ActualitésEn UneOpinions

Brexit et maintenant – discours de Roger Casale à Lourmarin

Le 23 novembre 2019, Roger Casale fondateur de New Europeans a été invité par les Amis de Lourmarin à prononcer un discours sur la situation politique au Royaume-Uni à l’occasion de la publication du livre Brexit …  à quand le retour? par le regretté Jean-Gérard Lieberherr, gendre de Jean Monnet. Il nous a fait l’amitié de nous le transmettre.

Merci beaucoup Catherine. Bonjour, mesdames et messieurs!

C’est un plaisir pour moi d’être ici avec vous aujourd’hui. C’est un honneur pour moi de vous rappeler de votre bon ami Jean-Gérard Liebeherr. C’était un ami de Lourmarin et un ami de l’Europe.

Je commence à connaître Lourmarin et j’aimerais être un ami. Je peux peut-être rejoindre votre association? Je suis déjà un ami de l’Europe.

Je pense que Jean-Gérard, s’il était en vie aujourd’hui, vous le dirait.

« Oui, comme toi, Roger est européen. »
Mais vous ne m’avez pas invité à parler de l’Europe et de Lourmarin. Vous m’avez invité à parler de l’Europe et de la Grande-Bretagne – du Brexit.

Je dois dire que j’admire votre résilience.

Un ministre espagnol des Affaires étrangères a dit un jour:

« En Grande-Bretagne, vous parlez du Brexit 24 heures sur 24, en Espagne, nous le faisons 24 minutes par mois »

Je pense que les espagnols ont le bon équilibre.

J’ai demandé à Catherine et Michel ce qu’ils voulaient que je voudrait me dise ?

Catherine a répondu:

«Dites-nous ce qui se passe en Grande-Bretagne»
Eh bien, c’est un très court discours que j’ai dit. Un mot le résume et ce n’est pas un mot agréable.

Peut-être devrais-je simplement dire que le Royaume-Uni est en train de s’effondrer. C’est l’image que vous devriez garder à l’esprit.

Je dois vous dire que je fais partie de ceux qui ont toujours pensé que le Brexit serait arrêté. Maintenant, je ne suis pas si sûr.

Comme Jean-Gérard, j’ai fait confiance au pragmatisme du peuple britannique. Maintenant, je ne suis pas si sûr.

Quand on lui a demandé son avis sur le Brexit aux Britanniques, Michail Gorbatchev a répondu:

« Les Britanniques sont très intelligents et ils vont régler cela par eux-mêmes. »
Je ne suis pas si sur.

Mon organisation, New Europeans, a débuté à Londres en 2013 et est désormais basée à Bruxelles également. Nous faisons campagne pour protéger les droits des 5 millions de citoyens européens au Royaume-Uni et de Britanniques en Europe dont la vie est dans les limbes. La meilleure façon de le faire est d’arrêter le Brexit.

Nous faisons également campagne pour une Europe des citoyens, une Europe, selon les mots d’un autre ami de Lourmarin, Albert Camus, « de justice sociale et d’égalité, ancrés dans les droits de l’homme.  »

Nous savons, comme Jean-Gérard l’a fait, que les relations entre l’Union européenne et l’Union européenne vont dans les deux sens.

Pour comprendre le Brexit, comme dans toute relation, vous devez le voir des deux côtés. Quel conseiller d’orientation et médiateur de mariage fabuleux aurait été Jean-Gérard s’il avait survécu.

Et quel bel emplacement aurait été le château de Lourmarin pour de telles négociations!

C’est parce que nous pouvons constater la relation entre les deux parties qu’en février dernier, nous avons proposé un compromis.

Nous avons dit que la Chambre des communes devrait accepter l’accord de retrait, l’adopter et adopter l’accord de la population pour un référendum de confirmation.

Le peuple britannique devrait avoir la chance de voter entre rester et l’accord en question. Si la Grande-Bretagne votait pour rester, l’accord serait nul. Si la Grande-Bretagne votait en faveur de son départ, elle le ferait sur la base de l’accord déjà adopté.

C’est pourquoi nous appelons cela un référendum de confirmation, pas un deuxième référendum. L’UE serait priée de donner une extension suffisante pour que cela soit possible.

Cette idée a attiré l’imagination de deux députés travaillistes qui ont réussi à obtenir un soutien substantiel en faveur de cette idée à la Chambre des communes. Cela a failli arriver.

À la fin, il a été bloqué par une poignée de députés travaillistes opposés à un deuxième référendum et à l’incapacité d’une poignée de députés conservateurs de soutenir l’idée en public bien qu’ils l’aient appuyée en privé.

