ActualitésDémocratie européenneEn UneNos ActionsNos Prises de positionNos TribunesUnion européenne des territoires

Les 15 et 22 mars, redonnons le « goût d’Europe » à nos concitoyens

Les 15 et 22 mars 2020, 48 millions d’électeurs dont 330 000 ressortissants d‘autres pays de l’UE, seront appelés aux urnes pour choisir celles et ceux qui géreront pendant six ans leur commune. Les élus municipaux sont les derniers élus à qui les Français accordent encore un peu de confiance. Probablement parce qu’ils s’occupent concrètement de la vie quotidienne de leurs administrés tout en restant proches et accessibles.

Dans le même temps, le projet européen, ses valeurs, ses atouts, n’ont jamais semblé aussi éloignés de nos concitoyens, si l’on en juge par le sondage Odoxa du 28 février 2020 : trois Français sur quatre n’espèrent rien de l’Europe ! Or, une partie importante des enjeux auxquels nous sommes d’ores-et-déjà confrontés au niveau local – enjeux climatiques, économiques, sanitaires, sécuritaires – ne pourront pas trouver de solutions sans des réponses européennes.

Il est donc impératif de redonner le « goût d’Europe » à nos concitoyens en démontrant la réalité quotidienne de la construction européenne et l’importance des enjeux qui se jouent à cet échelon.

Dans cette perspective, il faut, bien entendu déjà que l’Europe soit présente dans les médias pour qu’elle soit connue. C’était le sens de la campagne lancée par Sauvons l’Europe et d’autres acteurs de la société civile en 2014 « Plus d’Europe à la télé, c’est moins de populisme dans les urnes », relayée récemment par une tribune signée par de nombreux députés et des associations de soutien au projet européen.

Mais, en réalité, tout cela ne sera pas suffisant si les élus locaux ne portent pas quotidiennement les valeurs européennes. C’est cette conviction que porte la campagne pour une « Union européenne des territoires », qui a été lancée en 2018 par Sauvons l’Europe, et que soutiennent désormais près de 100 listes de tout l’arc europrogressiste et de l’ensemble de nos territoires (Paris, métropoles, villes moyennes, territoires ruraux). Ces listes ont souscrit à 7 engagements simples et concrets pour une Union européenne des territoires : nommer un élu en charge de partenariats, favoriser l’intégration des citoyens européens sur leur territoire, donner une dimension européenne au quotidien des nouvelles générations, aider une Maison de l’Europe, expliquer l’action locale de l’Europe dans la commune, organiser des débats et soutenir tous ceux qui luttent pour les valeurs européennes de liberté, de démocratie, de progrès social et de transition écologique. Ces listes se sont engagées à faire battre chaque jour sur leur territoire le cœur vivant du projet européen, ses atouts, ses enjeux, ses valeurs.

Les 15 et 22 mars 2020, Sauvons l’Europe appelle les électrices et les électeurs à voter pour des listes qui s’engagent à faire de l’Europe une réalité concrète au niveau local.

Les 98 listes ci-dessous ont pris cet engagement. Voter pour elles, c’est aussi s’engager pour l’Europe.

