ActualitésEditoEn Une

Désolés Elon, mais le droit du travail existe en Europe

Chacun regarde avec stupeur le saccage réalisé par Elon Musk après sa prise de possession de Twitter à 40 milliards de dollars. Les plus enthousiastes y voient la destruction des équipes en place pour reconstruire une entreprise conforme à son génie démontré dans d’autres entreprises, quelle audace ! Les plus dubitatifs la preuve que personne n’est un génie universel et que l’incapacité d’un ego boursouflé à corriger les erreurs quand on les commet peut se traduire par des désastres quand on est tout puissant. A titre personnel je suis réservé devant le choix de recentrer la force de travail sur le code, pilier de l’entreprise. Twitter est un réseau social, sa force n’est pas tant la qualité technique du code comme pourrait l’être une voiture, une fusée ou un virement, mais l’amélioration permanente de la méthode par laquelle l’attention des utilisateurs est retenue et orientée. On se demande d’ailleurs comment Twitter va répondre à ses obligations européennes de modération des contenus sans équipe dédiée. Mais là n’est pas le sujet du jour.

Par un email personnel, Elon Musk a licencié du jour au lendemain la moitié des salariés de Twitter. Puis il a envoyé un second email enjoignant à ceux encore en place de le voir personnellement dans les 24 h en apportant le code qu’ils ont écrit ces six derniers mois ou de partir, enfin un troisième leur donnant là encore à peine une journée pour choisir de rester et bosser comme un chien sans aucun horaire en pleurant du sang.

From: Elon Musk

To: Team [at Twitter]

Subj. A Fork in the Road

Date: Nov. 16, 2022 [time stamp removed]

Going forward, to build a breakthrough Twitter 2.0 and succeed in an increasingly competitive world, we will need to be extremely hardcore. This will mean working long hours at high intensity. Only exceptional performance will constitute a passing grade.

Twitter will also be much more engineering-driven. Design and product management will still be very important and report to me, but those writing great code will constitute the majority of our team and have the greatest sway.

At its heart, Twitter is a software and servers company, so l think this makes sense.

If you are sure that you want to be part of the new Twitter, please click yes on the link below:

[Link removed]

Anyone who has not done so by 5pm ET tomorrow (Thursday) will receive three months of severance.

Whatever decision you make, thank you for your efforts to make Twitter successful.

Elon

Il s’agit donc d’une part de licencier en masse les salariés de Twitter, d’autre part d’imposer une vision dystopique de la start-up dans laquelle les travailleurs sont passionnés par le projet et donnent tout ce qu’ils ont à la boite. Une start-up est communément une entreprise ayant un avenir potentiel devant elle qui récompense ses travailleurs par des actions et en fait des millionnaires potentiels en cas de succès. Twitter 2.0 est possédée par un des hommes les plus riche du monde, a déjà fait sa croissance initiale et n’a rien à offrir à ses travailleurs. On est plus près des galères que de l’aventure corsaire dont les marins partagent les fruits.

Mais au fait, que se passe-t-il pour les salariés européens de Twitter ? Eh bien ils ont accès au droit du travail européen. Ce qui signifie entre autres… qu’ils sont toujours salariés de Twitter. Ils ne peuvent être licenciés de manière collective sans une négociation avec les représentants des salariés et aucun juge n’ira valider des licenciements individuels pour travail insuffisant dans une telle période. Ils peuvent donc continuer à travailler et à être payés, et certains le font d’ailleurs. Ils ont également droit à quatre semaines de congés, la semaine de 48 heures, des temps de repos chaque jour, le droit d’être informés sur leurs horaires de travail. Et les télétravailleurs ont un droit à la déconnection. Accessoirement, un salaire minimum.

Ceci doit nous rappeler que si vu de France, le droit européen du travail semble par comparaison peu généreux, il représente une vraie contrainte par rapport à d’autres régions du monde et matérialise notre modèle social commun. Le Royaume-Uni a sabré une partie de ses lois sociales dès sa sortie pour être plus « compétitif ». Longtemps bloqué après la phase Delors, il reprend en outre sa marche avec la récente directive sur le salaire minimum et celle sur les droits des travailleurs numériques ; un projet est en cours sur les travailleurs précaires des plateformes.

A nouveau, disons qu’il n’y a pas de fatalité en Europe. Rien n’est gravé dans le marbre, il s’agit de faire de la politique et de convaincre démocratiquement. Et remettons une pièce dans la machine : Sauvons l’Europe milite de longue date pour des sanctions européennes particulièrement lourdes à l’encontre des entreprises qui violent les bases du droit du travail dans leur organisation même. La protection de l’activité syndicale et des droits centraux des travailleurs ne peut être traitée de la même manière que les infractions aux obligations d’affichage ou le calcul aléatoire des heures supplémentaires. L’Europe exerce une police du marché en matière de protection antitrust et sur la protection des données personnelles, avec des amendes qui peuvent être extrêmement lourdes. Elle doit se désormais se saisir des violations essentielles du droit du travail.

Arthur

Arthur est vice-président de Sauvons l'Europe, rédacteur en chef du site

Articles associés

11 Commentaires

  1. Merci pour ce rappel bien utile en ces temps de libertarianisme. Une vraie question : Musk ne peut-il pas décider de délocaliser numériquement ses travailleurs résidant dans l’U.E. ? Que dit le droit européen à ce propos ?

  2. Le droit du travail existe en Europe…
    Macron nous le prouve tous les jours… Il est plus facile de plafonner le préjudice d’un moins que rien que de réguler les profits à outrance de ceux qui les écrasent.
    Les droits sociaux en France ?
    Ah…. Mort de rire.
    Ils ont raison les patrons… Juste ils brillent en écrasant ceux qui ne sont rien…
    La CEDS le rappelle pourtant. A deux reprises même…
    Mais leur tour viendra.

