ActualitésEditoElections européennes 2019En UneNos ActionsNos Prises de positionNos Tribunes

Sauvons les élections européennes, votons europrogressiste !

Les citoyens sont appelés aux urnes 40 ans après les premières élections du Parlement européen au suffrage universel de 1979, qui elles-mêmes se tenaient 40 ans après la funeste année 1939. Tant de chemin accompli… et pourtant l’Union européenne se cherche encore un fonctionnement démocratique intelligible par ses citoyens.

Lors du dernier scrutin, en 2014, le processus dit des « Spitzenkandidat » avait introduit une idée nouvelle : le Président de la Commission serait le candidat du parti politique européen ayant remporté les élections. Cette disposition ouvrait la voie à une évolution de l’équilibre des pouvoirs au sein de l’Union, avec une Commission plus représentative des forces politiques et démocratiquement légitime. Jean-Claude Juncker, dirigeant la campagne victorieuse des conservateurs européens, a ainsi réussi à obtenir sa nomination.

Cette année, tout a été fait pour qu’il n’en soit rien. Le jeu des chefs d’Etat et de gouvernement au Conseil européen et celui des conservateurs du PPE ont quasiment eu raison de l’innovation de 2014, principalement en rejetant la création de listes transnationales. Ce faisant ils se sont opposés à une avancée démocratique majeure, qui aurait créée aux yeux des électeurs un lien plus étroit entre le vote au Parlement européen et la direction opérationnelle de l’UE.

Le consensus des observateurs les plus avertis est désormais bien établi : le prochain Président de la Commission ne sera vraisemblablement pas issu des Spitzenkandidat. Reste que la qualité du débat du 15 mai dernier entre ces Spitzenkandidat est loin de disqualifier la formule !

En France, la campagne aura de facto duré 15 jours. Le travail effectué par quelques médias, tant sur le pouvoir du Parlement européen que sur les votes par groupe parlementaire, reste malheureusement trop tardif et surtout réservé à des audiences confidentielles.

A l’heure de voter, Sauvons l’Europe souhaite éclairer la réflexion qui doit conduire pour chacun à un choix en conscience dans le cadre d’un vote à la proportionnelle, qui ne désigne pas un parti majoritaire mais bien des coalitions parlementaires possibles au sein du futur Parlement européen.

Par conséquent, chacun doit définir son vote en visant à la fois un choix de coalition politique et d’équilibre au sein de cette coalition. Nous appelons ainsi les électeurs à sortir de la caverne d’un débat national hors sujet. A chacun de se concentrer sur les priorités qu’il souhaite privilégier au sein de la future majorité europrogressiste que nous appelons de nos vœux.

En France, en ce qui concerne les listes de cette coalition espérée, nous ne pouvons malheureusement constater qu’elles n’ont guère fait de cadeau aux électeurs !

En premier lieu, leur composition a été publiée très tardivement et en sacrifiant quelques eurodéputés compétents et actifs. Les députés sortants ayant survécu à cette sélection n’ont pas été particulièrement mis en avant, alors même qu’ils maîtrisent la technique parlementaire et les enjeux de l’agenda européen. Ils ont même un bilan à défendre !

En second lieu, l’articulation de ces listes avec le paysage politique du Parlement européen interroge.

Mis à part les députés écologistes, dont l’utilité du groupe au Parlement européen n’est plus à démontrer, mais qui font en France de ces élections un exercice d’affirmation identitaire, les différentes branches de la famille europrogressiste ont des rapports ambigus avec leur groupe politique d’élection au sein du Parlement européen.

La liste LREM-Modem, Renaissance, sera la future courroie de transmission de l’indiscutable engagement européen d’Emmanuel Macron. Avec le groupe parlementaire libéral ALDE dont pourtant elle se distingue, elle travaille à créer un nouveau groupe aux contours encore incertains. Cette force se voudrait le pivot de toute coalition et reste disponible pour une majorité progressiste avec la gauche et les écologistes, malgré les préférences affichées de sa tête de liste.

La liste du PS, Envie d’Europe, qui contient à la fois d’excellents députés sortants et une tête de liste « hors-sol », devrait assurer la présence française au sein de l’un des deux piliers du Parlement européen, le groupe social-démocrate. Pourtant, les Français se distinguent de celui-ci sur la stratégie et les alliances politiques futures, rien de moins !

