ActualitésEditoEn UneNon classé

Ils ont encore vu la Vierge !

Mardi, Laurent Wauquiez était à Caen, où il s’est livré à quelques tirades inspirées sur notre belle Europe chrétienne. Nous y apprenons à nouveau que « Quand au lendemain de la Seconde guerre mondiale, sur les ruines des villes détruites, les pères fondateurs de l’Europe décident d’inscrire sur ce drapeau bleu les étoiles de la couronne de la Vierge, ils ont conscience (…) que ce qu’ils font, ça n’est pas d’abord une construction administrative. Ce qu’ils portent d’abord, c’est une démarche de civilisation. C’est un projet de culture et d’identité tout à la fois. »

Donc, l’Europe fut placée sous le patronage de Marie. Cette sainte légende ressort souvent, mais elle est fausse. Si les chrétiens de la Commission furent bien aisés de ce drapeau qui leur parlait par ailleurs, le nombre d’étoiles fut longuement négocié autour du nombre d’Etats potentiellement présents dans la Communauté. Les archives le prouvent, et les derniers témoins le confirment. Il aurait d’ailleurs été assez incongru que les socialistes autour de la table acceptent sans rechigner un emblème marial. Car oui, pour mémoire, la construction européenne n’a pas été réalisée que par des chrétiens (ne citons que Spaak, Mansholt, Spinelli et… Mollet).

Pourquoi écarter cette historiette qui ne fait pas bien grand mal ? Pour clarifier un peu le terrain. Car derrière, Wauquiez embraye dur. Une fois acquis que l’Europe est une terre historiquement chrétienne (certes…) et qu’elle fut créée sous les auspices du christianisme (ce qui est déjà moins vrai), il en tire des conséquences :  « l’Europe que nous voulons, c’est celle de l’identité. (…) L’Europe que nous voulons c’est celle de la civilisation. » Donc nous voulons une Europe chrétienne. Après le choix de M. Bellamy pour conduire sa liste, c’est une orientation fort peu laïque pour les Républicains.

La surprise si l’on peut dire vient de l’articulation finale : « Une civilisation, c’est d’abord des frontières. » Je m’étais imaginé plein de choses sur les civilisations, et notamment le fait que leur vitalité les conduisait à dépasser leurs frontières, mais nous ne semblons pas partager la même grammaire. Pour Laurent Wauquiez, la signification profonde du christianisme, c’est « les noirs et les arabes dehors ».

On galéje ? Point. Il s’agit d’une stratégie politique délibérée, qui vise à reproduire en France le mouvement politique évangéliste existant aux Etats-Unis. Ce dernier se caractérise par un triptyque simple : référence exacerbée à Dieu, positions rétrogrades sur les moeurs (avortement et liberté sexuelle), hostilité très forte aux noirs et aux étrangers. Ce mouvement est né face aux luttes raciales, avec un mot d’ordre très simple : « si vous êtes contre la ségrégation, vous êtes contre Dieu ». Peu importe alors qui est le candidat tant qu’il respecte les mots d’ordre, et c’est ainsi que les chrétiens les plus radicaux soutiennent sans faillir un Trump dont la vie personnelle n’est pas un modèle d’histoire sainte.

C’est un mouvement similaire que Laurent Wauquiez cherche aujourd’hui à structurer en France, afin de s’assurer une base solide qui ne soit appropriable ni par le macronisme, ni par un Front national relooké désormais presque trop consensuel. Nous avions déjà repéré une dynamique trumpienne chez Fillon au moment de la primaire, que les révélations sur le poids de Sens commun (la Manif pour tous) dans le dispositif de campagne n’a fait que confirmer. Laurent Wauquiez ne s’est pas contenté de faire le pitre en montant des crèches comme si c’était un événement international, il a repris de manière méthodique ces éléments pour solidifier sa base, et son choix d’un intellectuel « de combat » très versaillais pour mener la campagne ne fait que le confirmer.

Rappelons enfin que Laurent Wauquiez est un des très rares ténors de la droite européenne à ouvertement soutenir Viktor Orban. Ce dernier est exactement sur la même ligne politique, faisant campagne sur le thème de la défense des véritables valeurs européennes face à la menace de l’immigration. Ne nous laissons pas amuser par un gentil folklore. Le virage pris par Laurent Wauquiez, et dans lequel il entraîne son parti, est très sérieux.

Tags

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

53 Commentaires

  1. Pauvre Laurent, nos eglises ou autres lieu de chretienté se noicissent ou se colorent à l’image du monde et de la foi qui est universelle dépasse tes petites frontières. Cela depasse les esprits chagrins et toute volonté de s’accaparer une identité quelconque. La communauté africaine reste fervente, je ne cherche pas à savoir pourquoi, elle habite notre terre hexagonale, désolé pour toi. L’evangile à sa lecture et à sa mise en pratique n’a eu de cesse de condamner l’exclusion à charge pour toi de partir en retraite et relir certains fondamentaux.

    1. Mais enfin ! Quand-est-ce q »u’on ne nous rabatrerons plus les oreilles avec cette ineptie de chrétienté bâtie sur des croyances inventée pour mieux dominer les esprits. Où est la rationalité ?

      1. Même au nom d’une rationalité qui peut elle-même conduire à des excès, ne négligez pas le simple « bon sens », qui nous murmure que le coeur aussi a ses raisons… que la raison ignore. Dans un commentaire de ce jour (v.plus bas), JP Jouany l’a développé de manière beaucoup plus approfondie que moi.

        Quant à nos oreilles, il arrive rarement qu’elles soient « rabattues », en tout cas chez l’être humain. Elles s’exposent en revanche à se trouver « rebattues » par des propagandes de toutes obédiences, y inclus une certaine bien-pensance lorsqu’elle se prévaut d’une laïcité mal comprise.

  2. Je ne partage votre analyse. Je suis d’accord avec vous sur l’analyse des étoiles. Mais pas du tout concernant le raccourci intellectuel que vous faites entre la défense des frontières et le prétendu racisme de Wauquiez – d’ailleurs faites attention vous pourriez être attaqué pour diffamation. Jamais Wauquiez ou un quelconque responsable LR n’ont appelé à mettre les noirs ou les arabes dehors. Wauquiez, Fillon et Bellamy n’ont rien à voir avec Trump. Les Etats-Unis n’ont que deux frontières terrestres : avec le Canada et avec le Mexique. Dans le second cas Trump veut ériger un mur. L’UE elle a une frontière terrestre avec l’Asie, le Moyen Orient et une frontière maritime très étendue avec l’Afrique. Aussi bien au Moyen Orient qu’en Afrique les guerres sévissent et amènent un flux de réfugiés en Europe par millions. Les responsables LR s’inquiètent de ce que ces millions de personnes – parmi lesquels une poignée d’islamistes càd quelques milliers – dénaturent l’identité culturelle de l’UE. Ils réclament donc que les Européens imposent leur culture dont les racines sont judéo-chrétiennes pour préserver le modèle de société. Ils ont peut être tort mais c’est ce qu’ils pensent. Il ne s’agit pas de jeter les arabes et les noirs mais de contrôler l’immigration afin de la maintenir à un niveau acceptable pour la société.

  3. Oui d’accord entièrement avec mr Laffineur, car cher éditorialiste vous reprenez les mots de la bienpensance macronienne et tous les mensonges qui s’y cachent. D’abord la Vierge est malheureusement absente de ce drapeau ce qui n’est pas bon signe ; ensuite vous stigmatisez, comme tous vos semblables,Viktor Orban car vous faites semblant de ne pas comprendre la pensée lorsqu’il parle de la valeur de l’enseignement du Christ comme valeur européenne surtout face à la soumission de l’islam ( pléonasme !) Que savez-vous de Trump et des USA? Oui, il a raison de faire ce mur demandé par les gardes-frontière qui n’arrivent pas à gérer ce bout de désert ou passent de plein camions de drogues, de trafics d’enfants et de prostitués de tous âges sans oublier les horribles meurtres et mutilations des cadavres retrouvés au bord de ces pistes. Vous préférez les démocrates corrompus autour de la Clinton dont les charges diverses s’accumulent actuellement sur elle, son mari et les Bush? Et que penser de la clique actuelle qui « gère » l’Europe sans être élue et ses salaires et retraites hors du commun? Non vraiment cette Europe, que vous défendez, personne n’en veut plus. De Gaulle en visionnaire parlait de l’Europe des peuples ( donc vraie démocratie) et pas celle des banquiers et il la souhaitait de l’Atlantique à l’Oural, chez nos amis russes et pas ennemis comme la clique eurocrate décrit les Russes. L’immigration de masse est voulue, vous le savez bien, mais les peuples ne veulent disparaître: Que fait Orban? Il prône le retour à la natalité et accompagne cette volonté par des mesures fiscales et des facilités d’accès à la propriété : Quel journaleux en a parlé???La prospérité en Europe est liée à un retour à la politique de natalité et à l’aide à la famille or c’est l’inverse qui se passe…Valeurs chrétiennes? Oui avec la Vierge sur le drapeau.

      1. Je crois y déceler le « syndrome de Boutin », c’est-à-dire une forme de catholicisme sans christianisme. Cette affection est, hélas !, assez contagieuse si l’on observe les séquelles de la « manif’ pour tous »… le terme « manif » étant, en l’occurrence, une déformation de celui de « manip ».

        Ma fréquentation hebdomadaire des offices dominicaux – nul n’est parfait – m’a, du reste, souvent fourni l’occasion de méditer sur l’attitude plus superstitieuse que « pratiquante » de nombre de paroissiens. La manifestation la plus caricaturale s’y exprime le « dimanche des Rameaux », où l’on peut apercevoir de braves inconnus en quête d’une branche de buis s’éclipser immédiatement après la bénédiction du symbole végétal.

    1. J’ignore quelle est la ferveur mariale de Viktor Orban le calviniste, ou de Trump le presbytérien (tendance prédateur sexuel), toujours est il que les valeurs chrétiennes relèvent a la fois de la sphere privée (la Foi, l’Espérance et la Charité) mais également de la sphere publique car tendant a l’universalité.
      Pour ce qui releve de la sphere publique retenons seulement deux enseignements : :
      – « ni Juif ni Grec, ni Homme ni Femme, ni esclave ni libre etc… » (Jesus de Nazareth, précurseur des valeurs républicaines : Liberté, Égalité, Fraternité.)
      – « rendez a Cesar ce qui est a Cesar… » (Jesus de Nazareth, inventeur de la laïcité).

