ActualitésEditoEn Une

Tapie : départ d’un grand vautour

Bernard Tapie s’en est allé. Comme beaucoup nous ne voulons retenir que son engagement contre le Front National qui compense moralement son implication dans la fin de carrière politique de Michel Rocard.

Mais nous peinons à oublier l’entrepreneur condamné pour publicité mensongère, l’arbitrage pour le moins litigieux relatif au Crédit Lyonnais, le repreneur d’équipes de cyclisme et de football condamné pour corruption et truquage de matchs, et surtout le dépeceur d’entreprises en difficulté dont il faisait miroiter le redressement et dont il revendait systématiquement les actifs après avoir laissé les travailleurs sur le carreau.

Ce n’est pas le modèle que nous voulons pour l’Europe, ni pour la France, et l’espèce d’hommage national qui lui est rendu ce matin nous trouve tout de même un peu étonnés.

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

22 Commentaires

    1. Notre époque est à la simplification de l’info qui doit être liminaire et succincte. Il suffit d’une ligne dans un CV pour condamner quelqu’un, même si, par ailleurs, il a pu faire de belles choses : Colbert pour le Code noir, Napoléon pour ses guerres meurtrières,Gisèle Halimi non panthéonisée pour ses activités anticolonialistes susceptibles de déplaire uax « PIeds-noirs ». La liste est longue de ces minorités qui dictent leur loi. Bien sûr, Tapie a beaucoup de traits négatifs, mais, même sur le plan industriel, il ne fut pas qu’un dépeceur. Et, sur le plan humain… Votre titre est un peu trop réducteur à mon goût.

  1. Merci beaucoup Arthur pour ce bref commentaire sur le « vautour communicant » qu’était Tapie
    Un tel bonimenteur médiatique que les médias qui prennent peu de distance sont sont fascinés
    par le personnage : Bravo à Sauvons l’Europe !

  2. Retenons en effet les combats de Tapie contre le Front national, mais gardons de la lucidité par rapport aux nombreuses zones d’ombre d’un « flambeur » qui aura beaucoup occupé la justice et ne peut pas nous servir de « modèle », d’accord avec Arthur

  3. Bof… Il y a une dimension systématiquement minimisée par celles et ceux qui commentent. La dimension du Faire.
    Il y a les faisous et les disous.
    Sans approuver tout ce qu’a fait Tapie, il a fait partie des gens qui impriment un mouvement. J’ai peine à blamer les faisous. J’avais 25 ans en 1988, il me faisait « rever « ( dans le sens de se lever chaque matin avec beaucoup d’énergie pour agir), bien davantage que les propos de la jeune garde mitterrandienne d’alors.

  4. quand vous rachetez des entreprises pour le franc ( de l’époque ) symbolique, vous ne pouvez que réussir. Cà ce n’est pas très grave car ce sont les capitalistes qui se mangent entre eux. Par contre bâtir d’immenses fortunes sur le malheur de milliers d’ouvriers qui n’y étaient pour rien, et s’en féliciter, c’est inadmissible. Où est l’Humain ?

  5. Tapie n’arrive pas à la cheville des grands prédateurs tels que Bolloré et autres Monsieur Amazon.
    Tapie, comme Sarko, ne sont que des hommes esseulés qui se sont vus au sommet de l’affiche, sans avoir été adoubés préalablement par leurs confrères, et sans avoir réussi à s’imposer et bouffer leurs autres pairs avant.
    A ne pas confondre avec des Manu, par exemple, capables de dépecer le peuple au profit des vrais et grands rapaces capitalistes.
    A quand une Europe solidaire avec une politique de re-démantèlement des grands empires financiers actuels qui sont tous nés à nouveau de leurs cendres, malgré les actions politiques entre 1920 et 1972 qui avaient permis de les maintenir « relativement » sous tutelle.
    Ne pas comprendre ce type d’analyse est s’exposer à des lendemains qui, non seulement, déchanteront, mais surtout risqueront d’être fort douloureux pour tous, y compris les prédateurs actuels.