Aix-en-Provence (13) : Stéphane Salord – Vert Aix (Génération Ecologie)
Alfortville (94) : Luc Carvounas – notre Bien commun (union de la gauche)
Amiens (80) : Brigitte Fouré – Amiens ensemble (UDI / LR / LREM / Agir)
Angers (49) : Silvia Camara-Tombini – Aimer Angers 2020 (union de la gauche et des écologistes)
Antibes-Juan-les-Pins (06) : François Zema – Un nouveau souffle (LREM)
Asnières (92) : Marie-Christine Baillet – Choisir Asnières (EELV / PS / PRG)
Asnières (92) : Romain Jehanin – Changeons notre ville ! (Génération.s / PCF / LFI / PP / GRS)
Auxerre (89) : Guy Férez – Un nouvel équilibre (sans étiquette)
Avignon (84) : Cécile Helle – Avignon, notre coeur, notre force (PS)
Aÿ-Champagne (51) : Dominique Lévêque – Poursuivons la dynamique (PS)
Bayonne (64) : Jean-René Etchegaray – Bayonne, toujours un temps d’avance (UDI)
Béthune (62) : Stéphane Saint-André – Béthune, décidons notre avenir (Les radicaux de Gauche)
Bois-Colombes (92) : David Mbanza – Le Nouveau Souffle (EELV / PS / PCF)
Bordeaux (33) : Pierre Hurmic – Bordeaux Respire ! (EELV / PS / Génération.s)
Boulogne-Billancourt (92) : Judith Shan – Nous sommes Boulogne (citoyens / PS)
Bourg-en-Bresse (01) : Michaël Ruiz – Vision Bourg-en-Bresse (LREM)
Brest (29) : Ronan Pichon – Brest Ecologie Solidarités (EELV / Les Radicaux de Gauche / Génération.s)
Brest (29) : Marc Coatanéa – Marchons pour Brest ! (LREM / MODEM/ AGIR)
Cadenet (84) : Samantha Khalizoff – Cadenet@venir (sans étiquette)
Châtillon (92) : Nadège Azzaz – J’aime Châtillon (PS)
Champigny-sur-Marne (94) : Marie N’Guyen-Dinh – Champigny pour tous (sans étiquette)
Charenton-le-Pont (94) : Joao Martins Pereira – Ecologique et Sociale, Charenton pour tou.te.s ! (PS)
Chelles (77) : Lydie Autreux – Chelles Avec Vous (sans étiquette)
Cherbourg-en-Cotentin (50) : Benoît Arrivé – Passion commune (PS / PCF / PRG)
Clermont-Ferrand (63) : Eric Faidy – Ensemble, transformons Clermont-Ferrand ! (LREM)
Clermont-Ferrand (63) : Olivier Bianchi – Naturellement Clermont (PS)
Cluny (71) : Marie Fauvet – Cluny Cité Vive (divers gauche)
Couëron (44) : François Fedini – Un renouveau pour Couëron (Mouvement Radical)
Coulaines (72) : Christophe Rouillon – Avec Christophe Rouillon, à Coulaines, on avance ensemble (PS)
Créteil (94) : David Couzy – Pour l’écologie, Créteil en commun (EELV)
Déville-lès-Rouen (76) : Dominique Gambier – Agir ensemble pour Déville (sans étiquette)
Dourdan (91) : Fabrice Baron – Dourdan au coeur (sans étiquette)
Ferney-Voltaire (01) : Jean-Loup Kastler – Ferney En Grand (divers gauche)
Fontaine (38) : Laurent Thoviste – Avec vous pour Fontaine (LREM / PS)
Forbach (57) : Anthony Thiel – Osons Forbach (sans étiquette)
Grenoble (38) : Olivier Noblecourt – Grenoble Nouvel Air (PS / PRG)
Grenoble (38) : Emilie Chalas – Un nouveau regard sur Grenoble (LREM)
Guipavas (29) : Emmanuel Morucci – Union pour Guipavas (sans étiquette)
Ingré (45) : Christian Dumas – Ingré 2020 Partageons l’@venir (PS)
Issy-les-Moulineaux (92) : Damien Baldin – Issy s’engage (citoyens / PS / PRG)
Les Pavillons-sous-Bois (93) : Laurent Violleau – Pavillon pour vous (LREM)
Lille (59) : Stéphane Baly – Lille verte 2020 (EELV)
Lille (59) : Violette Spillebout – Faire Respirer Lille (LREM)
Lille (59) : Martine Aubry – Lille en commun, Lille en confiance (PS)
Livry-Gargan (93) : Armen Papazian – Livry-Gargan passionnément (PS)
Lons-le-Saunier (39) : Christophe Perny – J’aime Lons (sans étiquette)
Lyon (69) : Sandrine Runel – Vivons vraiment Lyon (La Gauche unie)
Maisons-Alfort (94) : Cécile Panassac – Maisons-Alfort Ensemble – Ecologie et Solidarité (union de la gauche)