      1. Petite rectification: la proclamation selon laquelle « il n’y a plus ni Juif, ni Grec (…) » et que vous attribuez à Jésus lui-même est en fait de la « plume » (un calame ?) de Saint Paul, dans son Epître aux Galates (chapitre 3, verset 28).

  4. Propos dangereux.
    Faut il rappeler que le drapeau a été choisi par le Conseil de l’ Europe et a été repris par l’UE comme signe de plénitude et d’unité et de mouvement dans la stabilité. De plus les douze étoiles sont d’origine autant païenne que chrétienne, car correspondent aux douze heures de la journée, les douze mois de l’année, les douze travaux d’hercule, etc… Si l’UE à des origines chrétiennes, il convient de ne pas oublier que cette religion est née entre le Tigre et l’Euphrate, région du monde éloignée de cette Europe. De plus avant les chrétiens, les celtes et autres romains n’était pas, à ce que j’ai cru comprendre, chrétiens. Et n’oublions que le sud de l’Europe a été très longtemps musulmane (il n’y a qu’à voir les merveilleuses traces laissées en Espagne par exemple et toutes ces avancées de la médecine dues aux musulmans qui sont venus apporter leurs savoir en Europe et en particulier à Montpellier). L’Europe ne doit pas oublier son riche passé qui fait ce que nous sommes aujourd’hui .
    Ou monsieur Wauquier est incompétent, sans culture et stupide, ou c’est une espèce de politique qui ne pense qu’à sa carrière et tente de se recycler par l’intermédiaire de l’extrême droite dont on connais les ravages humains au cours du siècle dernier. A vous de choisir entre ces deux propositions.

  5. En tant qu’agnostique et libre penseur, je ne me reconnais pas dans les valeurs chrétiennes identitaires mais bien dans celles universalistes des droits humains. Il est impensable, pour moi, de construire l’Europe sur un projet chrétien discriminant. Macron, en voulant « réconcilier » (sic) Eglise et Etat est lui aussi bigrement ambigu.
    L’Europe sera sociale et écologique, basée sur une redistribution équitable des richesses dans le respect de l’environnement ou ne sera pas ! Là, je peux reconnaître certaines valeurs chrétiennes progressistes.

    1. Zut les écologistes et les extrémistes c’est déjà pris, mais comme çà ratisse fort chez les LR, après les p’tits vieux et les chasseurs, il reste encore à séduire les chrétiens…

    2. En prenant le temps de relire tous ces commentaires pertinents, je me retrouve à devoir réagir à celui-ci, qui m’avait échappé…

      « L’Europe sera sociale et écologique, basée sur une redistribution équitable des richesses dans le respect de l’environnement ou ne sera pas ! »

      Cette phrase est pleine de bonnes intentions, mais la réalité est là pour nous permettre d’affirmer qu’il s’agit d’une utopie, d’une chimère…

      « L’union » €uropéenne n’est pas sociale, n’est pas écologique, pas plus qu’elle n’est démocratique.

      Et, depuis les ~60 années que dure sa construction, on peut affirmer, et c’est une certitude autant qu’une évidence, qu’elle ne le sera pas.

  6. CITOYENNETE ET DEMOCRATIE

    Sur le principe de l’immigration, il nous semble inévitable d’accepter une immigration sélective à un taux raisonnable en occident, à notre époque de mondialisation et de brassage des cultures, sans parler des futurs besoins possibles en main-d’oeuvre agricole, dans les agricultures futures, menées selon des critères de durabilité et de respect de la nature.

    Mais le problème est évidemment de savoir comment les immigrés peuvent s’intégrer ici et ce qu’ils peuvent nous apporter, étant entendu que s’ils veulent venir, c’est bien que nous leur apportons quelque chose, qu’ils n’ont pas chez eux, et qu’ils seraient mal venus de mépriser!

    Or, je n’apprendrai rien à personne en disant que certaines SOURCES d’immigration posent plus de problèmes que d’autres !!!

    Pour être clair, je fais référence à l’islam et à ceux qui cherchent à l’importer ici.
    Car il est grand temps d’appeler un chat un chat, et un criminel un criminel.
    NOTRE AUTO-CENSURE, fondée sur une culpabilité injustifiée et malsaine (et entretenue par la propagande!!!), DOIT CESSER.

    Ce dogme, qui ne pose pas problème seulement à l’Occident mais à l’ensemble de la planète (Chine, Inde, Afrique noire, Australie, Nouvelle-zélande aujourd’hui même !…) et depuis bien longtemps (cf la période de 4 siècles de pirateries, vols, viols, meurtres, & rançonnages qui a amené les croisades, et a d’ailleurs continué ensuite), et y compris sur sa propre terre, doit recevoir le traitement qu’il mérite de la part de nos institutions, faute de quoi nous traînerons éternellement un problème qui n’a que trop duré !
    La lâcheté et la politique de l’autruche ne paient pas !
    Comme disait Churchill : « vous avez accepté le déshonneur pour éviter la guerre, vous aurez le déshonneur mais aussi la guerre en prime. »

    1°) SOURCE DU DOGME :
    ce dogme a été fondé au 7ème siècle par un marchand, c’est à dire un manipulateur professionnel parcourant l’Arabie, la Syrie et la Palestine pendant 30 ans avant de se découvrir sur le tard une vocation de prophète.
    Il est CLAIR que des individus capables au 21ème siècle, et sans y être obligés (par exemple par les menaces de mort réservées par l’islam aux APOSTATS!) de GOBER
    qu’un EGORGEUR (d’ennemis vaincus et d’une mère de famille de 6 enfants, etc…),
    VIOLEUR ESCLAVAGISTE de captives (dont la dernière réussit à l’empoisonner malgré la « protection » d’allah!!!),
    PEDOPHILE (tripotant une fillette de 6 ans dans son bain et se faisant descendre des versets ad-hoc de son « dieu » pour s’autoriser d’épouser une fille impubère),
    et VOLEUR (ayant mené plus de 29 campagnes de razzias (=VOLS, VIOLS et MEURTRES) par exemple lançant la bataille de Badr pour s’emparer de 50.000 dinars en or,
    mais prétendant moraliser les autres voleurs en leur coupant les mains!),
    SERAIT LE MESSAGER D’UN DIEU (et quel dieu! vomissant ses menaces, ses absurdités et ses inepties coraniques!),
    NE PEUVENT PAS S’INTEGRER DANS NOS CULTURES.
    Ça coince !

    Le portrait que je viens de faire de Mahomet est PARFAITEMENT DOCUMENTE DANS LES TEXTES OFFICIELS DE L’ISLAM, coran et hadiths reconnus FIABLES par les autorités islamiques.

    on pourra consulter sur le site ci-dessous quelques hadiths OFFICIELS décrivant les comportements du « beau modèle », du « meilleur homme qui ait marché sur la terre »!!!
    http://ATHEISME.ORG/hadiths.pdf .
    [je vous recommande de lire ce document, car ainsi vous ne vous étonnerez plus des comportements de ceux qui l’imitent et de l’esprit fondamentalement PERVERS et SADIQUE de l’islam !!! ]

    JESUS, BOUDHA, CONFUCIUS, etc…, COMBIEN DE VOLS, DE VIOLS, DE MEURTRES? ZERO!

    MAHOMET, COMBIEN? ON NE COMPTE PLUS…

    N’importe quel musulman (honnête…) ne peut qu’accepter cette description qui fait partie de sa croyance de base !!! et devrait DONC, s’il était dans son état normal, se poser des questions !

    2°) CONTENU DU DOGME :

    soyons clairs: Une religion dont la marionnette sadique et absurde (voir point 3°)
    explique que les incroyants au mahométisme (soit les 4/5 de l’humanité, 6 milliards d’humains!!!) ne sont que SOUILLURE (coran 9:28, traduction de l’arabe « najas » = « excrément »…) qu’il faut combattre/tuer/humilier/racketter (coran (9:29)
    et convertir de force jusqu’à ce que toute la religion appartienne à allah (coran 2:193, etc…).
    N’A SA PLACE NULLE PART SUR CETTE PLANETE, même pas chez elle quand on en voit les résultats!
    L’ISLAM EST SUPREMACISTE ET TOTALITAIRE et condamne donc à la mort ou à la sous-humanité (dhimmitude) tout individu qui ne partagerait pas les vues du « prophète » auto-proclamé!
    Je vous laisse imaginer la place réservée ici à la DEMOCRATIE !

    ON NE PEUT TOLERER L’INTOLERANCE, ça ne fonctionne pas !
    Quant à notre prétendu « racisme », rappelons que les religions ne sont pas des races, et que le vieux sophisme culpabilisateur des prosélytes est éculé, pour ceux qui pensent un peu !

    Et quant au musulman, il est conditionné (par la terreur de l’enfer dès l’enfance, la menace du sabre et la pression de l’Oumma, sa communauté!) à servir aveuglément et fanatiquement ce dogme suprémaciste, jusqu’à la mort s’il le faut, puisqu’on lui enseigne qu’il sera ensuite récompensé par des houris s’il meurt dans le chemin d’allah !!!
    Sa sexualité est menacée et frustrée (menaces de flagellation, de lapidation et de décapitation) bien que son prophète se soit lui-même octroyé 13 épouses plus pas mal de femmes esclaves, le but de cette frustration étant de rendre l’adepte bien haineux et bien envieux pour en faire un bon petit soldat au service fanatique de la perpétuation du dogme (et surtout au service du despote qui s’en sert!), avec espoir de houris ou de captives APRES LA BATAILLE.
    C’est « le circuit de la récompense ». L’islam est conçu pour fabriquer des tueurs au service du despote du moment.

    Dans le cas de la femme, c’est encore pire, puisqu’elle entérine (sans rien comprendre, le plus souvent!) un dogme qui explique en 2:282
    qu’elle ne vaut que la moitié d’un homme par l’esprit et la confiance qu’on peut lui accorder!!
    Que faut-il donc penser alors des femmes qui font la propagande de ce dogme en portant un voile ?
    Leur « intelligence » ainsi révélée publiquement ne pose t elle pas le problème de leur intégration à un occident qui promeut les valeurs rationnelles et l’intelligence. Peut on raisonnablement penser qu’elles vont « s’intégrer ici » (et non pas se « désintégrer »!!!)??

