ActualitésEditoEn Une

Les USA, quel numéro de téléphone ?

Il y a cinquante ans que Kissinger renvoyait par cette boutade fameuse la construction européenne au néant politique. Nous n’avons pas pris la mesure des évolutions qui ont eu lieu depuis, mais la crise du coronavirus jette désormais une lumière crue sur ce que nous sommes. Et il n y a pas de quoi rougir.

Il existe désormais de part le monde deux groupes d’Etats démocratiques partageant leur économie et leur monnaie : les USA et l’Europe. Le premier va vers ses deux siècles et demi d’existence, et associe d’anciennes colonies proches les unes des autres. Le second fête sa grosse cinquantaine, et tente désespérément de faire vivre ensemble d’anciens ennemis qui ne partagent même pas une langue. Ils ont également en commun que les politiques de santé restent du ressort des Etats membres. Comment affrontent-ils la crise présente ?

Couvrons les d’un voile le temps d’une respiration, et baptisons les pour l’heure Concordia, monde de l’entraide, et Divisia, monde du chacun pour soi. Le point commun ? Très vite, la menace envers l’économie va être identifiée et la Banque centrale et le budget central vont intervenir massivement, à la hauteur de leurs capacités. Par ailleurs, au début de la crise, Concordia et Divisia ont peu ou prou les mêmes réflexes. Lenteur à prendre conscience, réaction en ordre dispersé des Etats membres avec des stratégies sanitaires divergentes, fermeture des frontières et maîtrise jalouse par chaque Etat de ses masques, respirateurs, médecins.

Mais dès la première semaine, Concordia va se reprendre et l’instance de gouvernement central va négocier avec les Etats membres. Les frontières vont se rouvrir pour les marchandises, c’est à dire par exemple la nourriture, mais surtout les masques, les respirateurs, les traitements. Des initiatives vont se mettre en place pour déplacer les malades d’un Etat à un autre. L’aide que s’apportent les Etats membres en matériel est bien sur insuffisante au regard de la pénurie, mais nettement supérieure à celle donnée par la Chine, au hasard. En Divisia, à part deux Etats voisins les frontières restent fermées.

En Concordia, l’instance centrale met en place des achats groupés de masques et de respirateurs pour que les petits Etats aient une chance de se fournir. En Divisia, les Etats membres sont en concurrence pour les mêmes stocks et surenchérissent les un sur les autres, alors même que l’instance centrale a organisé le transport de ces stocks. En Concordia, un programme commun de recherche sur les traitements possibles est mutualisé, en Divisia rien de tel.

En Concordia, les Etats membres sont ultimement garantis les uns par les autres et un Fond Monétaire Concordia existe en cas de crise de la dette. Concordia a pris la décision de supprimer temporairement tous les critères de bonne gestion qui donnaient droit à ce fond pour permettre aux Etats de faire face. En Divisia, chaque Etat est laissé seul et ne peut compter que sur ses moyens financiers propres.

En Concordia, face à la montée prévisible du chômage, est mis en place en urgence un système commun de réassurance des assurances chômage des Etats. En Divisia, l’instance centrale bloque l’extension des assurances maladies par les Etats.

On l’a compris, dans ce tableau Concordia est l’Europe et Divisia les USA. Ceci peut sembler une surprise complète, mais devant le coronavirus, le système européen est plus solidaire, plus efficace, plus rapide que le gouvernement fédéral américain. Ceci devait amener à réfléchir ceux qui se demandent avec rage « Que fait l’Europe ? » alors qu’ils se sont toujours opposés à ce qu’elle ait compétence en matière de santé. Car au final, que font les USA ? Nous découvrons que le modèle américain n’est pas si fort que nous l’aurions cru, et l’Europe au final plus solide.

