ActualitésEditoEn Une

Panique à Minsk

C’est une bien belle histoire digne d’OSS117 qui vient de se dérouler sur un vol européen, du style que les auteurs de romans d’espionnage n’osent plus écrire parce que les standards de la profession ne le permettent plus.

Hier, un vol Ryanair transportant Roman Protassevitch, fondateur du média Nexta publié par… Télégram, survolait tranquillement l’espace aérien Biélorusse. Le hic, ce jeune homme est un opposant politique au Président actuel du pays, Loukachenko, dernière dictature d’Europe en proie à une crise de légitimité citoyenne profonde depuis des mois. Juste avant de rentrer dans l’espace aérien lithuanien, des heurts éclatent entre « des passagers » et l’équipage. Selon Nexta, les passagers en question font partie des services de sécurité biélorusses qui ont conservé le doux nom de KGB, et prétendent avoir posé une bombe dans l’appareil. Ni une ni deux, Loukachenko donne personnellement l’ordre d’intercepter l’avion par des Migs et le contraint à se poser au sol, où Roman Protassevitch est arrêté. L’appareil est ensuite reparti vers sa destination sans qu’aucune bombe ait été découverte, avec quelques passagers en moins.

Ceci nous rappelle à tous que les dictatures méprisent le droit international et la sécurité des personnes. Cette opération lunaire et indécente aurait pu très mal se terminer pour l’ensemble des passagers du vol. Au-delà des vives condamnations de l’ONU et des Joe Biden, la réponse de l’Union Européenne s’est faite en plusieurs phases. Après quelques réactions extrêmement faibles que nous qualifierons de « factuelles », la Présidente de la Commission a exigé que le vol reparte avec « tous ses passagers ». Elle a ensuite demandé la libération de Roman Protassevitch et a annoncé des sanctions contre le régime biélorusse pour ces actes scandaleux et illégaux. Charles Michel, le Président du Conseil européen, a donné dans la même veine. Le Conseil européen doit prendre des décisions éventuelles ce soir.

Disons tout de suite que des sanctions sont nécessaires. Indépendamment d’un pesage savant de l’adéquation de telle ou telle mesure, nous ne pouvons pas laisser sans réponse la violation du doit international à nos portes, pour arrêter des réfugiés politiques sur notre sol.

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

13 Commentaires

  1. C’est inacceptable mais il faut rappeler que Manuel Valls avait fait exactement la même chose avec l’avion transportant de president bolivien Morales qui avait décollé de Vienne en 2015.

    1. Les deux situations ne se comparent absolument pas. Je ne sais pas si vous êtes sincère, mais c’est de la désinformation. Le plan de vol de l’avion de Moralès a été refusé par la France, l’Italie, l’Espagne et c’est tout. Pas de détournement d’un avion de ligne, pas de rixes provoquées par les services secrets, pas de kidnapping d’un passager,
      Et accuser spécifiquement Vals de cette décision est tout aussi déplacé. Vous pensez qu’Hollande n’avait pas eu son mot à dire? Le Drian?

    2. NON! l’avion n’a pas été détourné et non, il ne s’agissait pas d’un avion de ligne.
      Si cela vous démange à ce point de regler des comptes avec Valls, il vous faut trouver un autre thème de discussion.

      1. @ Jean Pierre
        1 – a quoi serviraient les divisions en l’occurrence, sur le plan pratique? expliquez

        2- L’UE a renforce les mesures (non survol de Belarus + interdiction aux compagnies du pays d’accéder aux aéroports de l’UE, extension de la liste des sanctionnées avec gel des avoirs)

        3- la decision a ete prise le lendemain meme du détournement, et ce malgré les réticences du Loukachenko/Poutino compatible Viktor Orban.

        On ne peut pas accuser l’UE de ne pas utiliser des moyens et des compétences que les « souverainistes » lui refusent.

        Petit rappel : a la fin des années 80 les regimes communistes se sont effondrés . Ni Lech Walesa, ni Vaclav Havel, ni Jean Paul II n’avaient de divisions.

  2. Ouh la la la Belarus a super peur du pantin Michel et de Frau Von der Leyen vu la fermeté qu’ils ont montré face à Erdogan un vrai bon dictateur muzz ! A propos de dictature, le Hamas n’intéresse pas l’Europe car c’est une belle dictature muzz qui vole les aides à son profit et pas pour son peuple, et qui attaque d’une manière insoutenable Israël? Pour être crédible, il faut défendre de vraies valeurs et pas être à la botte du gouvernement du sénile slippy Joe.Le doux nom de KGB est un nom normal pour un service de renseignement et s’il est devenu FSB en Russie c’est à cause de la modification des structures du pays puisque c’est un service civil. Le service de l’Armée a gardé son nom de G.R.U. Prenez votre dictionnaire de russe pour les significations de ces sigles.

    1. Puisque vous parlez de dictionnaire, permettez-moi une petite remarque linguistique: C’est qui la Belle Russe ? Ça ne serait pas la Biélorussie, par hasard ?
      Je ne vois pas pourquoi en devenant indépendante, elle aurait changé de nom. Ce n’est pas parce qu »ont dit Беларусь « Bielaruś » en biélorusse… Beaucoup d’autres ex-républiques soviétiques sont devenues indépendantes, la Lettonie, n’est pas pour autant devenue Latvija, la Lituanie Lietuva, l’Estonie Eesti, l’Arménie Hayastan… etc.

  3. Bp50 semble avoir besoin d’un autre dictionnaire, il qualifie le Président américain de « slippy »….Mr Biden serait -il donc « glissant »…. ou plutôt apathique ?

  4. Plus facile de condamner la Biélorussie qu’israel… Triste et accablant constat des parti-pris de nos leaders et de tous les vat en guerre atlantistes.

    1. aux US on appelle cela du « whataboutism ». La liste risque d’être longue :
      what about les Ouigours?
      what about l’ Erythree?
      what about la Birmanie?
      etc…

      En l’occurrence il s’agit d’un avion de ligne europeen enregistré a Varsovie, dependant d’une compagnie aérienne basée a Dublin, reliant deux villes de l’Union et dont la majorité des passagers étaient européens.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page