ActualitésEditoEn Une

Frontière inhumaine !

Le calvaire vécu par les migrants du Proche Orient « importés » par le dictateur bielorusse Loukachenko jusqu’aux frontières hivernales de l’Union européenne expose hélas tout ce que le « monde d’après » nous réserve d’horreurs à venir. Relayant la situation sur le terrain, aux frontières de la Pologne et de la Lituanie, le compte Twitter @alphaville2021 nous relate  : « Nuit. Frontière #Belarus #Poland. Température -2C. Au milieu du bruit des blindés et des hélicoptères militaires, et du froid glacial, lisant Stanisław Lem. Pour le citer : « J’ai toujours pensé qu’il y aurait de la glace en enfer ». Voilà l’Union européenne confronté à une situation illustrant comme jamais à la fois la mondialisation des « migrations du désespoir » et la violence des réalités  géopolitiques actuelles. Sur cette frontière improbable de l’Union européenne pour une migration venue du Sud, @alphaville2021 nous partage une profonde misère humaine  «  Matin. Frontière #Belarus #Poland. Temp -4. Septième jour pour beaucoup. Le temps s’aggrave, brumeux, nuageux. La plupart essaient de dormir un peu le matin… Blottis dans des sacs de couchage, ils se ressaisissent pour maintenir le feu ».

Dans son bras de fer avec l’Union européenne, Loukachenko prévoit même d’augmenter le nombre de vols de migrants vers ses frontières au cours de l’hiver. Manifestement, le risque de voir ces migrants mourir de froid à sa frontière n’a aucune importance pour lui ! Sur place, @alphaville2021 confirme :  « …Frontière #Belarus #Poland. Température 2C. Le Biélorusse a apporté des outils pour couper des arbres autour de la frontière afin de faire plus de place pour les réfugiés, a également apporté de grandes tentes. On dirait qu’ils envisagent de construire un grand camp à la frontière ». Il rapporte d’ailleurs une situation similaire à la frontière lituanienne : « Alors que la plupart des reportages médiatiques sur la « Jungle » à la frontière biélorusse #Poland, à la frontière biélorusse-lituanienne, une nouvelle ville est née, une nouvelle « Jungle ». Des centaines, la plupart kurdes, bloqués. Des familles brisées entre les deux jungles ».

Sur cette frontière du diable, tous y perdent leurs âmes, en premier lieu les autorités polonaises. Aussi longtemps que possible, celles-ci préféreront se débrouiller seules. Demander de l’aide à l’agence européenne FRONTEX est loin d’aller de soi. Pour rappel, en 2015, le gouvernement polonais a refusé d’accepter des réfugiés venus de Grèce et n’a ensuite accepté aucun quota de migrants. Dans ces conditions, la Pologne n’a pas d’autre stratégie face aux migrants que de les repousser en Biélorussie : « Gardes-frontières polonais et biélorusses, il n’y a pas de différence entre eux pour un réfugié. Tout ce qu’un réfugié voit, c’est un soldat avec une arme à feu qui bloque une route. » confirme @Alphaville2021.

Pour Varsovie, il s’agit moins d’une crise humanitaire que d’une agression du régime de Loukachenko, avec la Russie comme facilitateur. En arrière-pensée, la reconstitution de l’empire russe, un scénario qui interpelle tous les Polonais ! Déjà, le gouvernement polonais a imposé l’état d’urgence dans la région frontalière, refusant l’accès aux médecins, aux ONG ou aux journalistes, et envoyant 12 000 soldats pour défendre les frontières. Manifestement cet état d’urgence autorise les coups les plus bas, selon @Alphaville2021 « Toutes les heures environ, comme une horloge, les gardes-frontières polonais utilisent le laser, les lumières, font toutes sortes de bruits pour que les gens ne puissent pas dormir. Moteur en marche sur leurs voitures Blindées, cris sur haut-parleurs, sirène.

Pour l’heure, l’Union européenne doit certainement se concentrer sur l’aspect humanitaire de la crise en cours, d’abord pour ne pas piétiner ses propres valeurs. Malheureusement, déjà en 2016, elle a négocié un accord avec la Turquie, payant Ankara pour garder les réfugiés hors d’Europe. Un premier genou à terre qui ne pouvait que revenir hanter à nouveau la politique extérieure des Vingt-sept ! La Biélorussie porte maintenant le « chantage à la turque » à un tout autre niveau. En effet, dès que les Européens commenceront à négocier un accord portant sur cette crise humanitaire, ils légitimeront « de facto » le régime de Minsk. La sortie de crise passe-t-elle par la Russie ? Manifestement des migrants s’embarquent à partir de l’aéroport de Damas, sous contrôle de « l’obligé syrien » pour atterrir sur le tarmac d’un autre obligé à Minsk. Aux Européens de surprendre leur monde en trouvant un moyen de diviser les intérêts de la Biélorussie et de la Russie.

Henri Lastenouse

Henri Lastenouse est Secrétaire général de Sauvons l'Europe, et tant d'autres choses encore !