    Remarques sur les ruses employées par le dogme pour s’imposer :
    Le dogme recommande au musulman de se victimiser et pleurnicher quand il est en position de faiblesse, et de prendre l’attitude opposée (d’humiliation, voire de massacre, de l’opposant) dès qu’il se sent fort.
    Pour cela, l’islam pratique à tour de bras le double langage, qu’on trouve à tout bout de champ dans le coran :
    un exemple parmi 100:
    certains aiment à citer le verset 2:256 du coran NULLE CONTRAINTE EN RELIGION » pour nous faire gober la soi-disant « tolérance » de l’islam.
    C’est oublier la fin de ce verset, rarement citée: « …quand (ou car) le bon chemin s’est distingué de l’égarement ».
    Ce qui veut dire en clair (pour ce verset pondu après l’hégire, au moment où Mahomet se sentait le plus fort!)
    qu’on peut s’affranchir des détails de la religion une fois que l’islam a triomphé:
    « on », c’est évidemment le prophète lui-même, qui voulait avoir les mains libres y compris par rapport à son propre discours précédent!
    ça n’a évidemment pas un sens de tolérance religieuse: l’islam c’est le mensonge et le sophisme à chaque pas!

    3°) FOND INTELLECTUEL et « SPIRITUEL » DU DOGME :

    l’islam consiste à croire à un « dieu » « OMNISCIENT » qui a cependant besoin de tester sa propre créature toute une vie pour SAVOIR ce qu’elle vaut!
    à un dieu de « MISERICORDE » qui se complaît néanmoins (22:19 à 22 :22) à renouveler ETERNELLEMENT la peau des damnés en enfer POUR QU’ILS SOUFFRENT PLUS!
    en dépit du fait qu’il confesse par ailleurs que c’est lui même qui les a égarés!
    (2:15, 2:16, 2:18, 2:26, 4:88, 4:143, 6:39, 6:125, 7:155, etc…)
    (et que d’ailleurs, en fait, ils sont le résultat imparfait de son MAUVAIS TRAVAIL de DIEU INCOMPETENT!!!)
    C’EST DONC UN DIEU IRRESPONSABLE QUI REFUSE DE RECONNAITRE LA MAUVAISE QUALITE DE SON TRAVAIL et punit sa créature pour ça!!!

    un dieu qui se tire de ces absurdités (via les arguties des manipulateurs et prédateurs politico-religieux qui en tirent les ficelles!)
    en prétendant que l’homme est libre, oubliant au passage que la liberté de l’homme est incompatible avec la
    TOUTE-PUISSANCE de dieu, puisque ça voudrait dire qu’il existe un espace de liberté pour l’homme où dieu n’atteint pas…

    Je me demande bien quelle morale rationnelle on peut tirer d’un pareil galimatias, et comment elle pourrait s’intégrer à notre civilisation !

    Ajoutons que l’apparente animosité entre l’islam et l’extrême-droite n’est qu’opportunisme de façade : nazisme et islamisme ont les mêmes valeurs totalitaires fondamentales, et d’ailleurs les nazis étaient de grands admirateurs de l’islam : les citations le prouvant ne manquent pas !
    – fascination maladive pour la guerre et la violence
    – besoin d’un chef de meute, qu’il s’appelle Adolf ou allah
    – mépris de la femme et de la féminité et son corollaire, l’ encensement risible du « mâle »
    – haine de la liberté humaine (voire de l’humain tout court!) et de la libre-pensée…
    etc…

    Rappelons nous « Le soleil d’allah brille sur l’occident », panégyrique sur l’islam, de la nazie Siegrid Hunke, amie d’Himmler, ou les légions SS musulmanes bosniaques du grand mufti de Jérusalem, ami d’Hitler et chaud partisan de la « solution finale »!

    Et nous savons bien qui nous devons remercier pour la montée actuelle de l’anti-sémitisme anti-juif en Europe.

    4°) Pourquoi avons nous donc été aussi aveugles à la réalité de cette religion, qui apparait dès qu’on se donne la peine de consulter les textes fondateurs ?

    Tout simplement parce que notre christianisme, sans être aussi caricaturalement problématique et immoral, n’est pas exempt de problèmes, avec lesquels nous nous colletons depuis plusieurs siècles, et notamment lors des guerres de religion, durant les Lumières puis lors de la Révolution de 1789, puis sous l’empire, puis lors de la loi de 1905 et lors de bien d’autres manifestations depuis !!!
    Le christianisme est évidemment plus convivial à notre société occidentale que toute autre religion, mais il porte ses propres tares : le Christ a bel et bien dit : « Qui n’est pas avec moi est contre moi » et Saint-Paul a ajouté : « il n’y a de pouvoir que de dieu »…
    On peut justifier bien des choses avec de telles paroles, même si l’esprit du christianisme est plutôt compatissant et paisible !

    Je n’insisterai pas sur la pédophilie dans l’église catholique qui n’est que la rançon de l’absurdité névrotique (paulinienne) d’interdire toute sexualité à des individus, en fait de les châtrer, sans parler de l’immonde misogynie implicite dans le fait que notre misère humaine proviendrait du « péché originel », responsabilité de la femme, laquelle ne vaut par ailleurs guère plus qu’une des côtes de l’homme, ce qui explique qu’on ne veut pas d’elle comme prêtre, et encore moins comme papesse !
    La culpabilisation systématique du croyant (sexuelle ou autre), le « péché originel », est la DETTE parfaitement imaginaire fabriquée par le christianisme pour lui permettre de manipuler les foules pour son profit et celui de ses commanditaires, et de justifier l’utilité du Christ (et surtout de ses ministres!), venu « pour nous sauver » : je me demande bien de quoi..

    Je n’insisterai pas non plus sur les crimes que l’EVANGELISME américain (Bush & co) a justifié depuis 50 ans, sous les gouvernants américains crapuleux ou infantiles que nous connaissons !
    Grâce à la religion, 46% des américains croient que l’homme est apparu, conformément à la bible, il y a 6500 ans : ils ont élu le débile mental Trump.

    Les GROTESQUES papes Jean-Paul II et François, imbéciles INFANTILES, embrassent des corans où il est dit que juifs et chrétiens sont des pervers, et osent affirmer sans rire que l’islam est une religion de paix ! C’est dans la même veine que d’affirmer que les crimes pédophiles sont le fait de satan, en plein 21ème siècle !!!

    Les religions sont clairement des sources d’obscurantisme et de crimes, et leurs ministres ne poursuivent que leur propre profit ou celui de leurs commanditaires assoiffés de pouvoir.

    LA PUISSANCE DES RELIGIONS VIENT DE CE QU’ELLES PROPOSENT UN SUBSTITUT DE PAPAMAMAN (dieu!) AUX INDIVIDUS TROP LACHES ET STUPIDES POUR DEVENIR ADULTES (et seuls au monde!) AU SORTIR DE L’ENFANCE ET INVENTER EUX MEMES LE SENS DE LEUR VIE.
    Le but est d’INFANTILISER LE CROYANT pour le soumettre à la volonté du prédateur politico-religieux, qui fabrique et entretient la religion comme le parasite qu’il est.

    Face à cette constatation, le siècle des Lumières a commencé la promotion de la séparation de la religion et de l’état, et cette œuvre doit être poursuivie.
    Elle doit être poursuivie de manière ACTIVE et sans concessions : il doit faire partie de l’éducation de tout jeune français d’avoir un regard critique et sans indulgence sur toutes les absurdités, contradictions et stupidités que les religions essaient de nous faire GOBER pour justifier le rôle nocif et parasitique des prédateurs politico-religieux et du pouvoir de quelques PERVERS NARCISSIQUES sur les foules.
    Cette attitude active est aujourd’hui particulièrement NECESSAIRE vis à vis d’une religion obsessionnellement prosélyte, névrotique et agressive qui n’a survécu que par la MENACE (50% du coran), la TERREUR (cf. Mahomet : « j’ai triomphé par la terreur »), la PROPAGANDE et les MENSONGES, les SOPHISMES les plus ridicules (« les miracles scientifiques du coran »!) et la PROVOCATION PROSELYTE, qu’on peut aussi appeler « fuite en avant ».

    Je demande donc qu’une exégèse RATIONNELLE soit conduite à nouveau officiellement vis à vis de toutes les religions, que la transubstantiation implicite dans l’eucharistie soit publiquement dénoncée comme farfelue, que l’arche de Noé soit remise à sa place dans la mare aux canards de la cour de l’école maternelle, que les absurdités totalitaires, insultes haineuses et menaces permanentes de l’islam soient officiellement et publiquement servies aux imams et autres ayatollahs pour qu’ils s’en dépêtrent et s’en justifient, s’ils le peuvent !

    La République n’a pas à encourager l’INFANTILISME qui consiste à gober qu’un « créateur et maître de l’univers » (comme si l’univers comme un chien avait besoin d’un maître!) n’a rien de mieux à faire que de s’occuper 24h sur 24, comme faisait papa et maman, de la petite personne insignifiante, anthropomorphique mais narcissique du croyant, terrorisé par l’idée d’être plus ou moins seul au monde dans un univers qui de toute évidence est INDIFFERENT à notre présence accidentelle.

    5°) Que conclure des prémisses exposées ci-avant ?
    que notre exposition à une culture médiocre, n’en déplaise à toute la propagande financée par les émirats nous racontant des légendes truquées sur l’age d’or de l’islam, doit être abordée de front et contre-carrée, avec tous les outils rationnels que nous avons en abondance. La notion de déradicalisation, notamment, ne devrait pas être réservée aux candidats djihadistes déclarés ! Il s’agit vraiment de prophylaxie sociale globale à adresser à tous les musulmans ici !
    que les religions doivent cesser d’avoir un monopole de la morale, comme si celle ci était d’origine divine : c’est justement chez elles que se trouve l’immoralité maximale. La vraie morale se fonde sur des bases pratiques et rationnelles liées à la vie elle-même.
    que la médiocrité intellectuelle et le mensonge infantile et délirant ne doivent plus être valorisés sous prétexte que ça fait 1500 ou 2000 ans que ça dure !
    Que l’immigration doit être soumise à un filtrage des immigrants capables de s’ adapter ici ET de nous apporter quelque chose (pas des attentats, de préférence!). Un niveau INTELLECTUEL ET MORAL suffisant doit être un pré-requis.

    Pourquoi ne pas transformer, au fil du temps, les églises qui se vident (et les mosquées, bien remplies de prosternés lavés du cerveau, que nous avons la bêtise de financer en osant parler de culture !!) en médiathèques et temples du savoir et de la culture. Ces belles architecture serviront au moins à quelque chose d’utile à l’humanité, laquelle a besoin de gens qui pensent et pas de gens qui prient.

