ActualitésEn UneOpinions

Draghi répond à Mélenchon

L’Union européenne doit modifier ses traités, abolir le droit de veto en politique étrangère et accélérer le processus d’intégration dans plusieurs domaines. C’est la vision de l’avenir de l’Europe que le Président du Conseil, Mario Draghi, a exposée dans son discours aujourd’hui à Strasbourg devant la session plénière du Parlement européen.

En résumé, M. Draghi a proposé la création d’une Union de la défense pour optimiser et coordonner les investissements des États membres dans le secteur, la poursuite de l’élargissement de l’UE en accueillant les pays des Balkans occidentaux et, dès que possible, également l’Ukraine, et enfin la réforme de la politique d’immigration et d’asile en modifiant le règlement de Dublin. Il a prévenu qu’il y aurait une « profonde réorientation géopolitique destinée à déplacer son axe stratégique de plus en plus vers le Sud », en Méditerranée, où l’Afrique et le Moyen-Orient offrent « d’énormes opportunités » pour les énergies renouvelables.

Le Premier ministre a ensuite promis le soutien de l’Italie à toutes les sanctions contre la Russie, y compris dans le secteur de l’énergie, et a demandé l’introduction d’un « plafond européen sur le prix du gaz importé de Russie », insistant sur la nécessité de rompre le lien actuel entre le prix du gaz et le prix de l’électricité.

Avant tout, M. Draghi a plaidé pour une réponse aux défis actuels auxquels l’UE est confrontée – notamment en raison de la guerre russe en Ukraine – qui se fonde sur une réadaptation des instruments déjà conçus et mis en œuvre avec succès pour répondre à la crise post-pandémique.

La proposition, qui n’a jamais été formulée aussi clairement, consiste à reproduire le « modèle » du programme Sure (prêts émis au niveau de l’UE, pour financer des plans sociaux, que chaque pays rembourse individuellement) pour financer les mesures nationales de remboursement partiel des hausses de prix de l’énergie aux familles et aux entreprises, et à utiliser le modèle « Next Generation EU » (émission de prêts communs, à rembourser conjointement, avec des objectifs communs) pour financer les investissements nécessaires dans les domaines de la défense, de l’énergie, de la sécurité alimentaire et de la sécurité industrielle. « Aucun budget national n’est en mesure de soutenir ces projets à lui seul. Aucun pays ne peut être laissé de côté », a déclaré le Premier ministre.

« Nous avons besoin d’un fédéralisme pragmatique, englobant tous les domaines touchés par les transformations en cours, de l’économie à l’énergie en passant par la sécurité. Si cela nécessite le début d’un chemin qui mènera à la révision des traités, embrassez-le avec courage et confiance », a expliqué le Premier ministre, en précisant la position de l’Italie dans le débat qui vient de s’ouvrir sur les conclusions de la Conférence des citoyens sur l’avenir de l’Europe.

« L’intégration européenne est le meilleur allié dont nous disposons pour relever les défis que l’histoire nous réserve. Aujourd’hui, comme à tous les moments décisifs depuis l’après-guerre, nous avons besoin de détermination, de vision et d’unité. Je suis sûr que nous serons en mesure de les retrouver, ensemble », a conclu M. Draghi.

Ce texte de Lorenzo Consoli a été publié en version originale par Askanews

Lorenzo Consoli

Lorenzo Consoli est journaliste auprès des institutions européennes depuis un quart de siècle et l’ancien président de l’association internationale de la presse à Bruxelles.

Sauvons lEurope

Un engagement pro-européen et progressiste en faveur d'une Europe démocratique et écologique, espace commun de libertés et de protection sociale.

Articles associés

15 Commentaires

    1. Contrairement aux affirmations catastrophistes du sérail politico-médiatique du monarque présidentiel, c’est assurément une gauche rassemblée dans le camp de la solidarité, de l’écologie et désormais de la paix, face à la loi du mensonge triomphant pratiquée par une clique d’intégristes néolibéraux tous gangrénée par la corruption et le conflit d’intérêt, sans conscience ni morale aucune, ne se remettant jamais en question, qui déterminera les choix stratégiques de l’Europe de demain.

      1. Vivement l’autre Monarque….
        Vu ce qu’il nous promet, et vu le nombre de têtes levées prêtes à avaler la moindre des conneries qu’il leur fera faire, ça promet.
        Mélenchon au pouvoir…
        Solo de pipeau… Tu mets l’anche, on se fait un solo.