Marcq-en-Barœul (59) : Odile Vidal-Sagnier – Marcq Ensemble, écologiste et solidaire (union de la gauche)
Marseille (13) : Sébastien Barles – Debout Marseille (EELV)
Metz (57) : Béatrice Agamennone – Énergies pour Metz (sans étiquette)
Montrouge (92) : Joaquim Timoteo – Montrouge mérite mieux (PS / PCF / PP)
Montrouge (92) : Juliette Méadel – Demain Montrouge (sans étiquette)
Mulhouse (68) : Lara Million – Mulhouse en vrai (LREM / Modem)
Nancy (54) : Laurent Hénart – Nancy positive (Mouvement radical)
Nancy (54) : Mathieu Klein – Nancy en grand (liste de rassemblement)
Nantes (44) : Johanna Rolland – Nantes en confiance (PS / union de la gauche)
Nantes (44) : Julie Laernoes – Nantes ensemble (EELV)
Neufchâteau (88) : Steve Cipresso – Un nouveau souffle pour Neufchâteau (sans étiquette)
Neuilly-sur-Seine (92) : Jean-François Rouzières – Vivre Neuilly (LREM)
Nice (06) : Jean-Marc Governatori – Nice écologique (EELV)
Nîmes (30) : Daniel Richard – Nîmes, une ville nommée désir (divers gauche)
Niort (79) : François Gibert – Niort Energie Nouvelle (EELV)
Orléans (45) : Jean-Philippe Grand – OSE – Orléans Solidaire Ecologique (EELV)
Paris (75) : David Belliard – L’écologie pour Paris (EELV)
Paris (75) : Anne Hidalgo – Paris en commun (Paris en commun)
Paris (75 – 75009) : Fabiola Conti – Volt Paris, un Paris pour l’Europe (Volt)
Pantin (93) : Geoffrey Carvalhinho – En avant Pantin ! (Libres !, LR)
Pau (64) : François Bayrou – Nous aimons Pau ! (Modem)
Poitiers (86) : Léonore Moncond’huy – Poitiers Collectif (sans étiquette)
Quimper (29) : Isabelle Le Bal – Vent d’Ouest (sans étiquette)
Rennes (35) : Carole Gandon – Révéler Rennes (LREM)
Rennes (35) : Nathalie Appéré – Pour Rennes avec Nathalie Appéré (PS)
Rennes (35) : Matthieu Theurier – Choisir l’écologie pour Rennes (EELV)
Rouen (76) : Nicolas Mayer-Rossignol – Fiers de Rouen (PS / PRG)
Rouen (76) : Marine Caron – Ensemble pour Rouen (sans étiquette)
Saint-Brevin-les-Pins (44) : Benoît Guérin – Oui demain (LREM)
Saint-Etienne (42) : Pierrick Courbon – Saint-Etienne Demain (PS / Génération.s / Les radicaux de gauche)
Saint-Etienne (42) : Olivier Longeon – Le temps de l’écologie (EELV)
Saint-Laurent-du-Var (06) : Nathalie Audin – La République ensemble (UDE / LREM / Modem)
Saint-Pierre-des-Corps (37) : Cyrille Jeanneau – J’aime Saint-Pierre-des-Corps (PS)
Saint-Nazaire (44) : Gaëlle Benize Thual – Saint-Nazaire Ensemble (divers gauche)
Sarcelles (95) : Jocelyn Assor – Pour Sarcelles (sans étiquette)
Strasbourg (67) : Alain Fontanel – 100% Strasbourg (LREM / Agir / Modem / Mouvement radical)
Strasbourg (67) : Catherine Trautmann – Faire ensemble Strasbourg (PS / PRG)
Strasbourg (67) : Chantal Cutajar – Citoyens engagés (sans étiquette)
Strasbourg (67) : Jeanne Barseghian – Strasbourg Ecologiste & Citoyenne (écologiste)
Suresnes (92) : Xavier Iacovelli – Suresnes pour seule ambition (LREM)
Tassin La Demi-Lune (69) : Julien Ranc – Tassin La Demi-Lune, plus loin ensemble (sans étiquette)
Toulon (83) : Cécile Muschotti – Un vrai cap pour Toulon (LREM)
Toulouse (31) : Nadia Pellefigue – Une nouvelle énergie pour Toulouse (DVG)
Tournefeuille (31) : Laurent Soulié – Tournefeuille Audacieuse, Inventive, Solidaire (LREM)
Vannes (56) : Simon Uzenat – Ensemble, libérons les énergies vannetaises ! (divers gauche)
Verrières-le-Buisson (91) : Vincent Hulin – Réussir ensemble Verrières-le-Buisson (EELV)
Villejuif (94) : Alain Weber – Réinventons Villejuif (PS / PRG / PP / ND)
Villiers-le-Bel (95) : Michel Dufros – Union Citoyenne Beauvillésoise (sans étiquette)
Villepreux (78) : Kouros Golgolab – Tout Simplement Villepreux (sans étiquette)
Villeurbanne (69) : Prosper Kabalo – Villeurbanne, c’est vous ! (LREM)

Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire

Articles associés

4 Commentaires

  1. Juste un commentaire, pour critiquer une expression employée dans l’article: « valeurs européennes ». Les valeurs ne sont ni européennes, ni françaises, ni bretonnes. On trouve dans l’histoire de l’Europe et sur le territoire actuel de l’Europe toutes les valeurs, les pires et les meilleures. Les valeurs sont un choix, un engagement.

    1. Votre remarque est loin de laisser indifférent, tant certains concepts peuvent induire un large champ d’application.

      Cela étant, ce n’est pas sans raison que l’auteur de l’article mentionne les « valeurs européennes ». Il suffit en effet de se reporter au texte des traités applicables à l’Union européenne pour constater que ces derniers ne sont pas avares de références dans le registre des « valeurs ».

      Ainsi – et la mutation n’est pas le fruit du hasard – ce qui apparaissait sous le vocable de « principes » dans les Traités de Maastricht (1992) et d’Amsterdam (1997) a pour ainsi dire migré vers le statut de « valeurs » dans le préambule de la Charte des droits fondamentaux de l’UE adoptée en 2000: dès sa première phrase, celui-ci proclame le souci des peuples d’Europe de « partager un avenir pacifique fondé sur des valeurs communes »; immédiatement après, le même texte souligne que l’ « Union se fonde sur les valeurs indivisibles et universelles de dignité humaine, de liberté, d’égalité et de solidarité ». Certes, la mention du terme « universelles » peut être interprétée comme une qualité dépassant les contours de l’UE. Mais on peut aussi la considérer comme un signe d’appropriation par l’Union d’une référence prévalant dans la sphère internationale.

      Au-delà du fait que la Charte se soit vu reconnaître une valeur juridique contraignante par le traité de Lisbonne (2007) auquel elle est adjointe, ce dernier comporte lui-même un certain nombre de dispositions incluant expressément les « valeurs ». Le terme apparaît dès le préambule du Traité sur l’Union européenne (TUE) où sont évoqués les valeurs universelles que constituent les droits indivisibles et inaliénables de la personne humaine ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’Etat de droit. Mais la prise en compte des valeurs affleure également dans pas moins de huit articles du « corps » de ce traité (art.2; art.3, § 1 et § 5; art.7, § 1 et § 2; art.8, § 1; art.21, § 2 a; art.32; art.42, § 5; art.49). Sans entrer dans le détail de chacune de ces dispositions, on retiendra néanmoins:

      – l’énoncé solennel de l’article 2: « l’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’Etat de droit, ainsi que du respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux Etats membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes »;

      – l’objectif selon lequel, en vertu de l’article 3 § 5, « dans ses relations avec le reste du monde, l’Union affirme et promeut ses valeurs »;

      – le processus (sensible, comme le montrent les démêlés avec la Pologne et la Hongrie) pouvant conduire, en application de l’article 7, à mettre en jeu des sanctions à l’égard d’Etats membres considérés comme violant les valeurs visées à l’article 2;

      – la conditionnalité liée au respect de ces valeurs pour qu’un Etat tiers puisse poser sa candidature à l’entrée dans l’UE (article 49).

      On notera aussi que, de son côté, l’article 14 du Traité sur le fonctionnement de l’UE (TFUE, pendant du TUE) souligne « la place qu’occupent les services d’intérêt économique général parmi les valeurs communes de l’Union » – ce qui, au passage, confère une importance non négligeable à cette forme de service public.

      Aussi, au-delà d’un rattachement de nature territoriale – « européennes, françaises ou bretonnes », pour reprendre votre formule – il semblerait approprié de reconnaître que c’est le qualificatif de (valeurs) « communes » qui importe surtout en l’occurrence. A l’instar de ce que l’on appelait jadis le « marché commun » et de ce que l’on désigne plus généralement par « politiques communes » ou bien « règles communes », ce terme constitue encore de nos jours un marqueur significatif de l’ « ADN » de l’Union.

  2. Non aux listes du 49-3 lrem et autres partisans de la retraite à points décidée de longue date par l’Union européenne . De cette U.E là une majorité indéniable de Français n’en veut pas.
    J.P

Laisser un commentaire

A lire également

Fermer
Bouton retour en haut de la page