La liste de Génération.s, Printemps européen, mouvement de gauche qui cherche à conjuguer radicalisme et convictions pro-européennes réelles, fait de ces élections un quitte ou double existentiel plus français que véritablement européen alors qu’il porte un internationalisme cohérent.

Au soir du 26 mai, en considérant notre combat de progressistes contre les conservateurs et les populistes, c’est bien l’addition de l’ensemble de ces listes qu’il faudra opposer à la droite et à l’extrême-droite pour aider à former une majorité capable de tenir les promesses d’émancipation humaine et climatique du projet européen.

Construire une alternative progressiste en Europe nécessite de réunir au moins 353 (ou 376) eurodéputés et cela passe, en France, par un soutien aux listes Europe écologie, Renaissance, Envie d’Europe ou Printemps européen.

Tags

Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire

Articles associés

19 Commentaires

  1. Une politique audacieuse passe par une réforme de nos institutions qui comme tout mécanisme s’use par le temps ou dérape. La gouvernance de la France en est l’exemple frappant, elle a tout d’un système mafieux, nous en trouvons la preuve chez les abstentionnistes et dans le niveau et la variété des prélèvements. Voter est s’en rendre complice. Qui suis-je pour tenir ces propos ? J’ai passé un CAP d’ajusteur en 1951 en commençant l’apprentissage à 12 ans, j’en suis fier et heureux. J’ai vécue et suis témoin de la guerre ces moments terrible et ses bons moments ! Les Gilets jaunes préparent une vrai révolution pacifiste, avant d’être donneur de leçon il faut commencer par balayer devant sa porte deux aspects du macronisme sont crédible 1 – la suppression de l’ISF, la preuve est largement faite que l’argent est mieux géré par le particulier que par l’état 2 – Abandonner le système droite gauche ? La droite voie le verre à moitié plein, la gauche le voie à moitié vide ! Pour gouverner il faut diviser, c’est la seule chose que nos gouvernants savent faire ! Ils ont un outil infaillible : Bercy, Ils l’encouragent en finançant le chômage, ils pénalisent les travailleurs, résultat se décarcasser ne sert plus à rien ! La lutte contre les paradis fiscaux passe par la lutte contre l’enfer fiscal ! La France dans ce créneau est championne toutes catégories ! La faillite se rapproche, l’État commence à vendre les meubles !
    Changer ce système à tendance mafieuse en un système où les candidats le seront pour le bien général et non pour eux même. il sont peut être rare mais il y en a encore ! La première mesure à prendre est de changer notre devise en : Liberté, Fraternité, Justice l’égalité étant le comble de l’utopie, pour exemple : égalité homme femme ou voit-on l’égalité ? la femme et l’homme sont complémentaire, je dirais mieux il y a des femmes bien supérieures aux hommes, pourquoi vouloir nous enfermer dans le carcan de l’égalité ? Nous constatons que cela ne marche pas. Égalité entre grands et petits, gros et maigres, intelligents et ignares, courageux et oisifs. Je vous laisse le soin de poursuivre cette liste ?…
    Une justice bien rendue est la meilleure égalité !

    1. L’égalité de la devise est l’égalité en DROIT : chaque humain en vaut un autre quel qu’il soit. Aucun humain n’en complète un autre (je ne suis le complément de personne), en revanche il peut être solidaire des autres, se sentir frère des autres, ses semblables, la fameuse « fraternité ». C’est un idéal à atteindre qui n’est pas réalisé dans les faits, qui DEVRAIT être réalisé. Pour ce qui est de l’intelligence, de la taille, etc, cela se discute à l’infini. Comme dit Lordon certains ont une immense intelligence pour les maths, mais une intelligence d’huître pour les rapports entre les humains (que les huîtres me pardonnent), parler d’égalité ou pas dans ce cas est illusoire, d’autant qu’on peut améliorer (ou dégrader) son intelligence et ce n’est qu’un exemple. Quant à la justice, si les humains sont égaux en DROIT, la justice suit, bien entendu. La suppression de l’impôt sur la fortune? si la justice vous importe, cette suppression est une profonde injustice car cet impôt n’est rien dans un océan de fortune, alors que la TVA, par exemple, c’est beaucoup quand on gagne peu d’argent.

      1. Si vous êtes le complément de personne, vous n’existez pas, jusqu’à preuve du contraire pour venir au monde c’est la complémentarité on peut remplacer ce mot par les mots : rapport, amour… entre un homme et une femme la nature est ainsi faites il faut la protéger de ceux qui veulent détruire l’amour pour le remplacer par le plaisir, ne sont pas un modèle.