  3. Merci à Arthur pour cette prise de position. Mais l’Europe a aussi à balayer devant sa porte. On sait tous qu’elle penche à droite dans ses théories capitalistes. La preuve avec EDF. Il fallait ouvrir le marché concurrentiel de l’énergie. Quelques entreprises ont saisi l’occasion pour s’emparer d’une part limitée heureusement. Constat, des clients voient leurs factures s’envoler sans informations préalables, EDF devait leur fournir de l’énergie à bas coût donc à perte, et est en voie de renationalisation maintenant. Tout le système est à revoir. Que d’erreurs ! quel gâchis ! nos super diplômés sont catastrophiques.

    1. Ecoutez… « Il faut du cadre »….il leur faut du cadre à ceux qui ne sont rien… Juste du cadre… Ils ne comprennent que ça…. Tu dois juste obéir… au cadre que je suis.
      Paroles d’assistante sociale de COALLIA.
      Les camps pour handicapés.
      La pire merde qui existe au Monde, c’est quand une femme revancharde accède au pouvoir… Ca donne naissance à IRMA GRESE… ou aux postes d’assistante sociales et de Directrice chez Orpéa.
      Ou à la génération Metoo…. La castration à l’état brut.
      Elles feront autant de victimes et d’injustices que toutes celles qui sont déjà à déplorer.
      Les cadres ?
      Oui… Ils ont ruiné le Monde en se proclamant compétents.
      En fait, les hommes comme les femmes sont tous autant victimes de la violence de ce Monde.
      Pas besoin d’être un homme pour un être un monstre, et encore moins être une femme pour être compétent.
      Nous sommes tous égaux dans l’absurdité.
      je vous conseille de réécrire ce texte en écriture inclusive.

      1. Les femmes et les enfants d’abord….
        Ben oui…. ce seront toujours les premières victimes….
        Heureusement les temps changent…. Sauvons le PQ et l’huile de Tournesol … Remplissons nos caddies
        Les hommes en dernier….
        Quelle histoire de merde que l’histoire humaine, trop dure à avaler.
        Avec un peu de moutarde ça devrait passer…
        T’as fait quoi de ton moutard ? Rien… Il s’est noyé.

        1. On peut largement partager votre commentaire plus que désabusé en présence de criantes injustices sociales.
          Juste, en guise de clin d’oeil, un petit rappel au sujet des compétences liées aux questions de genre: c’est la formule attribuée à la grande journaliste Françoise Giroud, selon laquelle la femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste à haute responsabilité, on aura nommé une femme incompétente…

          1. Nous sommes vraiment tous égaux et nous brillons tous de la même façon… Tant par l’intelligence, que par la bêtise… Certains sont plus en avance que d’autres, ou en retard, ça dépend…
            Le Maître des horloges ne vaut rien s’il est seul à sonner la cloche, encore moins quand les autres ne peuvent pas l’entendre.
            Unissons-nous….

    2. Bonjour GB.

      Vous terminez votre commentaire en écrivant « nos super diplômés sont catastrophiques », je rajouterai incompétent et tous formatés de la même façon.
      Le diplôme n’est pas un critère d’intelligence, la preuve est tous les jours devant vos yeux.
      MP dans son commentaire nous démontre l’injustice dont fait preuve cette classe dirigeante soit-disant diplômée, honte à elle, on s’occupe d’enlever le peu aux humbles et aux pauvres et on ne veut pas taxer les super profits gagnés sur les crèves la fin, ce sont des voleurs et des bandits à col blanc.

      1. Tout à fait d’accord et je l’écris depuis plus de dix ans : nous sommes dirigés par des nainsconspétants superfétatoires mais vrais escrocs en cols blancs dont le pov’typ qui dirige Twitteur n’est qu’un énième avatar. Ce qui est plus grave c’est qu’ils nous entraînent à notre perte en pensant que l’argent remplace les savoirs, que tout s’achète et tout se vend, même le vent…et que presque personne en est vraiment conscient. C’est nous qui mettons ces marionnettes folles en place avec nos petits pouvoirs d’achat, nous qui les élisons démocratiquement, eux ou leurs copains, pour des mandats octroyés sans aucun contrôle citoyen, ce qui serait à minima l’expression d’une démocratie plus saine que notre démocrature actuelle.
        Je précise que je ne touche ni à Twitteur, ni à Face de Book, ni à Linke dîne etc etc.

        1. Confidence pour confidence, je pratique délibérément la même « abstention » que celle dont vous faites état dans votre dernière phrase… et je ne m’en porte pas plus mal, quitte à passer pour un ringard, voire un dinosaure, aux yeux des inconditionnels des réseaux dits « sociaux »: ce dernier qualificatif me paraît, du reste, mal choisi, dans la mesure où la connotation d’action sociale attachée à ce terme dans le contexte politique en est bien souvent absente. Il me semble que l’expression « réseaux sociétaux » serait plus appropriée. Parole d’antédiluvien.

          1. Tout à fait Gérard, les réseaux les plus courus sont tous aux mains de multinationales…qui n’ont rien de « social » n’ayant cure de leurs clients mis à part pour leur piquer leurs données pour pouvoir ensuite les influencer avec des publicités ciblées. Je laisse ça aux gogos qui se laissent séduire par des miroirs aux alouettes et aux jeunots qui ont des difficultés relationnelles. Même si j’aime bien rire, je préfère pour ma part ne pas rire de tout avec tout le monde.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page