ActualitésEdito

Il faut 10 000 députés européens !

Alors que la perspective des élections régionale soulève les foules (si, c’est en décembre), il faut se rendre à l’évidence. Les rouages des partis sont tendus vers les problématiques locales, rêvent et débattent du lointain national auquel ils ont quelques points d’accroche, mais ne dissertent de l’Union européenne que comme d’un objet somme toute théorique. Le fait est que n’apparaissent sur la scène médiatique, au cours des crises qui se succèdent, que les chefs d’Etat en conclave. Ceci fait un cercle de personnes directement intéressées plutôt réduit. A l’opposé, les problématiques locales sont le pain et le beurre des partis, car il s’agit de leur activité quotidienne. Combien de leur squelette pérenne est élu localement, ou travaille pour des élus locaux? Le sujets qui se présentent à eux, les personnes qu’ils rencontrent tout au long de la journée, le champ de leur expertise sont entièrement déterminés par le territoire dans lequel ils ont inscrit leur vie. Si n’importe quel conseil départemental mobilise plus d’élus que le Parlement européen, comment irriguer le débat interne au parti avec l’Europe? Comment le conduire de manière réellement informée, par des personnes qui en sont des pratiquantes et discernent à la fois les difficultés et les chances?

Soyons audacieux! Il nous faut 10.000 députés au parlement européen! Ceci en ferait un bon millier pour la France, soit à peu de choses près le nombre de députés et de sénateurs nationaux. Nous observons en effet que les parlements nationaux aimantent la progression de carrière des élus (et débutent celle de leurs salariés). Ils représentent un couronnement, voire pour quelques personnes touchées par le destin (nombre d’entre eux le pensent) le prélude à un sacre régalien dans une fonction honorifique comme secrétaire d’Etat aux anciens combattants ou aux affaires européennes. Mettons le Parlement européen sur un pied d’égalité!

En créant un second cursus honorum politique, les problématiques européennes finiraient par se diffuser naturellement dans la vie des partis nationaux. Le financement pourrait provenir d’un co-abondement par le plan Juncker et par Erasmus, s’agissant d’un programme d’échange de masses. Ajoutons enfin que cette proposition réglerait élégamment la dispute des deux Parlements à Bruxelles et Strasbourg, chacun d’entre eux se trouvant ainsi rempli. Il serait nécessaire de construire de nouveaux parlements, de préférence dans les zones d’Europe en crise économique ce qui stimulerait l’emploi localement.

 

Arthur Colin

 

 

Arthur Colin – @arthurcolin

Tags

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

24 Commentaires

    1. Je soutiens à fond la protestation (faite d’ailleurs en termes très mesurés) de Françoise Castex, ainsi que sa proposition de ‘Parlement très élargi’.
      Je suis profondément atterré par la nullité des commentaires de tous nos partis politiques, PS en tête, sur tout ce qui concerne l’Europe.
      Membre militant du PS, j’ai aussi, il y a une vingtaine d’années, travaillé (à l’époque « Delors ») à la mise en place de politiques d’investissements dans la R et D européenne, et aussi au lancement du programme Erasmus, celui-ci heureusement couronné d’un vrai succès.

  1. Marrant, j’aurais exactement plaidé le contraire. Si vous visitez le Parlement européen, vous aurez comme moi l’impression d’un gigantesque gaspillage. Et que dire de la représentation effective des régions ? Cette institution est devenue au fil du temps une pantalonade. Voyez donc pourquoi Jean Louis Bourlanges avait démissionné en son temps.

  2. Il me semble que le vrai sujet n’est pas le nombre mais l’engagement des députés européens et la manière dont ils sont désignés par les partis nationaux notamment en FRANCE….

  3. les commentaires réagissent très bien à cette idée…..à qualifier!
    au moment où l’idée de réduire le nombre des parlementaires nationaux semble s’imposer, Arthur Colin ne trouve pas de meilleure idée que 1000 parlementaires européens!

    Les partis politiques français envoient leurs déchets et leurs battus, Arthur Colin suggère-t-il leur multiplication ou est-ce un plaidoyer pro-domo?