Non ! Me direz-vous. Ceci n’existe qu’à cause d’un moment Trump, dont la personnalité néfaste et déficiente joue ici à plein. J’opposerai un désaccord franc. D’abord parce que le modèle constitutionnel américain, ce ne serait que cela ? Un Trump arrive, et tous les USA sont à terre ? Brillante construction en vérité ! Inversement, ce n’est pas Jacques Delors qui est aujourd’hui à la tête de la Commission européenne, mais un cinquième choix de compromis qui n’y était même pas candidate, ni préparée. Ensuite parce que Trump n’est pas seul. Les Républicains sont en réalité au même niveau que lui, en moins voyant. Le Sénat a mené une guerre d’obstruction contre Obama et l’a privé de son droit constitutionnel à nommer un juge suprême. Les Etats républicains ont souvent mis en place des systèmes de suppression du vote noir et de découpage électoral qui rendent leur légitimité démocratique plus que suspecte. Les USA se débattent aussi avec leur problème hongrois ou polonais.

Le système européen de compromis boiteux et de coopérations bricolées n’a pas à rougir quand on le compare à la catastrophe qu’est la désunion américaine. Il faut cesser de vouloir juger nos institutions au regard d’un monde parfait, et les voir honnêtement pour ce qu’elles sont. Au bout d’un demi siècle seulement, nous pouvons être fiers de notre solidité et de notre solidarité. Et nous allons continuer à construire !

Tags

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

23 Commentaires

  1. En croirait un article dans la Pravda d’avant la Glasnost: Anti – américanisme et Trump bashing gratuit, vu que l’Amérique profonde a voté pour un homme qui fut poussé en avant par des généraux qui désiraient se débarrasser du deep state mortifère, soit la clique démocrate Bush-Clinton-Obama ( la marionnette des 2 premiers cités) Bon le sujet est trop vaste pour en débattre ici. Solidarité européenne? Qui a répondu à l’appel au secours italien et grec??? Acheter des masques parce que la belle industrie européenne ne sait pas fabriquer de masques et que les achats au Chinois démontrent la camelote envoyée???

    1. Mais oui il a raison le rédacteur de l’article.Il faut se débarrasser de l’influence néfaste, pour le monde des USA et de son « Mister plumeau » -dans un premier temps-. Ce pays et ses dirigeants républicains notamment se servent de l’inertie des cultures nationales pour faire de nous leurs jouets. L’UE tirera les leçons, je l’espère, de ce que nous vivons….mieux que « la-bas ». La raison reviendra, ici, à la lumière de ce qui se passe. Notre modèle n’est pas celui des USA qui n’a pas besoin, d’un président tout compte fait, (sauf pour appuyer sur le bouton rouge). Fédérons nous, ici, plus encore pour affirmer une vraie puissance….c’est mon espoir. Il faut être anti-américain aujourd’hui c’est une ardente nécessité pour la vie , la science et la paix. Le modèle neolibéral que les USA impose (ainsi que les embargos) est une atteinte à la terre entière. Son président n’ est pas un grand diplomate comme Talleyrand, mais surtout de la m…. dans un bas de soie….hélas et une grande part des républicains des ignares religieux inadaptés au temps et belliqueux.

      1. Parfait! Je vis aux USofA depuis plus de 20, après avoir admire ce pays, je le déteste et le méprise maintenant avec une grande ferveur. Je voudrais en partir. Le pays lui même est superbe. Les républicains sont des sous-Hommes, plus que médiocres, débiles mentaux obsédés par le fric et leur égos. Ils sont pitoyables.

        1. Ah, enfin des gens s’en aperçoivent ! Ce n’est pas du bashing que de constater que ce pays est peuplé de doux dingues, qui ont comme premier réflexe pour lutter contre cette pandémie, d’aller vider les magasins d’armes !!!????
          Dommage qu’un pays aussi beau et qui a sans doute bcp de gens sains et respectables, soit affublé d’une masse d’idiots contents en arme contre toute mesure de précaution.

  2. Il s’agit bien de construire, Arthur : à long terme, à longue échéance, avec la longue vue de la liberté solidaire qui constitue ET qui anime la démocratie. Merci donc d’y travailler concrètement et constamment, dans le sillage de celle qui nous donne son nom gréco-phénicien de « LARGE-VUE sortant du Crépuscule », mais aussi notre idéal d’active lucidité comme nos moyens de le réaliser (caractères alphabétiques et techniques nautiques) : EUR-OPE elle-même !

  3. Très bonne parabole.
    « Il faut cesser de vouloir juger nos institutions au regard d’un monde parfait, et les voir honnêtement pour ce qu’elles sont ».