    2. Liberté, Fraternité, Egalité, Justice, d notre devise ou de sa variable il n’en reste que des mots.
      Liberté encore un peu en France, individuellement.
      Fraternité il en reste encore quelques exemples dans un océan d’égoïsmes et d’individualismes encouragés par la religion du capitalisme, dernière idéologie en « isme » en pleine forme, rescapée parmi celles qui sont plus ou moins passées de mode (du collectivisme au fascisme en passant par l’utopisme…).
      Egalité cela n’a jamais existé sauf comme un mot commode pour berner celles et ceux qui y ont cru.
      Justice l’adage selon lequel « SELON QUE VOUS SEREZ PUISSANT OU MISERABLE… » est toujours d’actualité. La justice est un concept qui n’existe pas car elle est aussi variable que la nature humaine.

  2. Comment pouvez vous mettre Renaissance parmi les groupes Europrogressistes alors que ce groupe fait partie indiscutablement des conservateurs que ce soit en France ou en s’associant avec ALDE où Renaissance retrouvera Ciudadanos qui a fait alliance en Espagne avec Vox qui est un parti fasciste

    1. Nous avons toujours considéré qu’une majorité europrogressiste au Parlement européen ne pouvait numériquement exister sans aller d’une partie de la gauche radicale aux libéraux de l’ALDE. C’est la conséquence de la proportionnelle intégrale. Par ailleurs ce groupe rassemble en réalité deux partis: des chrétiens démocrates qui partagent une préoccupation sociale, et des libéraux pur jus mais attachés aux défenses des libertés individuelles et de la démocratie.

  3. Bonjour, merci d’avoir mentionné le Printemps Européen, même si je ne comprends pas trop votre passage sur le quitte ou double : si nous avons une liste c’est parce que justement comme vous le dite nous avons un programme conséquent et partagé avec des candidat.e.s dans 10 pays : France, Allemagne, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Danemark, Hollande, Pologne et Belgique.
    Je signale d’autre part que les trois eurodéputés que nous avons actuellement au Parlement ont été désignés comme les plus actifs de tout le Parlement sur les questions écologistes (en p.17 de ce document http://www.caneurope.org/docman/climate-energy-targets/3476-defenders-delayers-dinosaurs-ranking-of-eu-political-groups-and-national-parties-on-climate-change/file )
    Bon vote !

    1. On peut effectivement en discuter. Ce sont les cas limites. L’UDI s’est successivement inscrit au PPE, puis à l’ALDE, et nous serions très intéressés à les accueillir dans un cartel électoral large.

  4. J’ajouterai une chose : C’est aussi aux libéraux de faire le ménage dans leurs rangs et de mettre fin au règne de la version totalitaire de leur idéologie, c’est à dire l’ultralibéralisme contempteur de toute structure collective, de toute solidarité, de tout progrès social, soit disant trop coûteux et soit disant fainéant…
    Oui c’est aux libéraux de calmer les chevaux de Troie du fascisme qu’ont été les ultralibéraux depuis 40 ans. On le voit bien en Grande Bretagne…
    A cause d’eux, les fachos ont beau jeu, soit de hurler avec les ultralibéraux contre tout ce qui est collectif, solidaire, progressiste (et maintenant écologique) et de gauche; puis quand tout ce qui est de gauche est bien cassé, récupérer le discours social de gauche pour dire que la gauche n’a pas fait son travail !!!!
    Dans les deux cas c’est du pur opportunisme politique pour servir le seul programme qui est le leur : prendre le pouvoir et ne plus jamais le lâcher, pour le seul plaisir d’avoir le pouvoir, parce qu’il n’y a qu’un langage qu’ils comprennent : la force, la domination.
    Voilà pourquoi l’Union Européenne les obsède : elle est plus puissante que les nations !!!!
    Alors ne les laissons pas non plus prendre le pouvoir sur l’Union Européenne !!!!
    Et que les libéraux commencent par se débarasser de la partie de leur idéologie qui est devenue totalitaire ! La gauche pour sa part y travaille depuis la chute du Mur…