    Contrôler un site qui se nomme « Sauvons l’Europe », qu’il m’est arrivé de qualifier d’imposteur, n’autorise certainement pas Arthur Colin ou tout autre à écrire n’importe quoi!

  4. Merci pour cette rubrique dite « humoristique » mais qui m’a, comme à d’autres fait perdre un peu de temps qui aurait été plus utile sur d’autres sujets.
    Sans rancune

    1. L’humour permet parfois aussi de présenter un autre angle sur des sujets sérieux. En l’espèce, l’exercice n’était pas totalement gratuit.

  5. Rien compris!
    Pouvez-vous parler simplement aux gens simple mais néanmoins pas idiots? La démocratie commence par là.
    Par ailleurs je pense comme Brigitte Bousquet que c’est moins une question de nombre que de manière dont les députués sont désignés.

  6. Le nombre d’incapables au parlement, d’inutiles au sénat et de profiteurs au niveau des régions me semble déjà pléthorique, avec des niveaux de rémunérations honteux, des paiements de frais sans justificatifs, et des retraites abusives, c’est assez, arrêtons là!

  7. VOUS N’AVEZ PAS PEUR DU RIDICULE!
    Alors que TOUS les Français ou presque honnissent leurs élus nationaux et européens car ces derniers sont les pires, vous défendez l’indéfendable.
    Ça me laisse à penser que vous êtes des sous-marins et/ou pire des lobbyistes puisque Bruxelles en est truffé.
    Pourquoi ne dites-vous qu’il y entre 25 et 20 000 de ces corrupteurs en puissance et donc s’il y a des corrupteurs, il y a obligatoirement des corrompus!
    Et d’ailleurs beaucoup de ces très chers élus viennent pour pointer et repartent aussi sec!
    Nous en avons assez de nous faire dépouiller par des voyous corrompus et incompétents.
    Je vais transmettre la bonne parole sur votre idée débile mais si drôle!

  8. J’avoue être assez stupéfait de la bêtise de certaines personnes. Comment ne pas percevoir l’humour, la causticité, la provocation de cet article ? Comment peut-on lire ce brillant billet au 1er degré et ne pas voir le caractère subversif de celui-ci ?
    Cela me dépasse…

  9. Merci pour la bêtise.Puisque vous êtes trop intelligents pour moi, je regrette d’avoir perdu mon temps et j’en conclue que les articles de « Sauvons l’Europe » ne sont plus pour moi, dommage parce que j’appréciais d’être informée sur ce domaine trop absent dans les média.

    1. (à Mme Le Divelec) On peut comprendre votre « surprise » à la lumière de vos attentes vis-à-vis de « Sauvons l’Europe ». Si je dois plaider coupable pour avoir, moi aussi, à plusieurs reprises, souhaité conférer un peu de légèreté (cf.les parodies de fables) à la présentation de quelques problématiques européennes, mon intention, comme celle d’Arthur Colin en l’occurrence, était avant tout de décrisper leur approche.

      Mais ne désespérez pas: j’ai proposé à SLE d’inaugurer prochainement une série de chroniques de fond destinées à faire le point sur un certain nombre de « fondamentaux » qui – souvent négligés, mal compris, voire mal « vendus »-constituent le coeur de la construction européenne. Ce sera une occasion de remettre quelques pendules à l’heure avec la petite aiguille des traités et la grande aiguille de leur application… quitte à ne pas hésiter à démonter les rouages quand il le faudra. Merci de continuer à faire confiance aux horlogers même s’ils sont loin d’être infaillibles.

  10. Merci Arthur, merci Sauvons l’Europe. J’invite les coincés à boire un grand verre d’eau fraîche avant de relire ce billet d’humour. Peut-être comprendront-ils que c’étaient les partis politiques nationaux qui étaient visés, pas le Parlement européen. Si, si ! Je vous assure ! Si vous en avez besoin, on vous en fera une exégèse détaillée. Comment peut-on avoir l’Europe si triste ?