    1. Le lecteur – voire le débat – gagnerait à ce que vous explicitiez davantage ce genre de proclamation qui laisse sur sa faim.

      1. Quotidiennement, on constate des écarts de comportements et de décisions en Europe. On est loin d’une convergence et d’une concorde. On verra ce qu’il en restera.

  4. Vision quand même un tantinet angélique… Faut-il rappeler que, alors qu’il existe un tram entre Strasbourg et Kehl, l’Allemagne n’a rien eu de plus pressé que de fermer sa frontière, dès l’apparition du virus en Alsace?
    Qui a aidé l’Italie, aussi bien avec ses migrants que pour l’ épidémie ?

  5. « Que fait l’Europe ? alors qu’ils se sont toujours opposés à ce qu’elle ait compétence en matière de santé » ecrivez-vous… eh bien, l’Europe a demandé 63 fois aux états membres entre 2011 et 2018 de réduire leurs dépenses de santé…

  6. Dans votre démonstration, c’est qui l’Europe ? Qui s’accroche au pouvoir, encore et toujours ? Les États membres, par le truchement du Conseil européen et du Conseil de l’Union européenne, au mépris du Parlement et de la Commission. Alors, renvoyez-leur l’ascenseur !
    Il faut que ça change, il faut laisser la démocratie s’imposer dans l’UE, c’est aussi simple que cela.

  7. Bravo. Ce n’est pas seulement Discordia mais aussi la violence. Celui qui a le premier développé l’emploi des drones (3000 morts sous son mandat), c’est le prix Nobel de la paix lui-même. Son affreux regard d »inquisiteur au spectacle de l’assassinat de Ben Laden, alors que ce dernier aurait dû être jugé, comme les Nazis… Le pouvoir corrompt absolument et c’est le problème des États-Unis. L’Europe n’est pas parfaite, mais heureusement elle existe, et ne court pas le risque du pouvoir absolu. Merci pour tout ce que vous écrivez.

  8. « Il existe désormais de part le monde deux groupes d’Etats démocratiques partageant leur économie et leur monnaie : les USA et l’Europe. » je trouve ce commentaire un peu trop chloré, ou wasp, c’est à dire centré centré sur le nombril de ce genre de personnes qui nous mènent droit dans le mur, comme dirait le Professeur tournesol, encore un peu plus à l’ouest. Connaissez-vous l’Inde, ou les Etats-Unis du Mexique par exemple? Ou sont-ce des démocraties qui parce qu’elles souffrent du néocolonialisme n’ont pas droit de cité? En fait à vos yeux d’ « ancien mondain », elles n’ont même pas le droit d’EXISTER. Il me semble qu’il est temps d’ouvrir un peu plus grand les yeux, mais les formatés du système ont du mal à percevoir que le monde est vaste, et qu’il est temps d’évoluer en tenant compte de sa globalité, dans toutes ses diversités.

  9. L’UE est un bateau qui coule, vous aurez beau écrire de belles salade à la sauce propagande type URSS, vous aurez beau crier, pleurer, l’UE va disparaître, et ceux qui la quitteront en premier s’en sortirons le mieux.
    L’UE n’est pas la paix, l’UE c’est la guerre, l’UE est soumise à l’OTAN, l’Allemagne, la Pologne et la Belgique achète des avions de guerre américain, la France se meure, et dans votre aveuglement vous réclamez plus d’UE, le réveil sera brutal, mais vous l’aurez mérité…
    A-10 maximum, comprendra qui pourra^^

  10. Article complètement binaire….il faut bien connaître les Etats Unis avant de proférer de telles platitudes : l’absence d’un système de sécurité sociale à l’européenne y est pallié par une très grande solidarité de voisinage, de quartier etc. A l’inverse, les Etats européens ont fait montre – et continuent de faire montre – d’une très grande division entre eux quant au financement de « l’après » coronavirus.