  5. Vous dites,il me semble: »Construire une alternative progressiste en Europe passe, en France, par un soutien aux listes Europe écologie, Renaissance, Envie d’Europe ou Printemps européen. » Je ne vois pas en quoi « Renaissance » de macron, Loiseau est « progressiste ». Vous utilisez des EDL (éléments de langage) clichés or la notion même de progrès est à définir. Le progrès pour moi c’est défendre la vision européenne de De Gaulle et du CNR (Conseil national de la résistance) : une Europe des états où chaque état défend sa souveraineté. C’est cette France qui, en nationalisant les secteurs stratégiques a pu contrôler l’économie, créer une solidarité entre riches et pauvres et nous a valu les 30 glorieuses, éviter que l’état tombe aux mains des lobbies. Or cette Europe que vous appelez de vos vœux fabrique une Europe des lobbies où chaque état perd son pouvoir sur son économie et ses choix au profit des lobbies (monsanto/bayer) agriculture industrielle et chimique, pollution de l’air par des transports camions de plus en plus nombreux par la délocalisation intra-européennes, travailleurs détachés, une Europe où symboliquement la présidence roumaine est sponsorisée par Coca-cola!
    Macron appelle les investisseurs du monde entier non en supprimant l’ISF mais en leur bradant les services publics du CNR, la solidarité nationale, ceci en accord avec la Traité de Lisbonne voté par la gauche et la droite, traité copié collé de la Constitution européenne refusée par 55% des français et qui montre bien en quoi cette Europe est anti-démocratique!
    La France est perçue par les investisseurs étrangers comme un territoire favorable au développement de projets industriels et veulent la baisse du coût du travail. Macron appelle les investisseurs européens et étrangers en leur bradant le service public base de l’état français, du contrôle de ses secteurs stratégiques : nos transports, ports, aéroports, SNCF, bientôt la ss vendue aux mutuelles privées, aux investisseurs Notre pays se révèle en effet le premier en Europe pour le nombre d’investissements étrangers dans l’industrie, devant la Grande-Bretagne et l’Allemagne L’étude indique que les investissements venus de l’étranger – hors de l’Union européenne (UE) – sont en croissance continue, avec, désormais, 35 % des actifs aux mains de compagnies étrangères. C’est 10 % de plus qu’il y a dix ans. Le rapport évoque – c’est nouveau – les dangers que peut engendrer cette situation si le contrôle exercé par l’UE et ses pays membres est insuffisant et si des secteurs stratégiques continuent d’être ciblés par des pays tiers. Le rapport relève, aussi, la progression rapide des investisseurs « offshore », c’est-à-dire ceux situés dans des pays identifiés comme des paradis fiscaux, qui sont parvenus, en peu de temps, à contrôler 4 % des actifs étrangers dans l’UE.

    Macron contre la chine ? La Grèce vend son port du pirée, L’italie vend Gênes et Trieste, tout aux chinois. En France Macron vend l’aéroport de Toulouse, 14 hectares d’entrepôts du port du Havre sont passés sous contrôle chinois, Comme les 600 hectares de l’ancienne base américaine de Châteauroux, comme des milliers d’hectares dans l’allier sont vendus aux chinois pour exporter du blé en chine. Fosun et Sanyuan ont acquis les laiteries Saint-Hubert. Dongfeng est devenu le premier actionnaire du groupe PSA . La compagnie aérienne China Eastern Airlines vient d’acquérir 10% d’Air France-KLM. En juin dernier, le fonds Fortune Fountain Capital (FFC) s’est emparé de Baccarat, une entreprise lorraine âgée de 250 ans. Dans la mode, les marques Sandro, Maje ou Sonia Rykiel sont également passées sous pavillon chinois. le groupe Jinjiang, leader de l’hôtellerie, a franchi le seuil des 15% du capital d’Accor. Autre poids lourd du secteur passé sous contrôle chinois : le Club Med…

    Macron contre les USA ? Les entreprises américaines arrivent en tête des projets d’investissements étrangers dans l’Hexagone en 2018, selon une étude de BusinessFrance. Au total, 450.000 personnes travaillent en France pour des entreprises qui ont leur siège outre-Atlantique.
    Avec 232 décisions d’investissement sur le territoire l’an passé, les Etats-Unis se positionnent loin devant les Allemands, qui en comptent 180. Et au total, de McDonald’s à Walt Disney, en passant par General Electric, les entreprises américaines comptent aujourd’hui 450.000 salariés sur le territoire. Amazon Entreprise américaine Activité : plateforme d’e-commerce En France, Amazon détient actuellement cinq centres de distribution complémentaires, dont le site de Boves (Hauts-de-France), inauguré en présence d’ Emmanuel Macron en octobre 2017. Amazon a également annoncé l’ouverture courant 2019 d’un nouveau centre de distribution à Brétigny-sur-Orge (Ile-de-France). D’une surface de 142 000 mètres carrés, il sera le plus grand site d’Amazon en France en termes de volume de stockage disponible et le premier équipé de technologies robotiques sur le territoire français.