  11. Je suis sauvonsleurope depuis quelques temps, mais votre politique va vers toujours plus de prélèvements soit disant pour réduire la pauvreté, en réalité ça enrichi notre caste dirigeante élus et fonctionnaires qui se gavent de nos impôts au point de penser que ce sont eux les responsables du chômage ils se payent à crédit et l’état pourvoira à faire entrer l’argent par les impôts taxes, charges et contributions de toutes sortes. Bercy ne manque pas d’imagination ! Ils pensent que le CONtribuable ne s’en rend pas compte, mais nous avons tous aujourd’hui à porter de main une calculette dans nos téléphones, et l’addition est facile à faire, pour mon compte l’état me vole 4 mois de mes revenus, sans compter la TVA que je vais payer en dépensant le reste de mes revenus !
    Je prépare la liste de tous ceux qui se partagent le butin. Elle est très longue ! Je suis pour payer des impôts, mais je n’accepte pas d’être volé comme tous les Français qui bossent dur, pour mener une vie que nous avons choisie, mais après impôts il est impossible de la réaliser ! Nous n’avons plus la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. Ces mots sont du pipeau ! Il faut remplacer le mot utopique de l’Egalité par le mot Justice, soyons réaliste. Nous devenons les esclaves de cette nouvelle secte plus nombreuse que du temps des rois. Ils ne connaissent pas le mot mérite ! Ils sont tous complices, Les gilets jaunes doivent être remerciés de nous avoir mis la puce à l’oreille en soulevant le malaise général. En allant voter, nous devenons nous aussi complice de cette secte. Ils ne se cachent pas de nous le faire savoir en nous disant : « Nous sommes les élus du peuple ». Sauf qu’ils oublient de préciser qu’ils ont été élus sur un programme bidon, intenable et le bon citoyen y croie. Dilués dans la masse ils ne pensent plus qu’à leur porte-monnaie. C’est une bonne excuse pour nous piller en règle et fixer les bas salaires… Il ne faut pas oublier que pour régner il faut diviser. Je met la faute sur personne, c’est la faute de nos institutions. Les membres des partis politiques une fois élus se rendent compte que leur pouvoir est minime, le pouvoir est entre les mains des fonctionnaires, l’ENA contesté en est le symbole.
    Comme tout, la démocratie s’usent ! Tous les demie siècle il faut faire une révision. Il faut revoir les institutions de la France et de L’Europe, combattre les enfers fiscaux pour faire disparaître les paradis fiscaux ! L’histoire de la poutre et de la paille dans l’œil se répète. Déjà, elle fonctionnera mieux lorsque le peuple Européen sera unis autour d’une langue unique officielle, Nous devons nous fixer notre destin, un cap à tenir !
    La démocratie part en «quenouille» pour être poli.
    Si vous êtes de cette avis, unissons nous à l’aide de cette adresse «ucef5302@gmail.com». «Union des Citoyens Européens Francophones» Merci pour votre ralliement. Vous recevrez le projet de statuts pour en débattre.
    Pour vous inscrire et vous impliquer, répondez aux questions suivantes :
    L’auteur de ces écrits a commencé son apprentissage à l’âge de 12 ans, le travail après un
    CAP le 1er juillet 1951. C’est juste après la guerre, il en est fier !

    Question 1 : Quelle était la durée de l’apprentissage à cette époque ?
    Question 2 : Quel était le métier de ce CAP ?
    Question 3 : En quelle année les Maîtres Artisans et les Artisans ont officialisés un label ?
    Question 4 : Êtes vous conscient que les nouvelles technologies vont révolutionner nos habitudes de vie, de travail de déplacement et de loisirs ?
    Question 5 : Pensez vous que nous pourrons nous y préparer dans la sérénité !
    Question subsidiaire : Pensez-vous que la lutte contre le réchauffement climatique et une lutte à armes égales, ou une préparation à la limitation du nombre d’humain sur la terre ?

Laisser un commentaire

A lire également

Fermer
Bouton retour en haut de la page