    1. Bonjour, le 22 mars encore, le président du Sénat américain a bloqué l’idée de tout paquet d’aide fédéral de financement de l’après coronavirus en disant qu’il préférait voir les Etats fédérés faire faillite plutôt que leur verser plus d’argent qu’ils vont utiliser pour renflouer leur systèmes de retraites. Très franchement, les USA continuent à faire moins bien que l’Europe aujourd’hui encore.
      https://www.cbsnews.com/amp/news/mitch-mcconnell-would-rather-let-states-declare-bankruptcy-than-receive-more-federal-aid-2020-04-22/?__twitter_impression=true

  11. Si on avait construit une Europe économique et sociale essentiellement, il y aurait eu moins de personnes sans travail, moins de pauvreté, moins de mendiants ou de SDF jetés à la rue en grosse partie due à une politique économique mal gérée. Les salaires n’avaient pas réellement augmenté durant de longues années mais on a laissé grimper les prix des loyers de manière astronomique et le coût de la vie également de manière irresponsable. Statistiquement, j’en déduis que la courbe des salaires depuis la création de l’Europe a du sensiblement augmenté très légèrement et être bien en dessous des prix des produits de consommation y compris les loyers. Il ne faut pas être surpris que des gens harassés et angoissés soient descendus dans les rues, dans leurs détresses ! La France a des besoins. Favorisez plutôt l’augmentation des PME également et l’implantation d’entreprises utiles et propres et évitez de dépendre de l’extérieur. J’ai l’impression que la France manque de tout, alors qu’elle peut se suffire à elle-même. Comment en est-elle arrivée là ? Avant l’Euro, avec le Franc on pouvait s’acheter beaucoup de choses. Les gens en majorité pouvaient vivre décemment. Si rien ne change, les peuples vont finir par prendre en grippe l’Euro. J’entends dire que beaucoup d’inégalités existent. ! Si on pouvait faire participer les peuples par des votes dans les grandes ou importantes décisions économiques, sociales ,nationales ou européennes par exemple, l’impliquant, ce serait bien ! Ainsi on favoriserait la Transparence. Le peuple serait rassuré car elle verrait où part son argent. Celui qui  » paie  » c’est-à-dire le peuple, a le droit de savoir où part ses sous. Car jusqu’à présent tout paraît opaque. Pas suffisamment de transparence pour rassurer ! On devrait savoir chaque année les sous versés par le peuple et connaître comment s’est faite la distribution, (la répartition). Comment se fait-il que la France manque de personnel soignant et que ces écoles IRTS ou médicaux ou facultés de médecine, ne disposent que très peu de places, obligeant certains candidats à proposer leurs candidatures à l’étranger. Je rappelle que la France manque de personnel soignant (médecins, infirmières, etc..). Il y a beaucoup de création d’emploi à faire dans divers domaines utiles mais il y a des barrières sans doute politique, nationale ou européenne. La France manque de médicaments alors qu’elle serait en capacité de se les fabriquer sans dépendre des autres. Et elle aurait crée des entreprises et embaucher. Mais on a l’impression qu’elle n’est pas pressée de donner du travail aux français ! Ce qui est bizarre, c’est que depuis des années, des années, on impose l’austérité aux français et à certains pays d’Europe, et cela depuis trop longtemps. Mais où est passé tout cet argent ramassé sur le dos du concitoyen pour faire face à l’austérité ? Et durant de longues années, cela fait un bon pactole ! On a vu Plus d’austérité amènent Plus de Pauvreté sur la longévité. Comment donc qu’il y ait autant de pauvreté dans la société, dans les rues d’année en année ? Penser au bien-être du peuple et non au bien-être des lobbies. Faisons une Europe saine ou une Europe des états saine où il fait bon vivre et non Polluée au sens propre et figuré !

  12. Bonjour, petit point : il est assez étonnant de voir des gens aujourd’hui critiquer l’Europe pour son manque de coordination sanitaire. Mais qui a jamais dit qu’il fallait que l’Europe joue un rôle majeur de coordination sanitaire des Etats membres en cas de pandémie ? S’il faut le faire, faisons le, mais ne nous étonnons pas si ça n’existe pas encore puisque ça n’a jamais été envisagé !!!! Et que celles et ceux qui passent leur temps à freiner des quatre fers quand on veut étendre la coordination européenne ne viennent pas se plaindre ensuite qu’elle ne soit pas assez développée. I.els feraient mieux de faire leur mea culpa : « pardon, nous pensions que l’Europe n’était pas utile, mais en fait, on voit bien que si… »

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page