    Il serait bon aussi de mettre en lumière l’ ANTICONSTITUTIONNALITE des appels à la haine religieuse et au meurtre des incroyants trouvés dans le coran, voire dans l’ancien testament.
    Et de régler ce problème OFFICIELLEMENT , par exemple en annotant le « texte sacré » comme pour les paquets de cigarettes « ce texte tue… » !!!
    La France pourrait faire œuvre maîtresse en ce domaine, comme elle l’a fait pour les droits de l’homme, que les pays musulmans ont d’ailleurs refusé d’entériner il y a 40 ans, au profit de « droits de l’homme musulman », lequel n’a qu’un droit : ADORER ALLAH… !

    Je suis sûr que plein de pays d’Europe et d’ailleurs nous suivront !

    1. Intervention particulièrement pertinente ! Merci pour les liens !…

      Malheureusement, je crains qu’il me faille y apporter quelques bémols.

      Lorsqu’on sait que des armes sont vendues par la France à ces pays se retrouvent, dans le conflit au Yemen, à tuer des civils par milliers (sans que la « communauté internationale » s’en émeuve outre mesure).

      Lorsqu’on voit que Macron 1er reçoit en grandes pompes un certain MBS (mohamed ben salman) dont on sait qu’il est, entre autres, l’auteur de l’assassinat du journaliste dans l’ambassade. Et je me demande s’il ne lui a pas même attribué la légion « d’honneur ».

      Lorsqu’on sait que les états unis ont demandé à l’arabie saoudite d’islamiser le continent européen (je n’ai pas le temps de rechercher les sources).

      Qu’en réponse, les pays musulmans (wahhabites sauf erreur) ont tenu des congrès à l’issue desquels ils ont publié un guide sur la méthode d’islamisation des pays occidentaux.

      À chercher ici : http://www.isesco.org.ma/fr/
      ou là : http://www.oic-oci.org/

      Et je ne parle même pas du soutien américain délibéré à ces pays fondamentalistes pour servir leurs intérêts géostratégiques au Moyen-Orient.

      Et je passe sur l’instrumentalisation systématique qu’ils ont faite des mouvements islamiques terroristes, notamment pour tenter de renverser Bachar El Assad (comme ils l’avaient fait en Afghanistan avec les moudjahidins).

      Et je passe encore sur leurs interventions qui leur ont permis de renverser les régimes laïques en Libye et en Irak.

      Je passerai aussi sur le soutien d’ONG pour la plupart américaines, ainsi que les financements de fondations (comme l’Open Society) à ces réseaux de passeurs, pour amplifier l’arrivée de migrants sur le continent.

      Et je passerai enfin sur l’inexistence de « l’union » sur ces questions, grâce à laquelle le gouvernement français est dans l’impossibilité d’interdire le financement par l’étranger d’écoles musulmanes ou de mosquées dans notre pays (interdiction du contrôle des mouvements de capitaux).

      Tout ça pour dire que nous sommes très loin de « régler ce problème officiellement ».

    2. Intervention pertinente ! (Je passe sur l’affirmation fausse qu’a relevé Joël Landais plus loin)
      Et merci pour les liens !…

      Malheureusement, je crains qu’il me faille y apporter quelques bémols.

      Lorsqu’on sait que des armes sont vendues par la France à ces pays se retrouvent, dans le conflit au Yemen, à tuer des civils par milliers (sans que la « communauté internationale » s’en émeuve outre mesure).

      Lorsqu’on voit que Macron 1er reçoit en grandes pompes un certain MBS (mohamed ben salman) dont on sait qu’il est, entre autres, l’auteur de l’assassinat du journaliste dans l’ambassade. Et je me demande s’il ne lui a pas même attribué la légion « d’honneur ».

      Lorsqu’on sait que les états unis ont demandé à l’arabie saoudite d’islamiser le continent européen (je n’ai pas le temps de rechercher les sources).

      Qu’en réponse, les pays musulmans (wahhabites sauf erreur) ont tenu des congrès à l’issue desquels ils ont publié un guide sur la méthode d’islamisation des pays occidentaux.

      À chercher ici : http://www.isesco.org.ma/fr/
      ou là : http://www.oic-oci.org/

      Et je ne parle même pas du soutien américain délibéré à ces pays fondamentalistes pour servir leurs intérêts géostratégiques au Moyen-Orient.

      Et je passe sur l’instrumentalisation systématique qu’ils ont faite des mouvements islamiques terroristes, notamment pour tenter de renverser Bachar El Assad (comme ils l’avaient fait en Afghanistan avec les moudjahidins).

      Et je passe encore sur leurs interventions qui leur ont permis de renverser les régimes laïques en Libye et en Irak.

      Je passerai aussi sur le soutien d’ONG pour la plupart américaines, ainsi que les financements de fondations (comme l’Open Society) à ces réseaux de passeurs, pour amplifier l’arrivée de migrants sur le continent.

      Et je passerai enfin sur l’inexistence de « l’union » sur ces questions, grâce à laquelle le gouvernement français est dans l’impossibilité d’interdire le financement par l’étranger d’écoles musulmanes ou de mosquées dans notre pays (interdiction du contrôle des mouvements de capitaux).

      Tout ça pour dire que nous sommes très loin de « régler ce problème officiellement ».

  7. Merci Arthur pour votre éditorial. Je suis écoeuré par tous ces pamphlets islamophobes où l’on confond Arabe, musulman, islamiste, fondamentaliste, terroriste, DAECH… etc. etc.
    J’ai particulièrement dégusté le passage sur les croisades (que je n’arrive malheureusement pas à retrouver dans la logorrhée de YM)… je cite:
    « JESUS, BOUDHA, CONFUCIUS, etc…, COMBIEN DE VOLS, DE VIOLS, DE MEURTRES? ZERO!  »
    Bravo!
    La Saint Barthélémy, les guerres de religion, la Guerre de 30 ans, les femmes accusées de sorcellerie qu’on a fait brûler sur les bûchers après les avoir torturées de façon ignominieuse, la « Sainte » Inquisition, les pogroms…
    Peccadilles que tout cela !
    Et les croisés qui entrent dans Jérusalem, pataugeant dans le sang jusqu’aux genoux !
    Et la prise de Constantinople en 1204 par l’armée des croisés conduits par le doge aveugle Dandolo… et les massacres et pillages qui ont suivi (VOL des chevaux de St Marc)… c’était pourtant des chrétiens, oui, mais ce n’était que des orthodoxes… et comme disait Dandolo « les Grecs sont pires que les Juifs ! », vous m’en direz tant !
    Une telle ignorance ou un tel aveuglement me sidère !

    IDENTITÉ ET CIVILISATION
    Je voudrais reprendre la citation de Wauquiez: « l’Europe que nous voulons, c’est celle de l’identité. (…) L’Europe que nous voulons c’est celle de la civilisation. »
    Je crois qu’il ne faut pas laisser le débat sur l’identité et la civilisation aux mains de nos adversaires, les nationalistes.

    1) Il suffit de relire ce qu’écrivait Edgar Morin à la fin des années 80 dans son livre « Penser l’Europe ». Toute identité est une identité MULTIPLE, une poly-identité. Réduire l’identité au seul aspect de « l’identité nationale » est une aberration.
    L’identité est personnelle, familiale, régionale, sociale, économique, sportive, religieuse (ou pas), européenne, mondiale (c’est à dire humaine)… on peut même plaider pour une « identité du vivant », chère aux Amérindiens.
    C’est là que prend tout son sens la « diversité » du slogan de l’UE « Unis dans la diversité »… on peut très bien être Juif germanophone, transsexuel et athée, Arabe, humaniste, musulman ou chrétien, on n’en est pas moins français, on n’en est pas moins Européen…
    Ce sont les fanatismes de tout poil et de toutes religions qu’il faut combattre.

    2) Quant à la CIVILISATION, je vous renvoie au livre récent de Régis Debray qui s’intitule justement « Civilisation ». « Une civilisation, c’est une racine qui prend des ailes » nous dit-il… juste l’opposé du repli sur soi.

    L’Europe est une civilisation. (La chine ou la civilisation arabo-musulmane, aussi).
    Mais la civilisation européenne n’est pas née au Moyen Age avec la chrétienté. Elle est née en Grèce au 5e siècle avant JC. Les Grecs ont tout inventé (même le nom de l’Europe): sans Socrate, Platon, Aristote, nous n’aurions pas de philosophie… ni tous nos arts, ni toutes nos sciences (ou presque)… d’ailleurs, ils portent des noms grecs !
    Sans les Grecs et les Romains, pas de Renaissance, pas de Lumières, pas de siècle de la Raison.

    Je ne nie pas les apports de la chrétienté: je dirai plutôt que la civilisation européenne repose sur deux piliers essentiels: le pilier gréco-romain et le pilier judéo-chrétien: qu’on abatte l’un de ces piliers, toute notre civilisation s’écroule.

    Pour conclure je reprendrai un slogan de la République Espagnole: ¡No pasarán!
    Les fascistes sont déjà passés en Europe et y ont laissé des cicatrices indélébiles; ils ne repasseront pas !

    1. Au hasard d’une lecture, j’ai trouvé – sous la plume d’un ecclésiastique (dont le nom m’échappe mais qui ne saurait être a priori soupçonné de laïcité outrancière) – une idée assez proche de la vôtre: à savoir que les racines de l’Europe sont bien gréco-romaines, mais elles ont produit une plante sur laquelle s’est greffée une tige judéo-chrétienne.

    2. L’Europe n’est pas une civilisation.

      Parler de gréco-romain pour des Allemands ou des Finlandais, de judéo-chrétien pour des Anglais ou pour des Lettons, c’est se payer de mots.

      Pourquoi, dans ce cas, parle-t-on de pays du Sud, pays latins, catholiques, égalitaristes et de pays du Nord protestants, anglosaxons et individualistes ?

      L’UE est un projet utopiste qui prétend forcer des peuples de culture différente à se prétendre de culture commune. Comme pour l’euro…

      Et, en effet, comme dit dans un autre commentaire, judéo-chrétien est un oxymore.

      1. les nationalistes, qui sont responsables de deux guerres mondiales, en redemandent…n’est-ce pas Ruoma???