    1. Pour vous répondre simplement en ce qui nous concerne: nous parlons de progressisme quasiment depuis l’origine. C’est pour nous une gauche élargie à tous ceux qui partagent les préoccupations sociales, démocratiques et environnementales. Nul EDL à l’oeuvre.
      Par ailleurs votre lecture d’une France historiquement exempte de lobbies est curieuse. Quand une industrie est nationalisée, est-elle démocratiquement contrôlée ou bien prend elle le contrôle de l’appareil administratif? Les deux peuvent se produire, et le poids du nucléaire en France soulève quelques questions.

    2. L’essentiel pour notre banquier-pdt, est que la France soit la plus ouverte possible aux flux financiers qui sont importants pour lui, avec sa vision d’ex Rotshild et pour ses amis européens et nord-américains. Tout cela sous prétexte de créer de l’emploi pour les français, qui en profiteront très peu, mis à part ceux qui en acceptent les conditions ultra-libérales comme les esclaves amazoniens…
      Bradons, bradons, il en restera toujours quelques euros à se partager entre amis !

  6. Merci pour ces informations…. même si certaines affirmations, très subjectives, ne peuvent échapper à une regrettable superficialité.

    Cela dit, peut-on juste attirer votre attention sur le fait que, par pur respect pour ce qui est supposé être votre langue maternelle:

    – « Etat » s’orthographie avec un « E » majuscule

    – dans « de Gaulle », le « d », signe de noblesse, s’écrit avec une minuscule… et, si on veut éviter le choc entre préposition et particule dans « de de Gaulle », il convient d’ajouter simplement « du Général [de Gaulle] »

    – même si vous n’appréciez pas le Président de la République actuellement en fonctions, son patronyme n’en réclame pas moins un « M » majuscule lorsqu’il est mentionné au milieu d’une phrase.

  7. Je rajouterai que la Chine et les Chinois – quoi qu’on en pense – ont tout autant droit à la majuscule que Macron. Cela dit, le réquisitoire de nespo est intéressant; je crois que la véritable ligne de démarcation passe entre ceux qui approuvent ou s’opposent à une globalisation sans règles et sans entraves qui instaure la loi de la jungle, la loi du plus fort. Si l’on approuve cette globalisation, on ne peut critiquer la politique économique chinoise qui y est parfaitement conforme …

    Mais ne me cataloguez pas trop vite parmi les nationalistes, je suis profondément européen, pas par amour des institutions de l’UE, mon engagement est plus profond.

    Je trouve l’initiative du Printemps Européen, de Diem25 et de Varoufakis intéressante, mais il y a au moins 4 ou 5 autres listes pour qui je pourrais voter… cette « campagne » manque singulièrement de clarté, c’est le moins que l’on puisse dire.

  8. Je cite : « Le travail effectué par quelques médias, tant sur le pouvoir du Parlement européen que sur les votes par groupe parlementaire, reste malheureusement trop tardif et surtout réservé à des audiences confidentielles. »

    Mais qu’a fait « sauvons l’Europe » auprès des médias pour sauver ces élections de la faillite annoncée (comme les précédentes d’ailleurs…un français sur deux prévoit d’aller voter ce dimanche) ?

    Je cite aussi : « A l’heure de voter, Sauvons l’Europe souhaite éclairer la réflexion qui doit conduire pour chacun à un choix en conscience dans le cadre d’un vote à la proportionnelle… »

    Quelques pistes pour éclairer la réflexion et les consciences des lecteurs de SE (celles et ceux qui n’auraient pas d’idées) et éviter peut-être la remontée du fascisme qui pourrait redevenir une idéologie en vogue dans l’UE, prochainement et à la faveur de ces élections :

    https://observatoire-europe-climat.fr/

    http://www.caneurope.org/docman/climate-energy-targets/3476-defenders-delayers-dinosaurs-ranking-of-eu-political-groups-and-national-parties-on-climate-change/file

    http://europeennes.bloomassociation.org/

    https://www.finance-watch.org/campaign/comment-voter-pour-une-finance-au-service-de-la-societe/

    Bon vote citoyens…franco-européens.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page