        1. Attendez pour juger, vous pas plus que moi ne l’avons vu « à l’œuvre », alors attendons de voir, après on parlera…

          1. déjà on sait ce qu’est mélenchon un type violent qui n’aime pas la contradiction, un monarque aussi à l’intérieur de son parti, LFI a son gourou. N’oublions pas son admiration pour poutine maduros etc…Député à Marseille en parachutage, il n’y est que pour quelques manifs ne connaît même pas sa circonscription ne reçoit pas à Marseille!! VIVE L’EUROPE SANS MELENCHON, et pourtant je suis de gauche et pas macroniste

          2. A l’oeuvre de quoi ?
            Il promet monts et merveilles à ceux qui veulent l’entendre… et puis ? Il va changer quoi à lui tout seul et pour les 10 millions de Français qui le suivent à l’ordre du Monde ?
            Rien..
            Il ne changera rien en chine, rien en Russie, rien a Dubaï, rien aux USA, rien en Grande Bretagne…
            Rien.. poudre aux yeux…
            Solo de pipeau… Tu mets l’anche on se fait un solo.. Tu Mélenchon se fait un solo

  1. ça n’est pas du tout contradictoire avec la réflexion de JL Mélenchon sur l’orientation à donner à l’UE..

    1. à martinez le…marseillais ???
      Merci d’utiliser le substantif « Je » à la place de « on » dans vos commentaires svp. Vous savez comme moi que « on » est un c.. ! Vive l’EUROPE oui mais sans les sectaires !

      1. à MP,
        je ne pense pas que les français attendent de la NUPES un changement dans les pays que vous citez. Une grande majorité attend toujours la réalisation d’une promesse de 2012 d’un menteur professionnel et d’un parti soit disant de Gauche mais en réalité, néolibéral : « le changement c’est maintenant !». Résultat de ce « maintenant » et de ces 10 dernières années de changements : crise et guerre.
        Et ce n’est pas le monarque républicain fraîchement réélu sans écouter les aspirations des français et sans parler des sujets les plus préoccupants mais chez qui la science infuse tel un sérum de vérité, qui changera quoi que ce soit.

  2. Le titre original « Comment l’Europe doit changer selon Draghi » ne fait aucunement mention à Mélanchon, ça a été lamentablement ajouté par les animateurs de Sauvons l’Europe qui ont apparemment décidé de participer au buzz anti-union de la gauche sociale et écolo.
    C’est bien de vouloir faire le job pour Macron, pourtant je ne suis pas sûr que les grands discours vont sauver quoi que ce soit de l’Europe avec leur cortège d’inaction généralisée qu’on a vu pendant 5 ans

    1. On n’a pas bâti Rome en un jour…. et puis vu le résultat, encore fut t’il qu’il y eut quelques valeurs lors de sa fondation… Romus et Romulus… c’était déjà fratricide.
      Mais je comprends votre Frustration… Je vous livre clé en main un Monde parfait ou Poutine n’assassine pas ce qui va contre sa doxa… Je vous livre un Monde parfait où les Mélenchons sont rois… Un Roi n’en chasse jamais qu’un autre… Les surprises arrivent souvent à la fin.
      Une constituante, une 6ème république, un RIC à tous les étages, une sortie de l’OTAN et l’Ukraine démerdez vous…. Les bonnes idées à Mélenchon… Merci.
      Ni Maître, Ni Gourou… Un Dieu suffira

      1. Bravo à vous et à votre boule de cristal ! Vous semblez tellement bien connaître JLM pour pouvoir le dépeindre en monarque, gourou ou dictateur. Ne vous sentez-vous pas tout simplement un peu dépassé comme tous ces acteurs politiques ou « politichiens » qui aboient parce qu’une caravane s’est constituée sur leur gauche et qu’elle va passer devant eux ?
        Par ailleurs le titre du post est métaphorique et je suis d’accord avec le commentaire de Bernard Cornut, l’UE se fait avec les pays qui en font partie et qui lui donnent sa couleur. Mais voyons d’abord le résultat des législatives avant d’aller plus loin. Manifestement ce que l’on constate aujourd’hui suite à leurs réactions offusquées, c’est qu’il y avait des socialistes plus attachés à l’étiquette et à leurs petits avantages qu’aux valeurs qu’ils auraient du défendre et porter.

      2. Face à cette union vous avez besoin d’une tête de turc ? Arrangez-vous avec les couleuvres que vous avalez chaque jour depuis 5 ans avec la joie des beaux discours, arrangez-vous avec l’inaction climatique cadeau pour vos enfants et petits-enfants

        1. Inaction climatique due à qui ??? Mélenchon ?, il n’y est encore pour rien, au contraire il réclame des actions, alors contre qui criez-vous ????

  3. Personnellement je vois dans le discours de Draghi plus une convergence avec Mélenchon qu’une contradiction. Oui l’Europe a besoin d’être réformée: elle est trop éloignée des intérêt de ses peuples. Si les politiques démocrates n’anticipent pas les changements nécessaires alors l’UE sera menacée par des votes de défiance qui ouvriront la porte à ses ennemis. Ce ne serait pas la première fois que l’entêtement dans la défense d’intérêts particuliers aboutirait à la disparition des entêtés

Laisser un commentaire

A lire également
Fermer
Bouton retour en haut de la page