        L’UE n’est ni plus ni moins qu’une entité inspirée par l’Europe de Charlemagne, voire par l’empire romain, donc rien d’artificiel ni de nouveau là-dedans… C’est plutôt un retour aux sources.

        Ce que nos tristes décérébrés nationalistes (ils ont fait leurs preuves dans ce domaine!!!)n’ont encore pas compris, c’est qu’une Europe balkanisée ne peut que faire le bonheur des prédateurs des siècles à venir (Russie, USA, Chine, Inde Brésil…) puisqu’elle serait une mosaïque de petits cantons pesant au 21ème et 22ème siècles à peu près autant que Monaco ou l’Andorre aujourd’hui par rapport à nous…
        Avec le progrès des techniques et des transports, il est assez évident, même pour un âne, que doit s’ensuivre une augmentation de la taille des entités gérées et gérables, depuis les villes de l’antiquité en passant par les nations du 17ème siècle pour arriver aux quasi-continents d’aujourd’hui..

        On a bien compris que des cyber trolls nationalistes comme Asselineau sont des grands admirateurs de Poutine (Ass-Lino qui veut aussi nous marier avec le Maghreb pendant qu’on y est!!!!!) qui finalement essaient de foutre le merdier en Europe avec des argumentaires faussement rigoureux…qui rappellent fâcheusement ce qui s’est passé avec Trump et avec le Brexit…
        Il s’agit de traitres dangereux.

        Et autant que je sache, les allemands et les anglais sont chrétiens…
        ainsi que les hollandais, les danois, les irlandais, les islandais, etc…

        Ha bon, les pays latins sont égalitaristes?
        délirant!
        Ajoutons que le catholicisme est à l’agonie et que ça n’est certainement pas un bon cheval pour le 21ème siècle!!!

        1. Pas simple d’échanger de façon un peu constructive par l’intermédiaire de simples commentaires…

          Si je peux me permettre quelques réflexions : « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » est un droit international, ainsi que la source et la condition de l’établissement d’une « démocratie » dans un pays.

          Il faudra que vous m’expliquiez comment les Français, qui avaient rejeté le traité de constitution en 2005, peuvent continuer à jouir de ce droit ?

          Ou comment des commissaires étrangers peuvent-ils prendre des décisions qui concernent les Français ? Etc.

          Concernant les nationalismes responsables des guerres, c’est une vision très simpliste que la vôtre et qui sert de prétexte à justifier l’enchaînement des nations européennes dans un carcan censé les en protéger.

          C’est passer sous silence la responsabilité des lobbies industriels et financiers de l’époque qui ont tout fait pour que Hitler parvienne au pouvoir.

          C’est oublier la propagande et les manipulations de l’opinion publique inouïes de l’époque, pour que la population accepte.

          En effet, le peuple seul et souverain est pratiquement toujours hostile aux conflits (sauf quand les oppositions religieuses et intégristes s’en mêlent).

          Or, vous argumentez en relevant le fait que les peuples européens sont de culture religieuse identique ou compatible.

          Concernant l’individualisme ou l’égalitarisme des peuples en Europe, vous devriez vous informer auprès d’un sociologue qui l’a analysé en profondeur : Emmanuel Todd.

          Concernant l’argument fallacieux de taille, je vous ferais remarquer que « l’union » a sans doute la taille, mais brille par sa pusillanimité.

          À l’inverse, que je sache, des pays tels que la Suisse ou l’Islande, pourtant insignifiants en taille, peuvent se permettre des décisions souveraines qu’envient des pays plus importants, en particulier la France, véritable lopette dans le domaine des relations internationales, qui va même jusqu’à prétendre partager son réseau diplomatique et les démarches internationales avec l’Allemagne, dont le réseau diplomatique est insignifiant.
          Et ce, sans contrepartie, évidemment (mais avec Macron, on commence à en prendre l’habitude).

          Enfin, je constate que, comme souvent, les personnes hostiles à la doxa officielle ont droit aux insultes et aux railleries, à défaut d’argument – ce dont vous remarquerez que je m’abstiens autant que possible.

          1. Ruoma , Par quel bout le prendre ?
            On pourrait reprendre les points un a un mais ce serait un peu long , reprenons en quelques uns :

            – « l’ Allemagne, dont le reseau diplomatique est insignifiant  »
            153 ambassades soit a peu pres le meme nombre qu’e la France, un budget 2017 de 5,2 Milliards (France 2019 : 4,9 Milliards).

            La Suisse : concourt au Budget Europeen, adopte l’essentiel des directives europeennes, fait partie de Schengen, mais ne participe pas aux decisions. C’est ballot hein?

            L’ Islande, dont l’influence internationale est reconnue de tous, se porte bien… en ne payant pas ses dettes, merci.

            Sans insulte ni raillerie. just the facts.

          2. Comme l’écrit ci-dessous Bernard Schmitt , on pourrait reprendre les points un à un… bien que certaines idées récurrentes – et purement gratuites – de Ruoma aient déjà été réfutées à maintes reprises.

            Est-il en effet besoin de souligner, par exemple, à quel point son obstination quant à l’interprétation superficielle des motivations complexes du « non » au referendum de 2005 , malgré le recul que peut procurer une analyse apaisée de ces motivations, relève d’un regard sur la seule partie émergée de l’iceberg ? Pour démentir cette illusion d’optique, ne négligeons pas le cas de Laurent Fabius, que je tiens en haute estime. Il avait opté pour le « non »… mais son positionnement ne visait-il pas en grande partie la perspective des présidentielles de 2007 plutôt que l’échéance plus immédiate du referendum ? En tout cas, c’est avec une parfaite loyauté qu’il a par la suite joué le jeu du traité de Lisbonne lorsqu’il s’est retrouvé au gouvernement.

            De même, la question « comment des commissaires étrangers peuvent-ils prendre des décisions qui concernent les Français ? » ne brille pas par son réalisme lorsque, en observant le processus décisionnel, on doit bien se rendre à l’évidence de l’évolution institutionnelle au coeur de l’UE: à savoir que le pouvoir de décision revient en très grande partie au Conseil, composé des ministres nationaux ?… parfois en codécision avec le Parlement européen, où siègent également des députés français.

            Quant à Emmanuel Todd, je suis au regret d’avouer qu’il ne m’a jamais vraiment convaincu.

      2. Prétendre que l’Europe n’est pas une civilisation , n’est-ce pas aussi se payer de mots ? Reconnaissons que des historiens chevronnés ne partagent pas tout à fait votre affirmation. En ce domaine aussi, la bibliographie est abondante… si l’on veut bien se donner la peine de regarder la lune et non pas se limiter à contempler le doigt qui la montre.

        Pour revenir à ce que je mentionnais brièvement au sujet d’une distinction entre racines et greffe, on peut, bien sûr, en discuter. On pourrait même pousser d’un cran l’image végétale en se posant la question du « marcottage », cette opération consistant à mettre une tige aérienne en contact avec le sol afin de lui permettre de s’y enraciner. Mais ce qui me paraît le plus intéressant, si l’on penche en faveur d’une explication par une greffe judéo-chrétienne, est que cette greffe s’est avérée fructifère – même en direction des Allemands, des Finlandais, des Anglais ou des Lettons. Cela, certes, n’exclut pas que la branche ait parfois produit des fruits amers ou se soit couverte d’épines. Mais démêler le bon grain de l’ivraie, comme le souligne le bon sens évangélique dans un registre voisin, représente une opération à pratiquer plutôt en fin de cycle et non pas au niveau des racines.

        Et, puisque le point de départ de l’article d’Arthur et des riches commentaires – de tout bord – qui ont suivi a été suscité par une question d’ordre religieux, je ne peux m’empêcher d’évoquer un lointain souvenir personnel qui ne vous sera sans doute pas indifférent (même s’il s’avérait fortuit), dans la mesure où il se rapporte à un prénom et à un nom qui devraient vous être familiers: François Asselineau.

        Dans les années 70, j’ai en effet eu le plaisir de fréquenter un personnage haut en couleurs répondant à cette identité et qui, de sa belle voix, animait les chants du dimanche dans une paroisse du 12ème arrondissement de Paris.

        Sensible à son sens de l’humour, je m’entendais très bien avec lui… sauf sur un point: pour lui, une « vraie messe » ne pouvait être célébrée qu’en latin, opinion que je n’ai jamais partagée en dépit de ma passion lycéenne pour la langue de Cicéron.

        Mais ce qui me frappe est l’étrange ressemblance physique que mon ami François (avec qui j’ai perdu le contact après mon « exil » à Bruxelles et qui, en 2019, devrait être centenaire s’il est toujours de ce monde) présentait avec son homonyme aujourd’hui à la tête de l’UPR. Je ne serais guère étonné qu’un lien de famille (oncle à neveu ?) unisse les deux personnes.

      3. peut être faut il se méfier des idées recues (mais simples):
        Quelques exemples :
        – les pays du Nord protestants individualistes ? Il me semble que les pays scandinaves, la Finlande sont tres egalitaristes, et pas vraiment « anglo saxons »
        – lee catholiques sont plus nombreux que les protestants en Allemagne.
        – Les Francais ne sont pas individualistes?
        – et ces eglises romanes et gothiques qui ont fleuri partout en Europe et les clercs du Moyen age avaient la bougeotte: St Bernard,avant lui le saxon Boniface (devenu pape), St Patrick le Breton a St Germain d’Auxerre, a Lerins avant d’atterrir en Irlande , St Martin de Tours venu de Pannonie.
        – l’essentiel des textes grecs sont parvenus en Europe grace aux Arabes.
        – Pas Grecs-Romain ? Allez visiter Londres et son architecture , colonnes victoriennes, edifices Christopher Wren , Saint Paul … Et il y a de l’Italie a Vilnius, et bien davantage avant les Soviétiques.

        C’est compliqué hein?

        1. J’entends tout à fait vos arguments. En effet, l’Europe, en tant que continent, est le creuset de nombreuses cultures que l’on retrouve en filigrane dans les us et coutumes de ces pays.

          Cependant, comment prétendre faire converger des intérêts divergents et parfois contradictoires, entre des pays aux langues différentes ?

          Qu’offre de plus une « union » €uropéenne qui prétend « gérer » les pays qui lui ont abandonné des pans entiers de souveraineté au détriment de leur population, par rapport à ces nombreux traités bilatéraux ou multilatéraux existants ou à des consortiums puissants créés sans l’intervention de l’UE ?

