ActualitésEditoEn Une

Munich

La lâcheté collective n’est pas toujours une protection. En dehors des tables de négociation commerciale, L’Europe s’est refusée obstinément à être une puissance. Elle s’est refusée à se doter d’une diplomatie qui porte autre chose que des platitudes partagées. Elle s’est refusée à se doter militairement d’autre chose qu’un embryon d’Etat-major. Elle s’est refusée même au-delà de la génuflexion verbale à des coopérations d’industrie militaires, ces dernières étant rares et rétives. Elle s’est refusée à la chose la plus simple du monde, se doter d’une flottille de transport qui permet d’aller quelque part. Elle s’est refusée à faire quoi que ce soit d’autre qu’envoyer quelques supplétifs à l’armée américaine qui est « le fondement » de notre défense collective.

En conséquence, quand la discussion quitte le terrain des tables de négociation commerciale pour faire jouer la bouche des canons, l’Europe subit. Que pourrait-elle faire d’autre ? Le chantage ouvert par la Turquie sur les réfugiés, qui n’est pas de les laisser passer mais bien d’assurer leur transport vers nos frontières par bus, bateaux et trottinettes électriques, n’est possible que parce que l’armée américaine, qui est « le fondement » de notre défense collective, a quitté la Syrie.

Il faut prendre la mesure de ce qui se joue en Syrie, froidement. Puisque nous avons refusé de voir en face les massacres et que nous avons soigneusement tenu nos petons à l’écart du cercle de braises, ne parlons pas ici du drame humain mais voyons l’état de notre sécurité collective. Nous avons donc concrètement un pays de l’OTAN attaqué par la Russie qui fait chanter les autres pays de l’OTAN pour de l’aide pendant que le garant de l’Alliance Atlantique a pris ses congés. Certes il s’agit de Donald Trump, inconséquent dans ses alliances et qui a entrepris de rançonner les pays membres de l’OTAN: protection contre soumission. Mais le pivot des USA vers l’Asie date de Barack Obama, les injonctions aux pays européens de contribuer plus à l’OTAN sans leur proposer plus de liberté stratégique d’action datent de Barack Obama, et nous n’avons pas de garantie que Trump soit parti dans un an ou qu’un de ses successeurs ne lui ressemble pas. C’est la première fois que nous éprouvons réellement « le fondement » de notre défense collective depuis la guerre des Balkans que déjà nous avions été incapables de régler, et il semble bien fragile.

Alors oui, l’Europe est la plus grande contributrice en Syrie. Oui, nous avons apporté 15 milliards d’euros d’aide. Pour quel résultat qu’une couverture aérienne et quelques batteries de canon au sol n’auraient pas mieux atteint ? L’action européenne a été bue par les sables. Notre stratégie vers une transition politique, la défense de la démocratie, des droits de l’homme et de la liberté d’expression, l’obligation de répondre des crimes de guerre et le soutien de la résilience de la population syrienne et de la société syrienne n’auront été que des mirages depuis longtemps évanouis à l’horizon.

Nous avons délégué notre protection sans solution de secours. Et aujourd’hui nos garde frontières coulent des zodiacs devant nos ports, avec le plein soutien de tous nos chefs de gouvernement.

 

Tags

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

20 Commentaires

    1. Elle a également refusé d’adopter une langue commune officielle, car gouverner un peuple uni est plus difficile que gouverner un peuple divisé. Nous sommes gouverné ni par la droite ni par la gauche mais le partie qui a ni le goût, ni l’odeur de l’extrême gauche mais en a la pratique, la preuve 57,2 % de budget social, mais où va notre pognon ? La queue est toujours aussi longue aux restos du cœur ? Il impose nos revenues et nos impôts CSG non déductible et non prise en compte de la taxe foncière !!!! Si encore nos déficits se réduisaient, mais il s’aggrave d’année en année, dans le privé on appelle ça la faillite Il est temps que le peuple se réveille. Nos revenus diminuent, les impôts augmentent les salaires des dirigeants élus et fonctionnaires augmentent mais pas un peu. Nos dirigeants deviennent les nouveaux bourgeois, le peuple leurs esclaves !