Nous avons également rejoint les appels en faveur d’un gouvernement d’union nationale – un gouvernement qui pourrait rassembler tous les partis à la Chambre des communes, à l’exception des conservateurs.

Jean-Gérard aurait très certainement approuvé.

Cela aussi a échoué sur le rocher de la politique partisane.

Les libéraux démocrates ne pouvaient pas accepter l’idée de Jeremy Corbyn comme Premier ministre par intérim.

Jeremy Corbyn n’était pas prêt à accepter une autre personnalité travailliste dans ce rôle.

Donc, le Royaume-Uni est maintenant laissé à la merci d’une élection générale.

Une élection générale est le pire moyen de résoudre le Brexit.

Cela a été rendu possible parce que les libéraux démocrates pensaient en tirer profit. Ils ne le feront pas.

Cela a été rendu possible parce que le parti national écossais pensait en tirer profit. Mais même s’ils remportent tous les sièges en Écosse, Johnson n’accordera pas un deuxième référendum sur l’indépendance.

Le parti travailliste a ensuite dû l’accepter.

Le parti travailliste en a profité pour publier un manifeste radical. Mais il n’y a aucune perspective que ce soit qu’ils auront la chance de le mettre en œuvre. Beaucoup doutent qu’ils aient la capacité de mettre en œuvre dans le cas peu probable où ils obtiendraient la majorité.

Jean-Gérard serait consterné par ces développements.

En fait, l’élection générale est un cadeau de Noël anticipé pour Boris Johnson. Le résultat le plus probable est une majorité pour Johnson.

Cela signifie que le Royaume-Uni quittera l’UE le 31 janvier.

Le slogan électoral de Johnson est «Get Brexit Done»

Mais quitter l’UE ne permettra pas de terminer le Brexit. Cela ouvrira un nouveau chapitre de négociations. Un pays dans lequel le Royaume-Uni sera dans une position beaucoup plus faible car il n’est plus membre du club. La «guerre factice» ne fera que commencer.

Jean-Gérard identifie de nombreuses continuités et modèles dans l’histoire des relations du Royaume-Uni avec l’UE. Mais ce qui va se passer est un nouveau départ.

Si je vous ai dissuadé de penser que le Brexit serait organisé lorsque la Grande-Bretagne partirait, c’est la première idée fausse que je dois corriger.

La deuxième idée fausse est que la Grande-Bretagne sera dirigée par un gouvernement conservateur si Johnson remporte la majorité.

Johnson et ses amis ne sont pas des conservateurs. Ce sont des libertaires, des populistes de droite, des révolutionnaires.

Il n’y a rien d’eux qui soit conservateur au sens traditionnel du terme. Un conservateur traditionnel se préoccuperait de l’intégrité territoriale de l’État.

Mais le Brexit de Johnson entraînera la dissolution de la Grande-Bretagne car, tôt ou tard, l’Écosse partira et l’Irlande s’unira à la suite.

Un conservateur traditionnel montrerait un certain respect pour les institutions de l’État britannique, telles que l’appareil judiciaire et la monarchie.

Mais Johnson attaque la Cour suprême et a menti à la reine. Un conservateur traditionnel démissionnerait s’il était prouvé qu’il était un menteur.

Johnson s’acharne contre ses propres mensonges et reformule la « question de la confiance » en évoquant l’incapacité du parlement britannique à mettre en place le Brexit.

Permettez-moi de souligner ce point: le parlement britannique n’a pas manqué de respecter le référendum – il a fait son travail. Le Royaume-Uni est une démocratie représentative dans laquelle le parlement est souverain. Ce n’est pas une république populiste de droite autoritaire dirigée par la foule.

Boris Johnson est un homme intelligent.

Ses amis et lui-même ont reconnu qu’ils pouvaient exploiter le mécontentement populaire vis-à-vis de l’UE, de l’économie, de la migration et l’utiliser comme voie d’accès au pouvoir. Ils sont très près de réussir.

La raison pour laquelle ils souhaitent que la Grande-Bretagne sorte de l’UE est parce qu’ils perçoivent l’adhésion à l’UE comme un obstacle à ce qu’ils veulent faire. C’est pourquoi ils ont fermé le parlement. C’est pourquoi ils menacent de ne pas obéir à la loi.

Rappelez-vous que Johnson est un libertaire, pas un conservateur. Il veut balayer tout ce qui s’oppose à ce qu’il veut faire. Et nous ne savons toujours pas ce qu’il veut faire.