          J’y vois ce qu’elle impose en plus : un abandon de la souveraineté de chaque État, contraint de suivre docilement une politique purement économique et mercantile, une simple gestion comptable, consensus fragile et incertain entre de multiples besoins différents.

          La preuve : quel que soit le résultat de nos élections présidentielles, on constate que la politique suivie par notre pays a toujours été la même : libéralisation, déréglementation, privatisations, délocalisations, précarisation, individualisme, mondialisme, mercantilisme, absence de protection de l’environnement, creusement des inégalités, politique de plus en plus autoritaire, corruption des « élites », confusion des pouvoirs, creusement de la dette, suivisme au niveau international, etc.

          Puisqu’on est dans un registre religieux : on reconnaît un arbre à ses fruits.

          Si l’UE était le havre de paix, de prospérité, de démocratie, de pouvoir d’achat qu’elle prétendait être, pourquoi :
          – autant d’hostilité des populations?
          – s’appauvrissent et se précarisent-elles ?
          – aucun débat contradictoire digne de ce nom ?
          – la suppression pure et simple des référendums ?
          – une telle propagande à coups de formules creuses ?

          On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, pas plus qu’on peut imposer durablement une situation à un peuple qui n’en veut pas.

          Je crois que l’URSS a tenu ~70 ans avant d’imploser.

          Le compte y est, la construction européenne dure depuis ~70 ans.

    3. quand j’écris « JESUS, BOUDHA, CONFUCIUS, etc…, COMBIEN DE VOLS, DE VIOLS, DE MEURTRES? ZERO! MAHOMET COMBIEN? ON NE COMPTE PLUS »,
      je parle évidemment du fondateur de la religion.
      ça t’avait échappé, mon petit Joël???
      Faut apprendre à lire et surtout comprendre ce qu’on lit.

      PS: le terme « islamophobie » est en lui-même un terme de propagande pro-islamique…
      tout comme le mot « racisme » appliqué aux religions est un SOPHISME…

      1. « je parle évidemment du fondateur de la religion. »
        Il aurait dit, mais peut-être est-ce une « fake news »:
        « Aimez-vous les uns les autres ! »
        Ce qui justifie pleinement qu’on s’étripe en son nom !
        Ensuite,
        je ne suis pas « TON petit Joël »

        1. ha, mon petit Joël! je vois que tu n’as encore rien compris: tu dois faire partie des gens qui comprennent vite pourvu qu’on leur explique longtemps.
          Donc, je reprends:
          Je compare les fondateurs des grandes religions pour montrer qu’ils étaient en général des hommes de paix comme tu le dis si bien (mais en partie à tort) sans crimes sur la conscience, alors que Mahomet, au contraire, avait sur la conscience à peu près tous les crimes possibles… C’est sensé donné à réfléchir à ceux qui gobent ses affirmations qu’il était messager d’un dieu (de miséricorde!!!), et ça en fait aussi un inquiétant modèle pour ses adeptes (voir par exemple ici: http://atheisme.org/hadiths.pdf)

          NB: le Christ, bien que nettement plus fréquentable que Mahomet, a néanmoins dit: « qui n’est pas avec moi, est contre moi », et St-Paul a ajouté: « il n’est de pouvoir que de dieu »…
          même toi dois comprendre ce qu’on peut tirer de nocif de telles affirmations.

          PS: je te disais « mon petit Joël » en appliquant la maxime du Christ: « aimez vous les uns les autres » que tu aimes tant. Mais tu ne m’as pas compris!!!
          Je me sens crucifié!

          PS2: je suis islamophobe et satisfait de l’être…pas comme François qui dit que c’est une religion de paix (comme au Sri lanka) ou JP II, protecteur des pédophiles, amateur d’auto-flagellation jusqu’au sang et embrasseur de corans…

  8. La religion répond à un questionnement des humains sur la notion de mort et de ce qui peut se passer après la mort. De même que les questions relatives à l’écoulement du temps.
    Face à cela il faut bien considérer que le cerveau humain a deux pôles : l’un de rationalité l’autre d’émotion. Cela suppose d’entretenir une forme d’équilibre entre les deux. Par ailleurs l’être humain a subi des évolutions liées à son environnement et aux migrations. Dans le même temps les connaissances de l’humanité se sont énormément enrichies entraînant une modification de la rationalité.
    La notion même de dogme doit être remise en question dès lors que l’on se trouve face à une absence d’explication rationnelle, c’est ce que j’appelle le doute. De même que par l’instruction et l’éducation nous acquérons des connaissances, un savoir, un savoir faire et un savoir être nous passons de l’enfance, à l’adolescence et à l’âge adulte. Nos croyances doivent elles aussi être soumises à l’approfondissement par le biais du doute et du questionnement. Cela signifie aussi prendre en compte la temporalité des écrits et expressions.Pour moi d’origine chrétienne et de formation scientifique, ma foi est devenue adulte est a évoluée vers la notion de confiance en l’amour et l’humanité. La prise de conscience des liens entre les hommes et la nature et que cette planète terre a été donnée gratuitement aux humains, à charge pour eux de l’enrichir et de la préserver.Pour moi le message du Christ transmis par les évangiles est synonyme de Liberté, de Fraternité et d’égalité.
    De même que nous devons veiller à l’équilibre entre émotivité et rationalité nous devons aussi veiller à agir localement mais dans une démarche universelle d’aller vers l’autre. Notre Liberté dépend de celle accordée à l’autre.

    1. Comme c’est joli d’expliquer l’inexplicable, CAD le pourquoi de notre existence
      . Pourquoi ne pas admettre que la mort est tout simplement la disparition d’une chose vivante qui redevient simple matière pour se retransformer en élément de base sous d’autre forme.

  9. Faux débat !

    Nous descendons tous d’africains, sortis d’un tas de boue pour se mettre debout. Le reste ne sont que des histoires ou de l’Histoire au gré des lectures et des références de chacun de nous.
    Nous sommes tous, à la base, des migrants qui avons erré, longtemps, à la recherche du meilleur endroit, le moins hostile et le plus favorable au développement de la vie que nous étions chargé de préserver et de perpétuer en nous enracinant au gré de l’évolution sur le meilleur terreau.
    Ce qui se passe aujourd’hui, que personne ne « sent » ou ne veut reconnaître, c’est le mouvement du retour de ce balancier où dans très peu de temps, nous humains, qui pensons orgueilleusement tout savoir et tout dominer et qui ne sommes que des fétus de paille à la surface de cette terre, nous allons nous y recoucher car l’apocalypse prévue et redoutée arrive.
    Elle ne sera pas divine, ni inventée, elle sera de notre propre fait pour ne pas avoir su préserver cette planète qui nous a vu naître.

  10. Voilà deux tentatives de commenter l’intervention de YM qui échouent. Je reposte donc ici.

    Intervention pertinente (je passe sur l’affirmation fausse qu’a relevée Joël Landais) et merci pour les liens !…

    Malheureusement, je crains qu’il me faille y apporter quelques bémols.

    Lorsqu’on sait que des armes sont vendues par la France à ces pays se retrouvent, dans le conflit au Yemen, à tuer des civils par milliers (sans que la « communauté internationale » s’en émeuve outre mesure).

    Lorsqu’on voit que Macron 1er reçoit en grandes pompes un certain MBS (mohamed ben salman) dont on sait qu’il est, entre autres, l’auteur de l’assassinat du journaliste dans l’ambassade. Et je me demande s’il ne lui a pas même attribué la légion « d’honneur ».

    Lorsqu’on sait que les états unis ont demandé à l’arabie saoudite d’islamiser le continent européen (je n’ai pas le temps de rechercher les sources).

    Qu’en réponse, les pays musulmans (wahhabites sauf erreur) ont tenu des congrès à l’issue desquels ils ont publié un guide sur la méthode d’islamisation des pays occidentaux.

    À chercher ici : http://www.isesco.org.ma/fr/
    ou là : http://www.oic-oci.org/

    Et je ne parle même pas du soutien américain délibéré à ces pays fondamentalistes pour servir leurs intérêts géostratégiques au Moyen-Orient.

    Et je passe sur l’instrumentalisation systématique qu’ils ont faite des mouvements islamiques terroristes, notamment pour tenter de renverser Bachar El Assad (comme ils l’avaient fait en Afghanistan avec les moudjahidins).

    Et je passe encore sur leurs interventions qui leur ont permis de renverser les régimes laïques en Libye et en Irak.

    Je passerai aussi sur le soutien d’ONG pour la plupart américaines, ainsi que les financements de fondations (comme l’Open Society) à ces réseaux de passeurs, pour amplifier l’arrivée de migrants sur le continent.

    Et je passerai enfin sur l’inexistence de « l’union » sur ces questions, grâce à laquelle le gouvernement français est dans l’impossibilité d’interdire le financement par l’étranger d’écoles musulmanes ou de mosquées dans notre pays (interdiction du contrôle des mouvements de capitaux).

    Tout ça pour dire que nous sommes très loin de « régler ce problème officiellement ».

  11. « L’Europe n’est pas une civilisation »

    Bravo ! Voilà un jugement bien péremptoire. Zac ! 2500 ans d’histoire rayés d’un trait de plume !
    Mais qu’est-ce que l’Europe, alors ? Un Rotary Club ?

    Bon sang, lisez Régis Debray ! Ou si vous n’aimez pas Régis Debray, lisez Paul Valéry ! « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. » De quelle civilisation parle-t-il selon vous ? De la civilisation maya ?

    Mais peut être que la civilisation européenne est déjà morte et que dans 100 ou 200 ans, des extra-terrestres retrouveront, enfouis dans le sable, nos châteaux et nos cathédrales… et peineront à déchiffrer nos hiéroglyphes…
    Mais peut être que les Européens ne sont pas civilisés, après tout…pour certains, j’en suis convaincu…

    Je suis sidéré par cette capacité d’auto-reniement des Européens, qui voudraient être autre chose: des Américains sans aucun doute, des trolls, des elfes ou des zombies, probablement. Elle n’a d’égale que cette propension à l’auto-flagellation et à l’auto-dénigrement des Français: nous sommes nuls, nuls, archi-nuls: tout est bien mieux ailleurs: le modèle allemand, le modèle US (avec Trump ?), le modèle anglais, le modèle japonais (moins en vogue ces temps-ci, Brexit et Carlos Ghosn obligent), le modèle coréen…

    

Cessons de nous dénigrer, soyons nous-mêmes ! Nous avons bâti une des civilisations les plus brillantes que la terre ait jamais porté: nous avons inventé la liberté, l’égalité (des peuples et des sexes), les droits humains, la démocratie, l’humanisme… Sans doute nous reste-t-il à inventer la fraternité, la solidarité…
Mais assumons nos valeurs; ce n’est pas le moment de flancher, car au loin, j’entends déjà des bruits de bottes, les aboiements des kapos et des chiens…

  12. Merci aux deux intervenants qui ont évoqué le problème de bien vouloir expliquer – et ne pas se limiter à affirmer – en quoi « judéo-chrétien » relève de l’oxymore… qu’on évitera de confondre avec l’ « occis Maure » qui ne fut pas, loin de là, à l’honneur des (maux) Croisés.