  1. Tout à fait vrai! Il faut dépasser cette frilosité maladive de l’Europe et savoir être beaucoup plus ambitieux et efficaces

      1. Essayez, si tant est que ce soit possible, de justifier votre affirmation péremptoire.
        Ensuite, si vous avez produit une argumentation convaincante, il vous faudra expliquer pourquoi l’Arabe ( c’est vous qui mettez un »A « ) ne pourrait pas ( ou ne devrait pas) être la langue commune Européenne…..
        Bon courage!

  2. Quelle honte ! Jean Monnet a du se retourner dans sa tombe ! L’Union Européenne préfère ses calculs électoraux sordides et antipopulistes, elle aura les deux : les populistes et la honte. Remember 1939 ! Michel ADAM ancien président du Centre d’Etudes Européen Jean Monnet de Cognac, auteur de « Jean Monnet citoyen du monde, une pensée pour aujourd’hui. »

  3. Je pense qu’il sera nécessaire à plus ou moins brève échéance de refonder l’Europe (peut-être sur base de la zone Euro) pour établir une supranationalité sur les plans social, fiscal, environnemental , militaire et migratoire. Cette Europe là sera ouverte à tout pays européen sur base des principes ainsi définis. Bref tout le contraire de ce qui a été fait jusqu’à présent.

  4. Merci pour cette article qui met l’accent sur les limites de l’Europe actuelle. Pour ne citer que queles points recents :

    La libre concurrence commerciale entre Etats-membres que peut-elle face à des puissances exterieures même amies comme les USA lorsque, par exemple, Le président Donald TRUMP decide unilateralement des augmentations des droits de douane sur les produits provenant de ses amis europeens dont la Fraunilatéralement

    Que dire de l’influence americaine sur le Brexit,

    Que dire lors de la derniére élection presidentielle en France, lorsqu’un de ses mentor Steave Bannon est venu porter appui au parti RN d’extrėme française?

    Concernant les Droits de l’Homme et du Citoyen qui est aussi dans la Charte européenne’européenne, comment l’Europe peut elle la mettre efficacement en oeuvre losqu’elle la soustraite à des pays comme la Turquie pour les personnes qui subissent des guerres, des maltraitances jusqu’à risquer leur vie pour arriver en Europe. Aujourd’hui à ma connaissance il n’y pas encore de politique européenne respectant les Droits de l’Homme élémentaires pour ses personnes qui fuient leurs pays, pour des raisons bien connues de guerres, de manque de stabilité et de droits qui leurs sont dénués sans explication aucune car leurs dirigeants sont devenus souvent des dirigeants à vie.
    De fait l’Europe qui peut jouer par ses pays qui ont et continuent d’avoir des relations d’influences sur des pays d’immigration n’a pas une politique humaine de gestion de ses flux migratoire en amont comme en aval.

    Enfin voici peut-etre l’opportunité offerte à l’Europe de réfléchir à se doter d’une puissance militaire après le départ de l’Angleterre.

    Merci d’avoir évoqué ce sujet de l’Europe qui me passionne.

  5. Article d’alerte correct sauf que: C’est la Turquie qui attaque ( Avec l’assentiment d’Israël) et non « l’ours russe » toujours « votre » ennemi favori ! Vous n’avez rien compris au Moyen-Orient par manque de vrais diplomates cultivés. La Russie à juste titre, défend la Syrie victime d’une guerre signée Obama et le deep state, lequel avec Israël a fourni armes et conseillers à Daesh. Poutine défend aussi son ouverture sur la Méditerranée. Erdogan est un vil islamiste menteur comme tous ses pairs qui nous fait un chantage classique de marchand de souk…et en bons touristes, nous marchons dans ce jeu de dupes. Nous devons éjecter la Turquie de l’Otan ( qui ne sert plus à rien sauf vouloir la guerre avec la Russie)et l’Europe doit s’affranchir de l’Otan qui nous empêche d’avoir une industrie d’armements !. En outre , l’Europe doit interdire le lobbying des ONG  » Soros » qui nous contraignent à cet envahissement migratoire que plus aucun pays ne peut supporter économiquement…ni culturellement. Trump sera réélu sans problème et se désengagera militairement de plus en plus car il n’est pas un va t’en guerre mais un commerçant et se bat contre les précédentes politiques Clinton-Obama. Essayez d’être objectif et ayez votre libre arbitre pour comprendre les réalités du terrain.