Faire de la Grande-Bretagne un paradis capitaliste réorganisé en mer comme Singapour? Vendre le service national de santé?

C’est un moment dangereux pour la Grande-Bretagne et pour l’Europe.

La démocratie parlementaire n’a jamais été aussi menacée en Grande-Bretagne qu’aujourd’hui.

Rien ne résume mieux cela que le refus de Boris Johnson de publier le rapport du comité du renseignement de la Chambre des communes sur la Russie.

La Grande-Bretagne semble avoir un premier ministre qui collabore avec un État étranger qui s’engage dans une guerre du renseignement avec la Grande-Bretagne.

Hilary Clinton appelle cela honteux. Winston Churchill aurait appelé cela une trahison.

Jean-Gérard aurait vu dans les derniers développements la plus grande menace pour la démocratie en Grande-Bretagne depuis la Seconde Guerre mondiale.

Il aurait également compris, comme nous le faisons chez New Europeans, que ce qui se passe en Grande-Bretagne représente également un défi pour l’Europe.

Si la Grande-Bretagne est laissée en dehors de l’UE entre les mains de Boris Johnson, cela représentera un échec catastrophique de la démocratie britannique.

Cela représentera également un revers pour l’Europe et pour la lutte pour la démocratie libérale partout dans le monde.

Comme moi, Jean-Gérard aurait été consterné par l’arrogance et le comportement du gouvernement britannique.

Il aurait également vu la menace stratégique pour l’Europe. Une victoire pour Johnson, est une victoire pour les populistes du monde entier.

Nous vivons à une époque où c’est un acte politique d’affirmer la réalité, de défendre les faits.
La victoire de Johnson sera un triomphe pour le mensonge sur la vérité, pour l’intérêt personnel sur l’intérêt public, pour l’intégrité sur l’ambition nue d’exercer le pouvoir sans modération.

La plus fausse perception de tous en ce qui concerne le Brexit est qu’il n’a rien à voir avec les relations entre la Grande-Bretagne et l’Europe – ce n’est pas le cas.

Le Brexit a à voir avec qui a le pouvoir en Grande-Bretagne et ce qu’ils veulent faire avec ce pouvoir.

C’est ce que Johnson a compris, c’est pourquoi il a pris parti pour la campagne du Brexit et il est maintenant sur le point d’atteindre son objectif.

On me demande souvent si quelque chose de bon vient du Brexit? Ma réponse est oui, il y a une bonne chose qui vient du Brexit.

Pour la première fois, il existe en Grande-Bretagne un puissant mouvement pro-européen. Je crois que si la Grande-Bretagne part, ce mouvement conduira un jour à ce que la Grande-Bretagne demande à nouveau à rejoindre l’UE.

Ce mouvement doit devenir non seulement un mouvement européen, mais également un mouvement en faveur d’une réforme radicale de la démocratie en Grande-Bretagne et de ses institutions. Jean-Gérard aurait fait partie de ce mouvement et moi aussi. Tout comme les nouveaux Européens.

Ce n’est pas simplement un mouvement pour sauver la Grande-Bretagne, c’est un mouvement pour sauver l’Europe. La bataille pour la démocratie britannique est une bataille pour l’âme de l’Europe. Tout comme la bataille d’Angleterre en 1940.

Je lance un appel à vous dans cette salle pour reconnaître qu’en tant qu’Européens, nous sommes d’abord des démocrates et ensuite des Britanniques, des Français, des Allemands ou des Italiens.

Nous devons nous unir pour défendre nos valeurs communes.

Nous devons nous unir pour faire revivre l’esprit de liberté et de démocratie en Europe.

Nous devons nous unir pour sauvegarder le projet européen face à ce défi et à cette provocation sans précédent.

Si nous faisons cela, je suis sûr que non seulement la Grande-Bretagne reviendra dans l’Union européenne.

Je suis également convaincu que l’Union européenne existera toujours.

Parce que nous croyons en la démocratie, aux droits de l’homme et à la liberté en Europe et que nous savons nous tenir debout et défendre nos valeurs lorsqu’elles sont en danger.

Parce que nous avons appris cela de notre histoire.

Parce que nous savons que nous avons un destin commun.

Que nous ne pouvons survivre qu’en travaillant ensemble en paix.

Ou comme dirait Jean-Gérard: « Parce que nous sommes européens. »

 

Roger Casale

Roger Casale est ancien député travailliste et Président fondateur des New Europeans

Sauvons lEurope

Sauvons l’Europe, association pro-européenne et progressiste qui s’engage pour une Europe démocratique et solidaire

Articles associés

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page