    Pour nourrir les échanges, je me permettrai de citer une haute stature de la politique française qui, même si cette attractivité n’a pas toujours retenu l’attention de ses biographes, s’est toujours montré ouvert aux « sensibilités » spirituelles: « Le christianisme a été, pour les hommes, tout ensemble une grande prédication d’humilité et de confiance. Il a proclamé, avec l’universelle chute, l’universelle possibilité de renouvellement ». L’auteur de cette phrase s’appelait Jean Jaurès.

  13. ce que les français ont rejeté en 2005, c’est une certaine constitution (libérale et pro-US) de l’Europe, donc une modalité particulière de la construction européenne, et pas l’Europe dans l’absolu, où d’ailleurs ils vivent depuis bien longtemps, et au fond, à laquelle ils tiennent.

    Le problème des européens est d’avoir cru que l’économie était suffisante pour construire l’Europe: il faut bien évidemment une unité politique. Mais il aurait peut-être fallu être plus progressif dans l’agrégation européenne?
    Il faudrait aussi se souvenir quelles difficultés la France a eues pour s’unifier au cours des siècles!!!
    Vous la mettriez en doute aujourd’hui??

    La pusillanimité politique en Europe est souvent le fait des nationalistes, qui ne rêvent que de leur petit village et de leur petite église!

    Il n’est pas vrai que les peuples soient systématiquement pacifistes: ça se saurait! La fleur au fusil en 1914 n’est pas une légende, pas plus que l’acceptation par les allemands de 1938 de la « guerre totale » proposée par Hitler…
    Les lobbies industriels ne font qu’utiliser les leviers classiques pour manipuler les peuples. Le nationalisme en est un! Il est une religion comme une autre…

    La Suisse n’existe que par les pays qui l’entourent!
    et les allemands auraient pu la faire disparaitre si tout le monde n’avait pas eu intérêt à disposer d’un petit territoire neutre ou négocier entre ennemis.
    De même l’Islande est un petit pays peu peuplé et « à la marge » qui n’attire aucune convoitise.

    L’argument clé POUR l’Europe, je le répète, c’est le fait que si l’Europe reste balkanisée, elle va disparaître face aux quasi-continents des autres cultures et s’atomiser, économiquement et culturellement. Un futur tiers-monde!
    Nous sommes condamnés dans le monde moderne au gigantisme, comme les dinosaures!!! Il faut seulement espérer qu’il n’y aura pas de comète!

    1. Je partage cette opinion. En 2005 j’ai voté « non », non pas contre une Europe politique, mais contre une constitution construite sur l’argent et non sur une volonté commune des peuples.
      Oui faute de s’unir (non pas contre, mais face aux impérialisme) les peuples et nations européennes vont se vassaliser et être entraînés dans des conflits qui ne sont pas les leurs, et surtout pendant ce temps le climat et l’environnement vont continuer de se dégrader au nom d’une volonté de prééminence nationale!

    2. J’ai repensé l’autre jour à cette vision des choses…

      En fait, si je vous suis bien, ainsi que d’autres intervenants ici, d’une façon générale, les peuples ne seraient pas vraiment « compétents » pour exercer leur droit à disposer d’eux-mêmes.

      La vraie démocratie, je parle de celle où les citoyens votent eux-mêmes leurs lois et subissent la « dictature de la majorité » ne serait donc pas une bonne chose.

      Vous êtes favorables à attribuer le pouvoir à une élite, une aristocratie et donc partisans d’une « démocratie représentative », en fait un oxymore, alors même qu’on mesure tous les jours les excès, les abus, les dérives et les échecs de cette sorte de gouvernement.

      En ce sens, vous préférez davantage encore le pouvoir confié à une entité supra-nationale, à laquelle les peuples (leurs « dirigeants ») acceptent de déléguer la plus grande partie de leur souveraineté et qui les éloigne encore davantage de leur gouvernement, en rendant le fonctionnement des institutions encore moins démocratique et donc plus autoritaire…

      Ce faisant, vous passez sous silence ou par pertes et profits, toutes les dérives auxquelles on assiste depuis 60 ans dans cette « union », les compromissions, les corruptions, les abus de réglementation au nom de la libéralisation et de la déréglementation, la dictature de la finance, l’appauvrissement et la précarisation des populations, les délocalisations, les fraudes, l’évasion fiscale, le pantouflage des commissaires et fonctionnaires, l’asservissement de l’UE aux demandes américaines et à l’OTAN…

      Bref, le libéralisme et le mercantilisme (anglo-saxon) comme politique indépassable.

      Et c’est dans cette défiance dans le peuple, symptomatique de nos « élites », que vous vous reconnaissez, que vous approuvez.

      Ce qui est à l’opposé de ce en quoi je crois et qui fait que je me retrouve définitivement en contradicteur et en opposant.

      D’ailleurs, cet article court et magistral (document PDF) résume à la perfection ce qu’il en est de cette « construction » européenne :
      http://www.comes-communication.com/files/newsletter/Communication&Influence_septembre_2017_Eric_Branca.pdf

  14. « Une Civilisation c’est d’abord des frontières »
    En relisant cette affirmation j’en mesure l’absurdité. Non pas qu’il ne faille pas de frontières, Mais c’est le terme D’ABORD qui est un contresens lorsque l’on parle de civilisation. Une condition sans doute nécessaire mais pas suffisante.
    Civilisation signifie rayonnement a partir de poles culturels, économiques, un droit partagé les trois vont ensemble; civilisation signifie « réseau » et pas uniquement territoire délimité, administré et protégé.

    C’est le manque de confiance en soi qui engendre le culte de la frontière.

  15. c’est un fait d’observation, hélas, que la démocratie ne donne pas toujours les résultats espérés: c’est bien le peuple allemand de 1933 qui a donné le pouvoir au chancelier Hitler, en toute connaissance de cause, car il suffisait de lire Mein Kampf ou d’observer ce qui se passait dans les rues de Berlin avant 1933 pour savoir à quoi s’en tenir sur le personnage et son parti…

    Avant ça, en 1918, Clémenceau avait pour lui une partie de l’opinion (les nationalistes) pour faire payer à ces salauds de boches la guerre de 14-18 ou celle de 1870. Il a obtenu ce qu’il voulait, mais en prime non prévue, il a eu le nazisme, 20 ans plus tard.
    Tout ça pour dire que les dictatures, enfants chéris des nationalismes, ne font pas mieux que les démocraties mais pire.

    Si nous sommes devenus les valets des USA, c’est bien évidemment suite à nos défaites de 1914 et de de 1939 (appelons les choses par leur nom!). Les USA ont souhaité le nazisme pour se débarrasser du communisme, jusqu’au jour où ils ont compris que le chien mordait son maître.
    Leur « générosité » lors du plan Marshall consistait surtout à nous prêter de l’argent pour leur acheter des marchandises. Mais c’est un fait que nous nous étions mis dans la merde, en bonne partie du fait de la médiocrité crasse de nos élites, y compris, voire surtout, de nos « élites » militaires.

    J’ai constaté dans ma commune de 2000 habitants qu’il n’y eu que 20 personnes pour venir s’exprimer au Grand Débat…ça en dit long sur les capacités de penser du « peuple ». Mais les « élites » lèche-babouches de notre pays, digne émanation de notre médiocrité (fruit du catholicisme?), ne valent pas mieux! Les exemples ne manquent pas.
    Les gilets jaunes, par exemple, sont des gens qui ne savent pas où ils vont, et qui me semblent manipulés. Des gens qui apparemment n’ont pas réussi leur vie et pensent pouvoir donner des conseils aux autres, les autres étant évidemment responsables de leurs échecs..

    Je ne pense pas qu’une entité supra-nationale fera beaucoup mieux que l’actuelle « élite politique » française, mais je pense que l’Europe pèsera plus sur la scène mondiale que la petite France, et que cette entité supra-nationale DOIT être élue au suffrage universel. C’est tout…
    Il y a justement dictature de la finance et des multinationales dans l’UE PARCE QU’IL N’Y A PAS DE POUVOIR POLITIQUE ELU en Europe. Les USA ont réussi à châtrer l’Europe, et les nationalistes leur facilitent aujourd’hui la tâche, ainsi qu’à la Russie, voire à la Chine…

    1. Ce billet commence à dater, cependant je lis votre commentaire auquel je pense utile de répondre. Et j’espère que vous en aurez connaissance.

      …que 20 personnes pour venir s’exprimer au Grand Débat
      C’est tout à fait logique, mais on ne peut pas directement en déduire que le peuple n’a pas la capacité de penser.
      Ce qui, au passage, témoigne d’une inclination à mépriser « les gens », très répandue parmi nos « dirigeants » et nos « élites » et que vous semblez partager.

      En réalité :
      – Cela fait des décennies que les gens votent en cherchant toutes les combinaisons possibles et se retrouvent à chaque fois les « dindons de la farce » avec une alternance factice d’élites qui s’échangent le pouvoir pour faire la même politique (désastreuse).

      – L’opinion publique sait pertinemment que ce « Grand débat » peut être vu comme un enfumage, une opération politicienne en vue de calmer l’irritation de la population et gagner du temps, dont on peut s’attendre à ce qu’il ne sorte rien.

      – Nos « grands médias » participent à cette désaffection en étant toujours (~unanimement) favorables au pouvoir en place et en organisant de pseudo-débats, où les invités sont d’accord sur le fond et se chamaillent sur des détails, tandis que les véritables opposants sont méthodiquement écartés, tout en étant abondamment ostracisés, caricaturés, moqués, éventuellement diffamés, sans le moindre droit de réponse.

      Sur les gilets jaunes et j’en suis un :
      – Je pense que vous n’avez pas vraiment fait l’expérience d’aller en rencontrer quelques-uns sur un rond-point, pour échanger avec eux, connaître leurs motivations, leurs « revendications », les raisons de leur colère.