  6. Le tableau est sinistre, mais hélas c’est bien de çà, ce dont il s’agit. L’UE est bel et bien en déliquescence. Il y a une madame NEIN dans cette UE , avec sa vision du néant. Elle est, aujourd’hui, comme l’histoire…en chute libre. Pathétique. Et avec quelles conséquences, à venir, parce qu’on ne les évitera certainement pas ??

  7. Oui ce sont des questions qu’il faut se poser. Et qui rendent d’autant plus urgent le passage à nouveau stade d’intégration politique européenne, avec de vraies décisions des citoyens sur ces grands enjeux.

  8. D’accord sur le fond. Par contre, comme Philippe Balland, je suis très surpris de l’affirmation d’Arthur que : « Nous avons donc concrètement un pays de l’OTAN attaqué par la Russie qui fait chanter les autres pays de l’OTAN pour de l’aide… » Jusqu’à preuve du contraire, la Russie n’a pas attaqué la Turquie. C’est bien la Turquie qui attaque actuellement un pays souverain pour défendre des djihadistes qu’elle soutient depuis le début du conflit syrien. A ce titre, elle est coresponsable de ce conflit et de ses résultats, Et elle vient nous dire aujourd’hui qu’elle est sur place pour des raisons humanitaires, alors qu’il y a peu elle était soi-disant en Syrie pour établir une ligne de démarcation avec les Kurdes… Erdogan savait parfaitement que la Syrie et la Turquie interviendraient pour reprendre la province d’Idleb. Il a néanmoins décidé de mettre les doigts dans cet engrenage où il n’avait rien à faire. C’est donc à lui seul d’en subir les conséquences. Il est malheureux que de jeunes Turcs et la population locale soient les otages de cette politique insensée. L’OTAN n’est en aucun cas concernée et n’a pas a activer son article 5 pour défendre la Turquie face à la Russie, à moins de souhaiter un 3è conflit mondial.

    1. Tout à fait d’accord avec vous. J’ajouterai que la Syrie est en droit de reconquérir l’intégralité de son territoire surtout quand on sait qu’Idleb est tenu essentiellement par des djihadistes. Pour l’Europe ces djihadistes là seraient t’ils le dernier espoir de voir le renversement d’Assad ? Et oui, il y a les bons djihadistes et les mauvais, évalués et classés selon nos intérêts diplomatiques. Totale hypocrisie !

  9. Sauvons l’Europe ? Non : Sauvons-nous de l’Europe, et de l’OTAN.
    Pays de l’OTAN attaqué par la Russie ? Non : chien méchant qui se prend une branlée en allant chercher sa part de la gamelle renversée par l’OTAN.
    Le story-telling officiel est tellement frelaté que nos oreilles et nos yeux n’en peuvent plus. Le double-langage, le mythe de la presse libre, la farce du journalisme de commande, l’obséquiosité décomplexée, la mise au point des éléments de langage, la perfection cousue de fil blanc des techniques d’endoctrinement, la répétition du foutage de gueule, l’arrogance des saboteurs, l’impunité des maffiobyistes, la fatique du peuple.

    1. Encore le piètre jeu de mots (sauver/se sauver) déjà utilisé par d’autres nostalgiques d’un passé révolu sur le présent site !

      Hélas pour eux, plus sérieusement, la démarche constructive est dans le sauvetage, non dans la fuite. Pour les artisans du progrès, il y a peut-être meilleur spectacle à apprécier que de contempler le derrière des fuyards…

      Et puis – de grâce ! – faites l’effort de sortir de l’amalgame éculé qui se complaît à amalgamer Europe et OTAN. Dieu merci, nous ne sommes plus au temps de la Guerre froide qui, à un moment donné (Berlin, Budapest, Prague), a pu justifier la protection du parapluie de l’OTAN. Le temps est aujourd’hui à l’ombrelle de l’UE et non plus à ce parapluie qu’OTAN en a emporté le vent.