Articles associés

7 Commentaires

  1. Comme se comportent la plupart des politiques de tous poils face à cette situation d’urgence, ils blablatent, accusent les uns et les autres, se renvoient la balle mais ne font rien. Le sort des victimes manipulées ne les gène en rien. Que faire ?
    Un répondre à l’urgence: 2000 migrants divisés par 27 pays c’est 75 migrants par pays, pas un raz de marrée donc, examiner la justification de chaque migrant…
    Deux, forcer la Pologne à ouvrir sa frontière, et porter plainte conte Loukachencko pour mise en danger de la vie d’autrui, non assistance à personnes en état de faiblesse, prise d’otages, trafic d’être humains…
    Trois, revoir le traité de Dublin, en finir avec le droit de veto et passer à la majorité qualifiée, revoir la politique commune européenne d’accueil,répartition…
    Quatre, si ces migrants courent de tels risques c’est qu’ils ne peuvent vivre dans leurs pays parce que nous-mêmes nous sommes responsables de la situation de leurs pays: 20 ans en Afghanistan et l’abandon, aucune lutte contre Bachar…corruption des dirigeants politiques de ces pays pour satisfaire les intérêts des actionnaires de nos entreprises, achats des terres, pillage du sol…
    Les migrants permettent aux entreprises de faire des profits faramineux, ce sont les seuls à accepter de telles conditions de travail…

  2. FRONTEX est un organe de type intergouvernemental, dirigé en droit et en fait par un Conseil d’administration où siègent les représentants des 27 Etats membres. FRONTEX ne peut intervenir qu’à la demande expresse d’un Etat et sous son étroit contrôle. D’autre part, FRONTEX doit respecter scrupuleusement la réglementation européenne en matière de droits de l’homme. Ce qui explique une certaine lenteur et inefficacité de son fonctionnement. Seule une réforme du statut de FRONTEX pourrait permettre de libérer et développer son action – comme expliqué dans les notes ci-joint :

    https://www.lesamisdutraitedelisbonne.com/post/libérer-frontex-suite-1

    JGGIraud

  3. Bonjour.
    Le premier commentaire à l’article pose une bonne question, quels seraient les moyens pour diviser les intérêts de la RUSSIE et de la BIELORUSSIE alors qu’il est évident que ce sont eux qui tentent de faire exploser l’EUROPE ?
    Le second commentaire renforce l’article dans son analyse, il est évident que nous avons affaire à des dictateurs qui n’ont rien à faire de la valeur des vies humaines, comme HITLER, c’est de la chair à canon qui sert à assouvir leur recherche de puissance, leurs rejets profond de la démocratie.
    Quand à l’EUROPE, comme je l’ai déjà écrit, elle paie cash les erreurs de son organisation politique. L’EUROPE est gouverné par des politiciens qui appliquent des méthodes dépassées, qui ne veulent pas voir la réalité du monde actuelle, ils n’ont pas tiré les conséquences de tous les conflits antérieurs de la SYRIE, de la LYBIE, de l’UKRAINE, de la TURQUIE, etc… , la seule réponse à mettre en place, je ne cesse de l’écrire, est la construction très rapide de la nation Européenne avec un véritable gouvernement, une véritable armée, de véritable douanes, etc, etc…
    Faisons là avec quelques états si nécessaire, l’état du monde ne permet plus d’attendre ?
    Dans mes précédents commentaires sur les différents articles, j’ai prédit ce qui arrive aujourd’hui, prédiction facile que tout homme politique sensé aurait du voir, et bien non, comme il est écrit dans les commentaires ci dessus, on rabâche toujours les mêmes choses sachant qu’au bout il y a des personnes qui meurent à cause de l’incompétence ou de la cupidité des responsables européens qui ne veulent pas prendre le taureau par les cornes ?
    Ne seront ‘ils pas responsables indirectement d’un crime contre l’humanité ?

  4. Ce qui arrive à nos frontières européennes devrait dessiller les yeux de tous ceux qui admirent le pdt russe ou d’autres petits dictateurs périphériques. Qu’elles/ils se souviennent aussi au moment de nous choisir un prochain président quels sont parmi nos candidats à la fonction, celles et ceux qui sont admiratifs, voire qui font allégeance à ces personnages troubles et douteux…

  5. Voici un message que j’ai reçu de Pologne, suite à ma question : que faire ?

    « The best that you can do is to make a direct payment to Grupa Granica, a coalition of several charities helping at the border and distributing the money wherever it’s most needed:

    https://zrzutka.pl/kk4yh2

    You can make the payment directly at this link, choosing to be anonymous or not.

    I’m afraid it’s only in Polish, but with Google Translate you should be fine. You should press the red button « Wplac na zrzutke » on the right side of the screen and this should direct you to the payment. There you can choose a predefined amount or choose « Inna kwota » (a different amount) and write the amount manually. It is in Polish zloty but there is an option to pay with credit card which will do the currency exchange for you. »

    PS : je ne suis pas encore passé à l’acte.

  6. En bref :
    – La publication a été vue 195 000 fois, et a récolté plus de 1 500 commentaires. La vidéo a ensuite été relayée dans la chaîne Telegram d’opposition biélorusse Nexta TV.
    – La traversée semblait se préparer depuis plusieurs jours.
    – Selon l’onglet « Page transparency » de Facebook, ces deux pages ont été créées en 2019, bien avant même le début de la crise migratoire aux frontières de la Biélorussie. Elles sont animées par des personnes situées en Allemagne, en Irak et en Grèce.
    – Facebook est américain.
    Mais ce serait de la faute de la Biélorussie…

    https://observers.france24.com/fr/europe/20211109-bi%C3%A9lorussie-des-pages-facebook-kurdes-ont-incit%C3%A9-des-migrants-%C3%A0-se-regrouper-pour-passer-en-pologne?fbclid=IwAR0WaTrpWH5h66sKWXhEvlNj4KDvNHUgF8sF8c_RAFNARTYsuP5LIUSHFR8

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page