      – Cette « opinion » sur les gilets jaunes tient plus de ce que nos « médias » en disent que de la réalité. Ils ont en effet tout intérêt à tout faire pour discréditer et affaiblir cette mobilisation et ils ne s’en privent pas.

      – Ils se mobilisent pour des raisons politiques, pendant que la majorité de la population s’en désintéresse, alors même que les raisons de se mobiliser sont multiples et de nature politique.

      – Rien d’étonnant donc, que leurs « revendications » soient nombreuses et diverses. Cependant, avec un peu de bonne foi, on se rend vite compte qu’il se dégage quelques revendications fortes et consensuelles : le RIC et la démission ou la destitution de Macron, par ex.

      Encore une fois, faites-vous une opinion par vous-même.

      Et j’ajouterai que, depuis le temps que nos médias se chargent bien plus de formatage de l’opinion publique, de propagande et de désinformation, en se prétendant légitimes pour débusquer les « fake news » qu’ils sont souvent les premiers à diffuser, vous devriez commencer à vous en méfier.

      1. dans une démocratie, il y a des canaux naturels prévus pour s’exprimer: par exemple, les GJ auraient pu se rendre chez leurs députés et les sommer de faire entendre leurs revendications au parlement.
        quitte à y revenir si ça ne fonctionnait pas.

        Mais cela aurait supposé d’avoir des idées claires et concrètes sur ce qu’ils voulaient.
        Or, on voit que ça n’a pas été le cas: l’obsession du rétablissement de l’impôt sur la fortune dit assez les motivations envieuses et creuses de ses défenseurs, la destitution de Macron ne respecte pas la règle du jeu quinquennale (fallait pas l’élire quitte à pratiquer une abstention massive qui l’aurait rendu illégitime!), et Macron est plus accusé de « mauvaises pensées » vis à vis du peuple que de mauvais actes précis…
        C’est ridicule, et paranoïaque.
        Giscard d’Estaing n’était il pas un individu pourri d’orgueil? et combien d’autres qui ont eu le pouvoir?

        Le recours à la rue est un procédé désespéré et dans le cas présent, suspect: quand on utilise la force sans avoir essayé le reste, c’est qu’on n’est pas sûr qu’on a de bonnes idées, ou que de fait, on n’a pas d’idées du tout (leçon que j’ai tirée de la faible participation au grand débat)…

        En tout cas, les méthodes employées par les GJ conduisent à la violence incontrôlable (de quelques fachos, racailles et loosers notoires attribuant aux autres la responsabilité de leur propre échec) et aux blackblocs, ce qui déconsidère le mouvement: le pouvoir s’en frotte les mains!

        Le fait aussi de refuser d’avoir des leaders conduit nécessairement à l’échec: soit ce mouvement va échouer, soit ça va être l’escalade au profit de forces obscurantistes et régressives, qui sont peut-être bien depuis l’origine derrière le mouvement.

        J’avais 20 ans en mai 68, et j’ai vu…j’ai vu des fils à papa médiocres (venant aux cours en voitures de sport) haranguer des amphis de soumis en leur montrant les beautés de la révolution prolétarienne, une poignées d' »anarchistes » (probablement des indics de police!) terroriser des amphis de petits bourgeois médiocres, j’ai vu des individus ternes contents d’avoir égayé par un instant d’héroïsme à pas cher leur vie prédestinée à être terne, quelque soit le régime politique, et qui sont retournés ensuite à la « ternitude »…
        c’est la vie!

        Les journalistes, eux, sont lucides, et ils voient bien ce qu’il y a à voir: pas grand chose.

        PS:
        « Ce qui, au passage, témoigne d’une inclination à mépriser « les gens », très répandue parmi nos « dirigeants » et nos « élites » et que vous semblez partager. »

        à ce propos, je voudrais dire que je préfère la posture condescendante (peut être à tort) de certaines « élites » à celle des prédateurs fachos pervers flattant le peuple pour mieux le niquer, comme pratiquait les nazis.

        1. Cet article étant le seul moyen de vous répondre, je me retrouve à devoir poster à nouveau un (dernier, j’espère) commentaire.

          « par exemple, les GJ auraient pu se rendre chez leurs députés… »
          Ils l’ont fait, je l’ai fait, ils le font. Certains députés ont même accepté que l’entretien soit diffusé en direct sur les réseaux sociaux. D’autres ont fait la démarche de venir nous répondre sur le rond-point même.

          C’est à eux qu’on demande de lancer une procédure de destitution parfaitement justifiée. Mais, comme la grande majorité, plutôt novice en politique, est issue de LREM, ils ne vont pas le faire, ce serait se tirer une balle dans le pied.

          La destitution est inscrite dans la Constitution, art. 68, pour obtenir le renvoi d’un président dont les actes seraient incompatibles avec sa fonction et c’est bien le cas. Il s’agit bien d’écourter un mandat quinquennal, une sorte « d’impeachment ».

          Par ailleurs, il ne s’agit pas de sanctionner seulement des mots. La liste des mesures prises contre l’intérêt des Français ou qui sont une honte au prestige de notre pays commence à être longue…

          Mais comme la concordance des élections législatives lui a donné une majorité confortable et que la totalité des « grands » médias le soutient, ceux qui le dénoncent sont inaudibles, même si de plus en plus de personnalités, dans différents domaines, commencent à se manifester.

          Concernant la « violence » des Gilets jaunes, vous aurez noté qu’elle est surtout le fait de casseurs ou de black blocks.
          Or, parmi les nombreux blessés, mutilés, dont certains handicapés à vie, il n’y a ni les uns, ni les autres…

          Et la répression policière violente, injuste et disproportionnée, a été, depuis des mois, la seule réponse de ce gouvernement.
          Sanctionner les manifestants qui ont sur eux : un gilet jaune, des lunettes de protection, des masques, des foulards, qu’est-ce que ça veut dire ?…
          Ça signifie vouloir leur imposer de n’avoir aucune protection pour que les « interventions » des forces de l’Ordre fassent un maximum de dégâts !
          Sans parler des lois « de circonstance », votées sans état d’âme par un parlement croupion, loi « anti-casseurs » ou loi « anti fake news », par ex., ne sont que des entraves légales et abusives au droit de manifester.

          Je continue ?…

          Devant les dérives, les abus, les scandales, les ingérences de l’exécutif dans la justice, les médias ou le législatif, il y a de solides raisons d’être dans la rue.

          En réalité, si les Français avaient un minimum de conscience et de lucidité politiques, ils devraient se sentir Gilets jaunes et être dans la rue avec eux.

          Mais remettre en cause son petit confort et prendre le risque de subir le sort des Gilets jaunes tous les samedis, demande d’avoir du courage.

          Il est beaucoup plus sage de s’en tenir au discours médiatique et de s’entêter à soutenir un gouvernement indigne, en attendant que le mouvement s’épuise, espoir affiché continuellement par tout le système.

          « Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles. »

          1. je n’ai personnellement jamais entendu parler de députés saisis par les GJ… leur communication est déficiente!

            je n’entends aucune proposition concrète (à part le RIC ou l’impôt sur la fortune, la tarte à la crème du « on veut des sous », ou « on est jaloux des riches ») de la part de GJ qui ne veulent pas de leaders et semblent marcher en « bordel couvrez ».
            Ils ne semblent pas avoir pris la mesure des blackblocs qui effectivement sabotent leur mouvement: ils ont plutôt l’air de vouloir s’en faire des complices, qu’ils sont peut-être d’ailleurs (ultra-gauche lèche babouche et racailles diverses)

            J’ai pu voir dans mon village de 2000 habitants qu’il n’y avait que 20 personnes pour s’exprimer au grand débat, dont pratiquement aucun GJ.

            Virer Macron, pourquoi pas, mais pour mettre qui à la place: le maduriste/chaviste et robespierriste et lèche-babouche Mélanchon, ou l’ignare anti -européenne et pro russe Le Pen, ou des nationalistes attardés qui préparent la ruine de l’Europe?
            Ne parlons pas de la droite classique, insipide et aux abonnés absents…
            Il est clair que je voterai blanc à la fin du mois…

  16. On ne peut que se réjouir de la richesse du débat à la lecture de la bonne quarantaine de commentaires consécutifs à l’article – même si certains sont un peu hors-sujet.

    Pour contribuer à replacer précisément l’église au milieu du village, je porte à la connaissance de nos lecteurs un extrait d’un ouvrage qu’ Eric de Beukelaer, ancien aumônier universitaire à Louvain-la-Neuve (à quelques km de Bruxelles), a publié, il y a une dizaine d’années, sous le titre:  » Pourquoi je ne crois pas à la faillite du christianisme ». On pourra, certes, considérer que cette plaidoirie fait partie de son boulot. Mais, comme l’auteur est largement guidé par le souci de remettre les pendules à l’heure au fronton de certains de nos clochers,il écrit ainsi:

    « Ne nous leurrons pas: le culte païen de la déesse-mère reste ancré dans l’inconscient religieux de nos civilisations. Draper la « servante du Seigneur » des attributs de Gaïa, la matrice cosmique, n’est pas rendre un bon service à la cause chrétienne. Sous le masque d’une certaine ferveur mariale, se cache un relent de paganisme. Quand elle se désincarne, la dévotion à Marie perd son ancrage chrétien. »

    1. oui, et pourquoi aurions nous besoin d’un ancrage chrétien en ce 21ème siècle?
      Le christianisme n’a t il pas fait son temps, et n’a t il pas démontré son absurdité, comme toutes les religions d’ailleurs?
      N’est il pas, comme le fait remarquer Onfray, un « chamanisme solaire » qui reprend les fêtes paiennes?

      Il faut que l’homme devienne adulte et apprenne à se passer de son papamamandieu, qui, « créateur et maître de l’univers » (comme si l’univers comme un chien avait besoin d’un maître!!!), n’a rien de mieux à faire que de s’occuper de lui 24h/24, comme d’un enfant…

      1. En citant Eric de Beukelaer, je soulignais seulement une des mises au point contenues dans son ouvrage.

        Au-delà de ce détail, je partage largement le fil conducteur de l’ensemble de cet ouvrage… à savoir les raisons pour lesquelles le christianisme est loin d’être en faillite. A l’intention de celles et ceux qui auraient la curiosité d’en savoir plus, je précise que le livre a été publié en 2009 aux presses de la « Nouvelle Cité/vie des hommes » (www.nouvellecite.fr)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page