de tous) dans le respect des valeurs républicaines de Liberté Égalité Fraternité et Laïcité
    L’Europe a été construite sur une Europe des Nations et on en voit le résultat dans le fait que, dans les difficultés chacun « tire la couverture à soi » avec une unanimité impossible, des consensus mous orientés sur des projets matériels et non vers un idéal commun Elle est devenue de ce fait le lieu de toutes les peurs de ceux qui se sentent oubliés voire méprisés par ceux qui s’estiment des élites
    Sous l’effet de ces peurs, dans un paroxysme dépressif et suicidaire, beaucoup se jettent dans les bras de nationalistes qui les manipulent pour accéder à un pouvoir dont on ne pourra ensuite se débarrasser qu’en sombrer dans les malheurs du passé et au prix de beaucoup de conflits sanglants
    L’Europe doit donc pour renaitre de ses cendres, devenir ce qu’elle aurait du être solidaire, démocratique et plus proche de tous ses citoyens, avoir des élections Européennes avec des listes européennes et non nationales enfin sortir des carcans et sortir enfin des erreurs et illusions du passé par une vision de l’avenir dans un idéal commun

    1. Voilà un vœu pieux…de citoyen !
      Il est bien dommage qu’il n’y ait plus d’homme ou de femme élu(e) en UE actuellement sur une telle foi, qui aurait du sens au niveau de l’espace européen, l’électeur n’ayant plus le choix aujourd’hui qu’entre des « gestionnarocomptables » dotés d’œillères pour tout ce qui ne rentre pas dans le, voire leur, champ économique.

  7. Rien n’est simple en effet mais il faut définir un cap On a trop tendance en France à perdre son temps à trouver des coupables au lieu d’œuvrer pour chercher des solutions Je serai par ailleurs moins sévère envers les hommes politiques, quels qu’ils soient Je pense que, pour la majorité d’entre-eux, ils font de leur mieux dans un environnement difficile Leurs erreurs sont en outre aussi un peu les nôtres car on les a élus librement Si quelqu’un avait une solution miracle et perenne dans un monde qui change qu’il se présente à nos suffrages pour les défendre mais les miracles … c’est très très rare. Les politiques font des promesses qui ne sont en fait que des propositions en vue d’actions à faire Ils les pensent réalisables dans la situation à la date où ils les font mais les évènements changent, nous ne sommes pas seuls au monde et il y a d’autres acteurs compétents qui viennent s’opposer à la bonne marche des choses Toutes ces choses demandent aussi du temps pour produire des effets Il faut donc être bien crédule de croire qu’un homme politique, si doué soit-il, puisse voir l’avenir dans une sorte de boule de cristal et puisse faire des promesses absolument sures d’être tenues On ne peut reprocher les tempêtes à un capitaine de navire mais seulement de ne pas avoir gardé le cap pour nous mener au bon port, même s’il lui a fallu louvoyer un peu en vent debout.
    Nous avons la très grande chance d’être en démocratie, imparfaite je vous l’accord car n’est toujours pas une démocratie bien éclairée, mais personne n’a toujours rien trouvé de mieux et il y a des solutions bien pires lorsqu’elle porte des habits de certains Tartuffes malhonnêtes.
    Donc on a la démocratie, usons en, allons voter et si on a des idées portons les au débat au lieu de rester dans une attitude de contestations stériles ou dans un silence des pantoufles qui n’a toujours précédé que le bruit des bottes

    1. Ayant côtoyé nombre d’élus mais peut-être en êtes vous un, je peux vous dire que dans leur très grande majorité et d’ailleurs plus le niveau était élevé, ils faisaient des promesses pré-électorales en fonction de l’opinion et d’idées majoritairement bonnes pour se faire élire.
      Une fois élus ils ont tous faits (mis à part une exception) ce qui les « intéressait » réellement en s’appliquant à faire coller l’intérêt général à leurs intérêts et bien sûr, vous avez eu raison de le mentionner, en fonction de ce que les autres acteurs leur permettaient.