  6. Les vautours économiques sont trop souvent loués, et on oublie ceux qui ont permis à ce vautour de prendre son vol.
    L’économie fonctionne comme un super monopoly où grâce à la prédation de la planète et des humains, il n’y a qu’un seul gagnant et 99% de perdants.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/
    Et souvent ces vautours se comportent comme des dictateurs économiques pour acquérir les moyens d’échapper à toutes les contraintes qu’eux ou ceux qui les servent imposent aux autres.
    Yachts, fusées, paradis fiscaux c’est cette économie qui veut nous emmener vers l’écologie, à coups d’énergie verte et de moulins à vent.
    La planète n’a pas les moyens de fournir sur des siècles les trains de vie que nous avons à des milliards d’humains. Gérer l’économie des moyens et des matières premières est la seule issue pour éviter des guerres de survie.

    1. Des guerres de survie, il y en aura, et ce ne sera pas beau à voir…
      Je suis assez pessimiste quant au sursaut nécessaire, indispensable qu’il faudrait à l’humanité pour s’en sortir dans les 50 prochaines années … avec des gens privilégiés s’imaginant partir dans une autre galaxie pour échapper à ce qu’ils redoutent, en abandonnant leurs congénères à la barbarie qui ne pourrait que s’installer ici-bas, je pense quon est mal barré pour employer un terme actuel. Idioties? Allez vous renseigner sur les projets payés par ces milliardaires qui ne rêvent que de ça, ils s’ennuient tellement qu’ils cherchent déjà un ailleurs, en se congelant sil le faut en attendant que la technologie soit au point…

  7. Halluciné par le temps médiatique consacré à ce personnage qui, s’il eut un talent, fut celui d’être un opportuniste au traits quasi balzaciens. Non dénué de courage face à la maladie, son discours sur les moyens à consacrer au système de santé me laissait néanmoins assez rêveur : avec plus de 400 millions, on peut construire 3 hôpitaux. Il fut également un météorique et totalement inefficace ministre de la ville. On n’a, d’autre part, assez peu entendu les victimes ou fils/filles de victimes des manoeuvres financières du vautour en question dans le « mainstream » hagiographique du week-end passé. Combien, parmi ces dernièrs, ont développé des dépressions, des symptômes ? Combien à être tombé dans la débine ? À s’être suicidé ? À avoir développé des cance ? Gageons en tout cas, que les héritiers refuseront la succession et que le remboursement des dettes du patriarche passeront dans la colonne « poche du contribuable ».

  8. Dans les revues de presse de ce matin chez Radio-France (Inter, F-Info, F-Cul) seule France-Culture a cité un titre négatif à propos du vautour celui de l’Huma : Tapie: le mauvais génie des affaires. J’ai entendu quelque part, hier, le comble : un exemple pour la jeunesse ! MRC

  9. Merci d’avoir le courage de remettre les pendules à l’heure et de ne pas céder au concert des faux-culs !

    C’est par ce type de consécration que le système, l’élite, de droite ou de gauche, prouve que n’importe qui peut réussir en traversant la rue. N’ayant pas d’héritage familial ni de réseaux, il ne pouvait que jouer aux limites de la légalité et le sérail se venge toujours de ces arrivistes individualistes et anticonformistes qui ne respectent pas les règles de la « famille », ses codes, sa hiérarchie. Tapie a autant utilisé les autres pour son seul profit, sa propre gloire, qu’ils l’ont utilisé. Ni héros ni victime.

    « Derrière toute grande fortune se cache un grand crime » Balzac !

  10. Je rejoins la majorité des commentaires ci dessus et l’article d’Arthur, on ne doit pas porter aux nues des hommes qui sont capables de tout bafouer pour arriver à leurs fins.
    Regardez le comportement actuel d’un ancien président de la république nommé SARKOZY qui a et qui utilise ces méthodes, il a le culot de se faire passer pour une victime, ou va t’on ?
    Comme TAPIE, c’est un communicant, il est passé maître dans l’art de la manipulation et des écrans de fumés, utilisant des pares feu qui encaissent les coups à sa place, jusqu’à quand ?.
    J’ai l’impression qu’on se complaît avec ces personnes qui sont nuisibles pour notre société, comme d’autres bien entendu, on passe à côté d’autres qui auraient pu nous apporter le meilleur (ROCARD, JOSPIN, DELORD, etc…)
    Je m’incline uniquement face au combat qu’on menés et que mènent des français face à cette maladie comme à d’autres, et qu’il a combattu.