  10. Arthur n’a pas tort, en rompant brutalement leurs accords de Soochi, la Russie est l’agresseur ici. Et pour ma part, pleurer l’absence de volonté politique de l’UE est une bataille perdue – Macron l’a menée avec tout son poids politique – en vain. Le bataille du Budget c’est la Mère des Batailles, celle des politiques intégrées (la PAC) et celle du niveau budgétaire qui va se voir s’opposer le Conseil (1.11%) et le Parlement (1.3%)

  11. Les accords de Sotchi du 22.10.2019, pour autant que je sache, correspondaient à « la mise en place d’un accord sur le retrait des éléments de l’organisation « terroriste » YPG/PKK avec leur armement à 30 kilomètres à l’intérieur du territoire syrien ». Il s’agissait donc des Kurdes et de la zone tampon qu’Erdogan exigeait en Syrie, et non de la province d’Idleb. L’un des objectifs de cette zone tampon était également, selon Erdogan, d’y renvoyer 2 millions de réfugiés Syriens : « Vladimir Poutine et Recep Teyyip Erdogan se sont entendus pour faciliter le retour « volontaire » en Syrie de réfugiés, la Turquie disant vouloir que deux millions d’entre eux retournent en Syrie, dans la zone de sécurité qu’elle est en passe de mettre en place. » (cf.https://www.francetvinfo.fr/monde/syrie/offensive-turque-en-syrie/syrie-que-contient-l-accord-historique-signe-entre-la-russie-et-la-turquie_3671679.html).
    Or actuellement, non seulement Erdogan ne fait rien concernant ce retour « volontaire », mais prend prétexte des incidents d’Idleb pour tenter d’envoyer des dizaines de milliers de migrants et réfugiés vers la Grèce (et donc l’UE), alors que les frontières entre la Turquie et la Syrie sont fermées. Autrement dit, il n’envoie à l’heure actuelle AUCUN réfugié d’Idleb, mais des Afghans, Irakiens, et migrants de divers pays d’Afrique. Cherchez la logique dans ce pataquès de contradictions et de mensonges.

  12. Ok dont acte … sauf à considérer qu’Idlib faisait partie de la zone tampon à l’est et qu’Erdogan devait « l’apurer » sans offensive syrienne. Mais il me semble qu’Idlib c’est aussi la dernière enclave où de nombreux civils, tous les opposants d’Assad et tous les rescapés de Daech étaient venus se mettre sous la protection des milices iraniennes. Erdogan a naturellement échoué et l’impatience du boucher Assad à teminer la reconquète de son pays l’a pris par suprise.
    Quatremer cite un diplomate européen de haut niveau : « Ankara peut tenter un coup de sonde pour voir, mais elle n’ira pas plus loin si elle ne veut pas recréer le chaos sur son territoire »
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2020/03/04/migrants-quel-message-la-turquie-adresse-t-elle-lunion-europeenne/

  13. Bravo pour ce texte, mais tristesse de penser que vous avez raison. Munich, oui, une vraie leçon pour tous, à condition qu’on la comprenne. Les dictateurs du jour, auxquels l’Europe refuse de répondre, sont plus variés qu’on ne l’imagine, cachés qu’ils sont sous des apparences et des discours qu’on ne pense même pas à analyser en termes de positions réelles.

  14. C’EST MORT !!!…..quand on continue de construire et d’agrandir sur un terrain mouvant et de plus avec des fondations viciées on est certain du résultat annoncé…ce ne reste qu’une question de temps et d’événements plus ou moins prévisibles REGARDONS comment le grand ensemble des fédérations d’union sovietique s’est délité et nous comprendrons mieux ce qui attend l’union (des technocrates entre autre….) europeenne …..DE PROFUNDIS !

Laisser un commentaire

A lire également

Fermer
Bouton retour en haut de la page