ActualitésNos Entretiens

La révolution numérique est est à la fois une formidable opportunité et un défi

Mehdi Mahammadi-Bouzina, originaire de Paris, travaille comme ingénieur brevets au cabinet Plasseraud et s’engage auprès de l’initiative „Sauvons l’Europe“. Il a participé cette année à la conférence German-French Young Leaders à Berlin réunissant de jeunes cadres français et allemands, issus de différents domaines professionnels. Cet entretien a été réalisé dans la newsletter de l’OFAJ.

 

1. Qu’est-ce qui vous a amené à participer à la conférence German-French Young Leaders ?

Un ami qui avait participé à la première édition à Paris m’avait proposé de me parrainer pour candidater à l’édition de cette année. Après avoir consulté le programme et avoir été enthousiasmé par le concept, j’ai proposé ma candidature qui a été acceptée par les organisateurs de la conférence. Je n’étais jamais allé à Berlin auparavant, j’ai donc pu découvrir cette ville.

 

2. En quoi le dialogue franco-allemand peut-il être bénéfique pour répondre aux défis numériques ?

La révolution numérique est à la fois une formidable opportunité mais aussi un défi. L’Allemagne et la France partagent certaines valeurs humanistes : protection des individus face à « l’ubérisation », respect de la vie privée, lutte contre l’ingérence démocratique en période électorale etc. C’est pourquoi, le couple franco-allemand peut être un moteur à l’échelle de l’UE, pour apporter des cadres qui permettront de tirer parti des nouvelles technologies.

3. Vous vous engagez auprès d’une initiative qui s’appelle « Sauvons l’Europe ». Pourquoi est-il important selon vous de défendre l’idée européenne ?

Les grands défis de notre époque, à savoir le changement climatique, les tensions géopolitiques et la régulation financière, nécessitent une réponse collective. Or, l’UE est la première puissance économique mondiale. Elle peut donc peser sur la scène internationale. De plus, la construction européenne est actuellement menacée, à l’image du Brexit. Il est donc important de s’engager en faveur de l’UE qui présente des imperfections mais qui est un cas unique en son genre de coopération entre les peuples.

 

4. Quelles conclusions avez-vous tiré pour vous-même de ces 4 jours d’échange ?

Les Allemands et les Français incarnent bien la devise européenne : « Unis dans la diversité ». Nos sensibilités sont un peu différentes mais finalement complémentaires ce qui est très positif pour l’avenir. Surtout, j’en ai tiré la conclusion qu’il est nécessaire d’aller plus loin dans l’intégration européenne car nous pouvons faire bien plus pour apporter davantage de bien-être des deux côtés du Rhin et plus généralement dans toute l’Europe.

Tags

Mehdi Mahammedi

Membre du Conseil national de Sauvons l'Europe et supporter de l'OM

Articles associés

2 Commentaires

  1. Merci Mehdi pour cette intervention. Je salue chez nos Youngleaders allemands et français cette vision humaniste. Progressisme et Humanisme doivent aller ensemble.
    Cette révolution numérique a laquelle nous assistons, nous devons en être les acteurs et non pas la contrer et encore moins la subir.

  2. Une autre réflexion qui devrait a elle seule justifier un papier sur S.l’ Europe est le faible nombre de géants et même de licornes du secteur IT en Europe, en paticulier dans le domaine de Intelligence Artificielle. Quelques exceptions : pour les géants : SAP, ATOS, NOKIA, AMADEUS , et quelques licornes comme Auto1 ou BlaBlaCar ou Adyen. Rien a voir avec le foisonnant paysage qu’offrent la Chine et les Etats Unis.

    L’Europe a perdu la bataille de la troisième révolution industrielle, elle est en train d perdre la quatrième.

    Par ailleurs le paysage reste trop fragmenté (trop national) . En France les débats (surtout en période électorale) continuent de se focaliser autour de psychodrames a la « Florange », Whirlpool, ou pire : « GM&S ».

Laisser un commentaire

Fermer