  11. J’ai vu un titre comme « Mort d’un géant ! » j’ai cru que le média avait oublié le sous-titre : « …géant de l’escroquerie ». Mais non il n’y avait pas de sous-titre. Moi ce qui m’intéresse, au-delà de la vie de cet escroc manipulateur (l’homme je ne le connaissais pas), c’est ce que deviennent les 403 millions d’euros d’argent public, le nôtre donc, obtenus grâce à l’aide d’un autre escroc en col blanc : le petit Nicolas.

  12. ça fait du bien de lire ces lignes qui vont à contre courant des hommages que l’on entend de toute part. Et je me sentais bien seul à ne pas partager.
    Ne connaissant pas personnellement cet homme, je ne peux en parler qu’au travers de tout ce qui a pu être dit de lui. J’en retiens avant tout que c’est le départ d’un « bandit » qui n’a pas hésité à piétiner les autres, les escroquer comme il nous a tous, nous contribuables, escroqué.
    Je retiens aussi que dans l’affaire OM-Valenciennes il n’a pas hésité un instant à faire porter la faute sur ses collaborateurs, en particulier un dont je ne sais plus le nom.
    Quand il « était de gauche », les gens de droite jetaient leur opprobe sur cet homme. Il est devenu de droite et malheureusement la gauche s’est abstenu de condamner.
    Alors, il est parti, c’est ainsi mais pour ma part c’est sans hommage et je ne peux m’incliner.

  13. DE LA RESPONSABILITE DE CHACUN
    Beaucoup de choses ont été écrites sur B Tapie dans ces commentaires, en bien, (peu), en critiques, fondées. Mais en temps que militant de la cause européenne, je ne peux oublier le rôle joué par lui, aux côtés de Christiane Taubira et Noël Mamère, à l’instigation de François Mitterrand lors des élections européennes de 1994 pour l’évincer de la direction du PS, et donc de la candidature aux présidentielles suivantes. Cette liste: « missile » contre M Rocard obtiendra 12% des voix, obligeant M Rocard qui a obtenu 15%, à démissionner du poste de 1er secrétaire du PS, et perdre ainsi toute chance pour les présidentielles de 1995. Mais celai ne l’a cependant pas empêché de rester un excellent député européen pendant 15 ans.
    Conservons la mémoire en ces temps de fake news.

    1. Merci Gilles de ces précisions historiques, bien utiles (et content de savoir qu’il fut un bon député européen… qui n’a pas du s’élever beaucoup contre l’évasion fiscale …mais dont la lutte contre n’était non plus vraiment à l’ordre du jour dans les années 90 !
      MAIS je ne vois pas ce qui peut relever l’image de ce flamboyant et pervers vautour financier qui à siphonné tranquilementles fonds propres de combien d’entreprises et mis au chômage combien de salariés …..sans parler du trucage de match ?
      C’est IMPARDONNABLE surtout de la part de quelqu’un qui se voulait un leader politique …. puis qui a eu le culot de tenir une rubrique morale de  » sagesse et bon sens  » sur une radio nationale !!

      1. Comme je l’ai dit souligné plus haut, on peut raconter ce que l’on veut au sujet de Bernard Tapie, en bien ou en mal, il ne reste in fine qu’un lampiste de la classe financière dirigeante, par laquelle il n’a d’ailleurs jamais été adoubé car se la jouant trop perso.
        Si on va plus loin, un Bezos d’Amazon est « infiniment » plus prédateur. En France même, un Bolloré l’est tout autant (avec leur 40% d’augmentation des bénéfices pendant la pandémie).
        Ce sont les très grandes fortunes qu’il faut attaquer au portefeuille par un impôt à croissance exponentielle (comme le préconise Piketty). Les grandes fortunes (et même le petites comme moi par exemple), seront automatiquement impactées au profit d’une meilleure répartition des richesses mondiales (comme cela s’est fait mondialement de 1920 à 1980, décennie de la grande explosion néo-libérale).
        Cela nous permettra par là-même d’échapper, on peut rêver, au désastre climatique qui nous attend.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page