ActualitésEditoEn Une

Front National, fonds européens

L’actualité revient ces jours-ci sur le financement du Front national par le Parlement européen. En quelques mots, de quoi s’agit-il ? Les députés européens disposent d’une enveloppe confortable pour se payer plusieurs assistants parlementaires en circonscription et au Parlement, qui leur permet de recruter une équipe de professionnels de bon niveau. Ou d’embaucher leur beau-fils, cela se voit parfois. Les députés du Front national ont mis à profit ce système pour financer les emplois de leur parti.

Selon le Parlement européen, des salariés du Front national auraient été embauchés au Parlement européen, où ils n’auraient jamais mis les pieds. Pas de logement ou de facture d’hôtel à Strasbourg ou Bruxelles, pas d’adresse mail, pas de bureau, pas de poste téléphonique, pas de demande de carte d’accès au Parlement, aucun travail identifiable et des histoires rocambolesques pour tenter de justifier cet état de fait. Les mauvaises langues disent que le job d’eurodéputée de Marine Le Pen relève de la même catégorie, mais il existe des photos d’elle dans l’hémicycle. Le système aurait existé de manière artisanale sous Papa Le Pen, et aurait été industrialisé à partir de 2014 sous l’ère de sa fille. Le chef de la délégation des députés FN décrit une scène en 2014 où Marine Le Pen aurait exigé des députés qu’ils se contentent d’un seul assistant, les autres étant embauchés par elle en leur nom. Au total, on parle de plus de 13 millions d’euros, dont autour de 7 millions sous la férule de Marine Le Pen.

Le Parlement européen demande qu’on le rembourse, une enquête est ouverte en France, et une bonne part des députés FN est mise en examen (et le parti lui-même), une partie de la subvention publique au FN est saisie à hauteur d’un million pour garantir le reversement et le FN lance une souscription nationale pour obtenir un demi-million. Et donc ? A l’extrême-droite cela ne choque pas. Tout le monde profite du système de toute manière (non).  Au moins, ils ont fait de la politique, c’était des gens qui travaillaient. A la limite on ricane : c’est une belle prise de guerre. Marine Le Pen elle-même assume désormais les faits : « c’est quand même normal »

Pas d’enrichissement personnel ? Voire. D’abord rien n’interdit un peu de népotisme au passage. On trouve au fil du dossier les noms de la femme de Jean-Marie Le Pen ou de la… baby-sitter de Marine Le Pen. Mais surtout le système aurait été explicitement présenté aux eurodéputés comme un substitut à un reversement d’une part de leur indemnité au parti. C’est ainsi que fonctionnent de nombreux partis pour leur financement, et ceci peut représenter une part très substantielle des indemnités, surtout à gauche. Ce système s’est donc traduit par une augmentation nette des revenus potentiellement importante pour les élus concernés. En ce qui concerne Marine Le Pen, notons que lorsque le Parlement européen a commencé à opérer des retenues sur sa rémunération pour se rembourser, elle a fait passer de 3.000 € à 5.000 € sa rémunération mensuelle de Présidente du FN, puis est devenue députée française.

Il est étonnant que ce parti, pourtant bien doté par le financement public, en soit réduit à détourner des fonds publics, obtenir des prêts louches en Europe de l’Est, et lancer des campagnes de don pour être perpétuellement au bord de la faillite. Où va l’argent ?

 

Sauvons lEurope

Un engagement pro-européen et progressiste en faveur d'une Europe démocratique et écologique, espace commun de libertés et de protection sociale.

Articles associés

11 Commentaires

  1. Juste une légère précision: il me semblait que le parti en question avait troqué le terme « Front » pour celui de « Rassemblement »… certes une évolution a priori un tantinet maladroite de la part de ses concepteurs et promoteurs si l’on songe que ce mot s’articule autour des verbes « rassembler » et « mentir ». Mais, après tout, ce n’est peut-être pas si immérité comme jeu de mot inconscient…

    Pour le reste, l’article, bien informé, est très instructif. Merci !

  2. Je trouve ça ahurissant qu’on puisse se présenter aux élections européennes sans signer une charte consistant à respecter toutes les valeurs de l’Union, charte dont la concordance avec les programmes politiques serait vérifiée par une autorité indépendante.

  3. Si il y a des détournements de fonds, cela veut dire qu’il n’y a pas de contrôle ?
    Ou vont les fonds de la communauté distribués aux pays membres ?
    Est’on sùr que l’affectation de ces fonds répondent aux critères de la communauté européenne ?
    Un grand ménage est à faire, je doute de la volonté des instances dirigeantes pour l’initier ?

  4. Vraiment n’importe quoi: Combien de fonctionnaires européens volent les fonds en pointant le matin pour toucher 600 euros et repartir aussitôt? Combien de ces mêmes fonctionnaires se font graisser la patte par des ONG payées par l’infâme Soros? Non vraiment ces attaques parce que ce n’est pas un parti de gôôôche sont ridicules vu la corruption qui règne à l’Europe.

    1. Vous avez sans doute des réponses chiffrées à nous fournir, fondées sur des études approfondies… car, d’après ma longue expérience, la réponse tout à fait claire est: AUCUNE et AUCUN. Cela sans compter les innombrables fonctionnaires qui, dépassant largement les normes horaires fixées par leur statut (un document tout à fait officiel), consacrent entre 50 et 80 heures hebdomadaires au service du citoyen européen.

      Mais c’est peut-être la formule temporairement en cours du télétrravail généralisé au sein des institutions qui fausse vos préjugés… une fois de plus, faudrait-il ajouter en considération de votre culte immodéré de la désinformation. Dommage pour vous, mais… le « fakisme » ne passera pas !

  5. Mis à part qq élus locaux, connaissez-vous vraiment bcp d’élu(e)s qui travaillent réellement pour le bien commun ou plus prosaïquement, les idées qu’elles ou ils ont mis en avant dans leur programme électoral et pas pour leur intérêt ou ceux de leurs proches et amis ?
    Faire de la politique, malheureusement il faut le dire et l’écrire, c’est mentir.
    Et si ce n’est aux autres, c’est à soi-même !

    1. Sisi, on en connait plein. Allez sur les sites des assemblées, regardez ceux qui ont une grosse fiche d’activité.

Laisser un commentaire

A lire également
Fermer
Bouton retour en haut de la page