      Autrement nous sommes d’accord sur :

      – la démocratie (le moins pire des maux !),
      – la nécessité d’exprimer son opinion en accomplissant ses devoirs civiques,
      – la conception d’une Europe plus solidaire, démocratique et plus proche des citoyens,
      – des élections sur des listes européennes et
      – la nécessité d’avoir des dirigeants qui ont une vision de l’avenir et un idéal commun

      C’est pour ma part, sur ce dernier point que l’Europe actuelle péche le plus, le « cap » ne pouvant être uniquement économique.

  8. Les propositions d’AKK, qui semblent un peu irritantes pour la France, ne le sont pas tant que cela :

    * Que notre siège à l’ONU devienne le siège de l’UE ?
    Pourquoi pas !
    Mais lorsque :
    – les votes pour le social et le fiscal se feront à la majorité qualifiée
    – l’UE aura un vrai conseil de sécurité
    – l’UE aura un vrai ministre des Affaires étrangères, c’est à dire ayant de vrais pouvoirs, chaque pays n’ayant plus qu’un secrétaire d’État

    * Que Bruxelles soit l’unique siège su Parlement européen ?
    Que du bon sens !
    A qui appartient ce bâtiment ? A l’UE sans doute.
    Alors qu’elle le cède gratuitement à une société 100 % publique, en proportion de la représentativité des 27 (ou 28?), avec cession entre pays possible.
    Bien des projets pourraient être intéressants :
    – Centre européen de recherche sur l’intelligence artificiel, sur la biologie ?
    – une ENA européenne ?
    – une grande école d’ingénieurs ?

    * un porte-avions européen : solution préférable à un second porte-avions français (ruineux avec son armada).
    Un pas intéressant a été fait avec le Danemark et le Portugal qui ont envoyé chacun un navire d’escorte.
    Restera aussi à délimiter sa zone d’intervention : uniquement Europe, Méditerranée, Afrique (sauf guerre mondiale et encore en traînant les pieds…)
    Qu’allons nous faire en mer de Chine ? (suivisme des États-Unis comme en Afghanistan ?…).

    1. L’évolution de l’esprit des peuples se fait vers plus de capacité de décision ( France, Algérie, Soudan etc ..mais aussi dans les réactions nationalistes de l’est de l’Europe ) car ils voient que la démocratie n’est pas suffisamment éclairée alors que les divers d’accès à d’information leur donne plus de connaissances et rend difficile de leur faire avaler n’importe quoi Malheureusement ces mêmes moyens d’information ne sont pas régulés et permettent de manipuler leurs peurs par des fausses nouvelles avec des manipulations psychologiques dont la justesse peut être évaluée par la collection de données personnelles, analysées ensuite par IA bien mieux et plus rapidement que par les sondages La démocratie se fait sur l’émotionnel, plus ou moins manipulée La démocratie est le fait d’individus (nous tous, dont moi) qui n’ont ni les connaissances complètes du problème ni la compétence voulue Par contre l’extension à un plus grand nombre fait qu’elle s’approche mieux au plus prés de la bonne solution par un échantillonnage plus proche de la vérité et d’un assez bon équilibre entre émotionnel et rationnel. A cet effet le droit de vote à 16 ans me semble une bonne chose pour relancer la créativité collective d’autant qu’à 16 ans on n’est pas plus immature et cohérent que certains plus âgés et certainement de personnes qui, malgré des troubles cognitifs indéniables, conservent souvent leur droit de vote. En Europe il y a deux organisations de pensées, deux points de vue, entre un nord plus patriarcal, discipliné, plus pragmatique et un sud plus matriarcal, émotionnel et désordonné ce qui accentue les divers divergences entre les états nation mais serait un outil très bénéfique dans l’équilibre d’une organisation fédérale. L’Europe pourrait être l’initiatrice d’une nouvelle idéologie du XXIe siècle dans lequel les idéologies du XXe sont obsolètes et pourrait contribuer à éradiquer les dictatures africaines comme les colonialismes par l’argent pour certains et par la manipulation mentale par d’autres qui ont le dessein plus ou moins avoué d’affaiblir l’Europe comme l’Afrique pour mieux les asservir et en tirer profit, même au prix de guerres de misères comme de révolutions sanglantes. Le XXIe siècle sera donc celui du partage ou ne sera pas

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page